Nos précieux esclaves énergétiques

Quand tu comprend le concept d’esclaves énergétiques, tu comprends le discours totalement creux sur l’énergie renouvelable.


Quand tu comprend le concept d'esclaves énergétiques, tu comprends le discours totalement creux sur l'énergie renouvelable.
Comfreak / Pixabay

Je viens de voir une conférence intitulée A quand la rupture énergétique par Jean-Marc Jancovici où il explique que le problème de l’énergie est bien plus grave qu’on le pensait. J’avais déjà entendu parler de l’esclave énergétique, qui sont les machines, qui forment notre société et notre mode de vie, mais cette conférence montre toute l’ampleur de notre soumission à cette énergie. On a également le lien entre l’énergie et l’économie. Quand vous avez des théories économiques qui parlent uniquement du travail et du capital, mais oublient l’énergie, alors il ne faut pas s’étonner que personne ne puisse expliquer la hausse du chomage.

Jean-Marc Jancovici est plutôt percutant et je n’ai pas eu le temps de vérifier toutes ces informations, mais tu comprend rapidement que les discours sur les énergies renouvelables sont juste de la poudre aux yeux et que la consommation du charbon continue d’augmenter ces 10 dernières années. Aux Etats-Unis, le solaire et le vent représente à peine 6 % et la première énergie renouvelable est l’hydroélectrique. Mais les barrages hydroélectriques sont peut-être renouvelable, mais surement pas propres. Ces barrages émettent du méthane, un gaz à effet de serre, qui est bien pire que le CO2. Et c’est le problème du dilemme de la technologie. On ne peut pas comprendre les impacts négatifs d’une technologie tant qu’on n’a pas atteint ses limites. C’est la même chose pour le solaire et le vent. Les partisans les promeuvent à tout va, mais oublient de dire qu’ils ne sont pas crée par le Saint-Esprit. Il faut des composants, issus de la pétrochimie et du minage, pour créer les panneaux et les éoliens sans oublier les composants ultra-toxiques et non dégradables des batteries.

Chacun d’entre nous possède au minimum 200 esclaves énergétiques, car l’énergie est gratuite. Sans énergie, il n’y a pas de société humaine ou plutôt, pas de société dans la forme que nous connaissons. On peut passer au renouvelable, mais il faudra dire adieu au développement économique, c’est l’un ou l’autre. Etant donné que l’énergie du charbon et du pétrole est quasi gratuite, alors vous pouvez mettre autant d’hommes que vous voulez dans l’énergie renouvelable, ils seront toujours plus chers qu’un petit litre de pétrole qui va faire le boulot.

Le problème est qu’on veut à la fois la croissance économique et une énergie propre et c’est impossible à moins de développer considérablement le nucléaire. J’en viens à rêver que dans 40 ou 50 ans, on aura stabilisé la fusion nucléaire. Et concernant le nucléaire, il y a des parasites qui vantent énormément le thorium. C’est une arnaque, le thorium n’a pas beaucoup d’avantages rapport à l’uranium. Mais comme des startups ont investi sur le thorium, elles veulent absolument qu’on passe au thorium quand il faudra renouveler le parc nucléaire.

Le nucléaire est une énergie propre, abondante et très abordable et s’il faut rester dessus, alors on doit rester sur l’uranium. Car le passage au thorium implique l’exploitation de nouveaux gisements et la création d’une logistique alors que pour l’uranium, c’est déjà en place depuis plusieurs années.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et journaliste scientifique. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je m'intéresse aux cryptomonnaies et à la Blockchain depuis 2012 et par mes articles, j'espère apporter plus d'éclairage sur ce qui se passe dans ce secteur en pleine émergence.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *