Maniac Geek Site

papagnoc / Pixabay

Selon une annonce publiée le 15 octobre 2018, Coinbase a ouvert un nouveau bureau à Dublin, en Irlande. Outre l’extension de ses activités en Europe, les nouveaux bureaux irlandais feraient partie d’un plan d’urgence pour le Brexit. À la suite de cette annonce, l’équipe de Dublin assumera un certain nombre de nouvelles fonctions liées aux affaires tandis que Londres restera le bureau principal de Coinbase en Europe. Le ministre irlandais des Services financiers et des Assurances, Michael D’Arcy, a commenté le développement de la bourse:

Je suis ravi que Coinbase ouvre un bureau à Dublin. Cette décision met en évidence l’offre concurrentielle et l’attractivité de l’Irlande pour les services financiers. Le PDG britannique de Coinbase, Zeeshan Feroz, a déclaré au Guardian que la société cherchait à capitaliser sur le vivier de talents disponible en Irlande. Feroz a ajouté que le bureau irlandais permettrait à Coinbase de servir ses clients dans l’UE même en cas de Brexit.

C’est aussi un plan B pour le Brexit. Alors que nous prévoyons toutes les éventualités, il est important de continuer à servir nos clients partout en Europe et l’Irlande serait notre choix préféré si le Brexit devient une réalité. Dans le cas du Brexit, le Royaume-Uni et l’Europe ont accepté de laisser ouverte la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Cependant, le Royaume-Uni a l’intention de quitter l’union douanière de l’E.U.

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a exprimé l’espoir que la technologie de la blockchain permettrait d’assurer un commerce sans faille après le Brexit entre le Royaume-Uni et l’UE, car elle permettrait d’enregistrer le mouvement des produits de manière transparente.

En décembre 2018, le groupe de conseil en informatique numérique Reply avait publié une étude intitulée Blockchain for Brexit, dans laquelle elle fournissait une analyse approfondie de la manière dont la blockchain pourrait aider dans le commerce post-Brexit entre l’Angleterre et l’UE.

La principale contribution de la blockchain serait de créer un chemin de données robuste et étanche pour les marchandises, estimant qu’un tel chemin réduirait la nécessité d’inspections à la frontière. Il est clair que des forces dans les coulisses utilisent le prétexte de la blockchain pour préserver le libre-échange entre Europe et l’Angleterre.

L’Irlande a elle-même acquis une réputation en Europe en tant que plaque tournante du secteur des technologies, en partie à cause de son faible taux d’impôt sur les sociétés et de ses mesures proactives visant à attirer les entreprises dans le pays. En juin 2018, IDA Ireland, une agence gouvernementale, chargée d’attirer les investissements directs étrangers, a lancé une initiative visant à promouvoir les investissements dans la blockchain et le développement du pays.

En mai 2018, des universitaires de l’Université nationale d’Irlande, Galway, ont exhorté le gouvernement à promouvoir la blockchain dans le pays, affirmant que l’impact potentiel de la technologie sur la croissance économique pourrait transformer les opérations commerciales et gouvernementales.

Source : Cointelegraph.com News

Big Bang Blockchain. La seconde révolution d’internet (Format Kindle)
La blockchain est annoncée comme une révolution technologique, économique, politique et sociétale aussi puissante qu’Internet.
Cette « chaîne de blocs » promet d’être l’outil incontournable de demain. Encore fallait-il un ouvrage pour la décrypter.
À quoi sert la blockchain ?
Cette nouvelle technologie permet avant tout d’envoyer de l’argent en ligne sans intermédiaire : ni banque, ni compagnie de carte de crédit. Elle pourrait bouleverser la finance, l’assurance et le transfert d’argent tout en étant le moteur d’un vaste mouvement de décentralisation de l’économie numérique. Grâce à elle, certains rêvent déjà « d’ubériser Uber ». Cette « invention géniale », selon Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la Banque centrale européenne, donne également la possibilité d’enregistrer de l’information de manière immuable : diplômes, documents administratifs, titres de propriétés et même bulletins de vote. Les démocraties et les administrations vont pouvoir se réinventer !
Passionné par cette transformation en cours, le journaliste Stéphane Loignon l’analyse dans cette grande enquête réalisée auprès de spécialistes dans sept pays (créateurs de start-ups, experts de grands groupes, financiers, universitaires, députés…). Avec enthousiasme, esprit critique et pédagogie, il décrypte le fonctionnement de la blockchain, explique ses enjeux, évalue son potentiel et expose toutes les applications existantes et futures. Une révolution qui nous concerne tous.

By (author):  Stéphane Loignon

Neuf: 0 Non disponible
buy now

Pexels / Pixabay

Mise à jour : Coinbase a confirmé les informations: la bourse est en train de fermer son fonds indiciel. Dans un courriel adressé à Hard Fork, un porte-parole de la société a déclaré :

Après avoir évalué la demande des investisseurs particuliers, institutionnels et accrédités, Coinbase a décidé de fermer le Fonds indiciel Coinbase.

Nous nous concentrerons sur une exposition diversifiée à tous les investisseurs par l’intermédiaire de Coinbase Bundle. Coinbase Bundle est un outil facile à utiliser et peu coûteux fourni par la plateforme Coinbase Consumer. Il est disponible pour tous les clients Coinbase, il n’est pas nécessaire d’être un investisseur qualifié et l’investissement minimum est de 25 $. Nous avons décidé de recentrer les ressources consacrées à la gestion du fonds indiciel Coinbase vers d’autres secteurs de l’entreprise.

 

Coinbase aurait pris la décision de fermer son fonds indiciel de crypto-monnaie après un manque d’intérêt. Un informateur proche de l’affaire a déclaré à The Block que l’indice pondéré par le marché de la bourse des cryptomonnaies n’avait pas réussi à susciter un intérêt suffisant de la part des investisseurs qualifiés.

Il semble que l’indice n’ait pas donné les mêmes résultats que les prévisions de Coinbase. Le fonds destiné aux investisseurs qualifiés nécessitait un investissement minimum de 250 000 $. Coinbase a récemment tourné son attention vers des investisseurs plus occasionnels avec son Coinbase Bundle. Semblable à un fonds indiciel, mais il ne s’agit que d’un regroupement des meilleures crypto-monnaies du moment et les investissements peuvent se lancer à partir 25 dollars.

La plateforme d’investissement en crypto-monnaie Abra a également récemment publié son jeton de suivi du marché BIT10. A la manière d’un fonds indiciel, il suit les 10 principales devises virtuelles du mois. BIT10 peut être acheté à partir de 5 $. Il semble que les bourses de crypto-monnaie aient toujours l’intention de proposer des investissements de type index, mais il est clair que le succès de tels produits pourrait ne pas concerner les gros investisseurs.

Source : Hard Fork – The Next Web

Bitcoin, la monnaie acéphale (Broché)

Guide synthétique et pratique sur le bitcoin, monnaie virtuelle qui s’échange sur Internet contre d’autres devises monétaires, en dehors des réseaux bancaires traditionnels.


Caractéristique principal  mission|bitcoin|acéphale
By (author):  Jacques Favier, Adli Takkal bataille

Neuf: EUR 23,00 EUR En stock
buy now

L’ancien conseiller économique de la Maison Blanche, Gary Cohn, vient de commencer une nouvelle carrière dans la blockchain. Annoncé dans un communiqué de presse, l’ex président de Goldman Sachs devient un conseiller pour la start-up fintech Spring Labs, qui propose des solutions axées sur la blockchain pour sécuriser et partager les données de crédit des consommateurs.

Cohn s’intéresse apparemment à la technologie de la blockchain avant Trump, commentant qu’il en avait étudié le potentiel au moment de servir à la Maison Blanche. Nous connaissons l’inefficacité du monde monétaire existant et la blockchain va contribuer va clairement les éliminer à l’avenir a déclaré Cohn au Financial Times.

Spring Labs a été lancé en 2017 par les fondateurs de la société américaine de prêts à la consommation Avant et elle a levé un financement initial de 15 millions de dollars pour construire un système basé sur la blockchain qui permettrait d’anonymiser de manière sécurisée les données de crédit à la consommation. Cohn a renoncé à son rôle à la Maison Blanche après avoir protesté contre le projet de Trump d’introduire des droits de douane élevés sur les importations d’acier et d’aluminium.

Cohn a déclaré aux journalistes qu’il n’était pas passionné par les crypto-monnaies individuelles comme le Bitcoin et qu’il utilisait principalement la technologie de la blockchain comme les contrats intelligents.

Source : Hard Fork – The Next Web

elifxlite / Pixabay

Selon une annonce publiée le 11 octobre 2018, Coinbase a commencé à indexer le jeton 0x (ZRX). C’est la première fois que Coinbase prend en charge un jeton ERC-20. Les jetons ERC-20 sont des jetons développés et utilisés uniquement sur la plateforme Ethereum (ETH), où ERC signifie Ethereum Request for Comment et 20 représente le numéro attribué à cette demande. ERC-20 facilite la création de nouveaux jetons. C’est pourquoi l’ETH est devenu populaire auprès des sociétés de financement participatif travaillant sur les Initial Coin Offering (ICO).

Selon cette annonce, Coinbase a lancé le support de ZRX sur sa plate-forme professionnelle, Coinbase Pro, bien que les transactions ne soient autorisées que si les liquidités sont suffisantes. La bourse note qu’une annonce distincte sera faite lorsque le jeton sera disponible sur coinbase.com et sur ses applications iOS et Android.

Le trading ZRX sera disponible dans la plupart des juridictions, à l’exception de l’état de New York lors de sa phase de lancement initiale. Coinbase a divisé le lancement en quatre étapes indépendantes pour chaque nouvelle paire de négociation; ZRX/USD, ZRX/EUR et ZRX/BTC, tandis que la bourse note qu’à l’heure actuelle, la transaction ne sera pas offerte sur la paire ZRX/GBP.

Dans la première étape, transfer-only, les clients pourront transférer du ZRX sur leurs comptes Coinbase Pro, sans possibilité de passer des commandes. La deuxième étape, post-only, permettra aux clients d’enregistrer des ordres limités, mais sans correspondance. Les étapes suivantes, limit-only et full-trading, permettront la mise en correspondance d’ordres limites et de services de négociation complets, y compris les ordres limite, de marché et stop.

En juillet 2018, Coinbase a annoncé son intention d’ajouter cinq nouveaux actifs, Cardano (ADA), Basic Attention Token (BAT), Stellar Lumens (XLM), Zcash (ZEC) et ZRX, à sa liste de négociation. La plateforme a alors noté que les nouveaux actifs nécessiteront un travail d’exploration supplémentaire, avertissant également que le processus de cotation pourrait mettre certaines pièces à la disposition des clients uniquement pour l’achat et la vente, sans possibilité de les envoyer ou les utiliser à l’aide d’un portefeuille local.

Coinbase a révélé son intention d’ajouter un support pour les jetons ERC-20 en mars 2018, annulant les déclarations précédentes de janvier 2018. Après avoir évalué des facteurs tels que la liquidité, la stabilité des prix et d’autres indicateurs de la santé du marché, nous pouvons choisir d’ajouter tout actif ERC-20 à Coinbase selon la bourse

Selon CoinMarketCap, ZRX se négocie actuellement à environ 0,76 dollar, en hausse de 5,42 % sur la journée. Sur son graphique hebdomadaire, le prix de la crypto-monnaie est passé de 0,62 dollar le 6 octobre 2018 à 0,86 dollar le 13 octobre 2018 après l’annonce de Coinbase. La capitalisation boursière de ZRX s’élève à environ 407 millions de dollars tandis que son volume de négociation quotidien est d’environ 67 millions de dollars à l’heure où on écrit ces lignes.

Source : Cointelegraph.com News

Mastering Ethereum: Building Smart Contracts and Dapps (Broché)

By (author):  Andreas Antonopoulos, Gavin Wood

Neuf: EUR 54,66 EUR En stock

This title will be released on December 31, 2018.

buy now

xresch / Pixabay

De nouvelles données montrent que des criminels ont blanchi pour 2,5 milliards de dollars de Bitcoin par le biais de bourses de crypto-monnaie et la quasi-totalité aboutit dans des pays soumis à des réglementations laxistes en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (AML).

Le groupe de recherche sur les crypto-monnaies, CipherTrace, a analysé 45 millions de transactions provenant des 20 plus grandes bourses de crypto-monnaies du monde afin de déterminer la prévalence de l’utilisation de Bitcoin à des fins criminelles. Les données, qui vont de janvier 2009 à septembre 2018, indique que 97% des Bitcoins blanchis via les principales bourses aboutissent dans des pays soumis à une réglementation peu contraignante en matière de blanchiment d’argent.

CiperTrace a considéré que les transactions étaient de nature criminelle si elles provenaient directement ou en relation étroite avec des sources telles que les sites en onion, l’extorsion de fonds, les logiciels malveillants, le mixage, le blanchiment d’argent, les ransomwares et le financement du terrorisme.

La facilité du blanchiment d’argent avec le Bitcoin sur les bourses non réglementées

Les criminels découverts par CipherTrace ont blanchi environ 380 000 BTC (2,5 milliards de dollars) et 97% des Bitcoins sont passés par des bourses non réglementées de crypto-monnaie. En fait, les bourses dans les pays où la réglementation anti-blanchiment est pratiquement inexistante reçoivent 36 fois plus de Bitcoins émanant d’individus ou de groupes douteux.

Compte tenu de la facilité d’accès aux bourses non réglementés dont certaines sont les plus importants au monde, il est également logique que 95 % des paiements sortants aux criminels proviennent de ces bourses. CipherTrace note que les gouvernements peuvent lutter contre le blanchiment d’argent associé au Bitcoin en adoptant et en appliquant davantage de réglementations relatives à la crypto-monnaie au cours des deux prochaines années.

Nous pouvons déjà voir les gouvernements prendre des mesures réglementaires: les régulateurs japonais ont déjà demandé aux bourses locales d’établir des processus d’identification rigides afin de poursuivre leurs activités. De même, ShapeShift, le principal service de bourse de crypto-monnaie, oblige désormais les utilisateurs à fournir une identification afin de rester en conformité avec les nouvelles règles gouvernementales.

En fait, une bourse concurrente Changelly a indiqué que c’est le Monero (XMR) qui l’avait obligé à adopter de nouvelles règles AML, admettant même qu’il peut confisquer des Moneros afin de vérifier qu’ils n’ont pas de lien avec des criminels.

Les pirates ont volés 1 milliard de dollars en crypto-monnaie en 2018

Le rapport a également noté qu’au cours des trois premiers trimestres de 2018, des pirates informatiques ont volé pour 927 millions de dollars de crypto-monnaie, dont 166 millions de dollars ont été volés au cours des trois derniers mois. Les vols de crypto-monnaie ont augmenté de 350 % par rapport à l’année dernière.

Les criminels devront blanchir rapidement ces jetons volés avant que des contrôles anti-blanchiment de cryptomonnaie renforcés ne soient déployés dans le monde au cours des 18 prochains mois prévient le rapport. Les chiffres enregistrés sont (en partie) dus à un grand nombre de nouvelles menaces de crimes liés à la crypto-monnaie. CipherTrace a constaté une nette augmentation des cyber-extorsions massives très ciblées, des échanges de cartes SIM et des cyberattaques sur le personnel des bourses.

CipherTrace déclare que si cette tendance se poursuit, les pirates auront volé au moins 1 milliard de dollars de crypto-monnaie d’ici la fin de 2018.

Source : Hard Fork – The Next Web

Bitcoin – Métamorphoses – De l’or des fous à l’or numérique ? (Broché)

By (author):  Jacques Favier, Benoît Huguet, Adli Takkal Bataille

Neuf: EUR 19,00 EUR En stock

This title will be released on October 24, 2018.

buy now

Une étude récente de Juniper Research indique que le marché des crypto-monnaies pourrait imploser et que les volumes de transactions sont en diminution. Dans un rapport intitulé The Future of Cryptocurrency: Bitcoin & Altcoin Trends & Challenges 2018-2023, Juniper a évalué les défis posés par les cryptomonnaies, en mettant l’accent sur les préoccupations techniques, sociales et réglementaires. L’enquête a également analysé des problèmes tels que l’évolution de la réglementation sur le marché, les défaillances de change, les attaques de pirates informatiques et le fork des blockchains ainsi que leur impact sur la volatilité de la crypto-monnaie.

Selon Juniper, le volume quotidien de transactions avec le Bitcoin (BTC) est passé de 360 ​​000 en moyenne par jour fin 2017 à 230 000 en septembre 2018. En ce qui concerne les valeurs transactionnelles quotidiennes, la tendance à la baisse est passée de plus de 3,7 milliards de dollars à moins de 670 millions de dollars au cours de la même période.

Au premier trimestre de l’année 2018, les transactions de cryptomonnaie sur l’ensemble du marché auraient légèrement dépassé les 1 400 milliards de dollars, alors qu’en 2017, ce chiffre était inférieur à 1 700 milliards de dollars. Au deuxième trimestre 2018, la valeur des transactions avait chuté de 75% et la capitalisation boursière totale étant inférieure à 355 milliards de dollars. Juniper a déclaré:

Sur la base de l’activité de la première moitié du troisième trimestre, Juniper estime une nouvelle baisse de 47 % de la valeur des transactions au cours de ce trimestre. En résumé, compte tenu de nos préoccupations concernant à la fois la valorisation innée de Bitcoin et les pratiques opérationnelles de nombreuses bourses, nous estimons que le secteur est sur le point de s’imploser.

Les recherches de Juniper font écho à une analyse récente menée par Diar, dans laquelle la société a déclaré qu’au troisième trimestre de 2018, les volumes en dollars américains de Coinbase basés à San Francisco avaient atteint leur plus bas niveau en un an.

Au cours de la même période, les revenus du minage de cryptomonnaie ont déjà dépassé les résultats de 2017, mais les mineurs eux-mêmes ne réalisent que peu de bénéfices selon Diar. Le minage devient progressivement rentable uniquement pour les grosses entreprises, les frais d’électricité augmentant constamment. Les évaluations de Diar montrent que les mineurs, payant les prix de détail de l’électricité, ont évolué vers la non-rentabilité pour la première fois en septembre 2018.

Tous les indicateurs pointent vers une chute brutale et une bascule à la fin de 2018 sur tout le secteur des cryptomonnaies. Et quand ça va imploser, il y  aura de nombreux cadavres dont il faudra enterrer les miettes. Comme je l’avais prédit, les médias spécialisés et le secteur tout entier se préparent à ensevelir la bulle de la cryptomonnaie qu’ils avaient crée artificiellement à la fin de 2017. En 2019, il faudra une nouvelle bulle, car les mêmes attrape-nigauds ne marchent pas tous les ans.

Source : Cointelegraph.com News

Le nouvel âge du capitalisme : Bulles, krachs et rebonds (Broché)
408pages. in8. Broché.

By (author):  Elie Cohen

Neuf: EUR 26,00 EUR En stock
buy now

BenjaminNelan / Pixabay

Une nouvelle étude accablante suggère que la Chine détient une influence menaçante sur la Bitcoin et elle pourrait avoir la capacité d’attaquer et de détruire l’intégralité du réseau du Bitcoin. Des chercheurs des universités de Princeton et de Floride ont exploré la façon dont la Chine menace la sécurité, la stabilité et la viabilité de Bitcoin avec son contrôle politique et économique sur les marchés nationaux de crypto-monnaie et de l’infrastructure Internet.

Selon le papier, la Chine dispose à la fois de capacités matures et de fortes motivations pour mener diverses attaques contre le Bitcoin. Pire encore, il exerce déjà son pouvoir sur le Bitcoin. La valeur et l’utilité économique de Bitcoin ont augmenté, de même que l’incitation à l’attaquer selon les chercheurs. Nous avons choisi la Chine pour l’analyse, car ce sont les adversaires potentiels les plus puissants de Bitcoin et nous avons découvert qu’ils avaient une variété de motifs pour attaquer le système et un certain nombre de capacités évoluées, à la fois réglementaires et techniques, pour mener à bien ces attaques.

Des pools miniers chinois contrôlent le Bitcoin

Le papier établit sa thèse en prouvant que l’écosystème minier Bitcoin est devenu fortement centralisé. Les mineurs de cryptomonnaies se sont tellement regroupés que plus de 80 % des activités minières en Bitcoin sont effectuées par six pools miniers, dont cinq gérés directement par des particuliers. ou des sociétés basées en Chine.

La principale menace qui pèse sur l’infrastructure Bitcoin est l’attaque à 51%, qui consiste en une combinaison de pools miniers pour contrôler la majorité du taux de hachage (puissance de traitement globale de Bitcoin), leur permettant d’influencer directement une grande partie de ce qui se passe sur le réseau Bitcoin. .

Si vous considérez que l’effort combiné des pools miniers chinois représente 74 % de la puissance de hachage de Bitcoin, la situation devient incroyablement inquiétante. Etant donné que les responsables gèrent l’attribution des travaux de minage et de la propagation des blocs terminés, ils contrôlent les entrées et les sorties de leurs mineurs, ce qui permet aux autorités chinoises de contrôler indirectement cette puissance de hachage selon les chercheurs. Il s’agit d’une part significative du taux de hachage mondial, mais la quantité exacte est inconnue.

Le fait que les mineurs chinois contrôlent une grande partie de l’écosystème Bitcoin a des conséquences directes. En particulier, le pouvoir de hachage centralisé expose le réseau Bitcoin à une censure généralisée et à d’autres attaques potentiellement dommageables.

Les blocs trouvés en Chine sont déjà proches d’une part majoritaire de la puissance de hachage, ils peuvent donc atteindre un consensus plus rapidement que ceux trouvés ailleurs. Si le gouvernement chinois assumait le contrôle de l’énergie de hachage domestique, cette propriété leur donnerait un avantage dans la sélection des blocs pour le Grand Livre, ce qui est important pour certains types d’attaques.

La Chine ralentit Bitcoin

Le papier a également révélé une certaine injustice quant à la manière dont les récompenses minières sont distribuées, et à la manière dont la configuration actuelle augmente l’inefficacité du Bitcoin. Le coupable est le grand pare-feu de la Chine. Il fausse le système en ajoutant de la latence pour les mineurs opérant en dehors de ses frontières.

Apparemment, les mineurs chinois peuvent avoir la priorité pour décider des blocs à exploiter, notamment blocs vides. Même s’ils prennent le même délai et le même pouvoir de minage, les blocs vides ne contribuent en rien au réseau, car leur minage ne traite aucune transaction. Pourtant, ils offrent les mêmes récompenses que des blocs complets.

Lorsque les chercheurs ont examiné les taux moyens combinés de blocs vides produits par chaque mineur, ils ont vu quelque chose d’étrange. Les mineurs chinois ont produit un taux inhabituellement élevé de blocs vides, dépassant largement les 7% (sur certaines périodes). Les mineurs non chinois ont produit environ 2%, un taux historiquement constant.

Les chercheurs concluent qu’il doit exister un facteur qui s’applique aux mineurs chinois, mais pas aux autres mineurs, qui a encouragé le minage de blocs vides. Encore une fois, lorsque les mineurs extraient des blocs vides, l’ensemble du réseau devient moins efficace. Non seulement aucune transaction n’est traitée, mais l’ensemble du réseau consomme des ressources coûteuses.

Il y a certains avantages à miner des blocs vides, mais seulement pour l’individu qui les mines. Le minage de blocs vides peut amener le mineur dans la file d’attente pour recevoir de nouveaux blocs (moins vides) à miner, ce qui augmente la probabilité de gagner plus de récompenses minières que les autres. Cela signifie effectivement que la politique sociale de la Chine a un impact direct sur l’intégrité de Bitcoin.

La Chine a les moyens de paralyser Bitcoin

La recherche définit quatre classes d’attaques: la censure, la désanonymisation, l’affaiblissement du consensus et la perturbation des activités minières concurrentes. Au total, les universitaires ont identifié 19 attaques différentes actuellement disponibles pour les mineurs chinois.

L’une des plus effrayantes est l’attaque Goldfinger, dans laquelle les pools miniers appliquent leur puissance de hachage combinée pour contrôler (et finalement détruire) le Bitcoin.

Le Bitcoin ne peut survivre à une telle attaque que si le reste des mineurs sont disposés à payer un coût supérieur à celui que la Chine est disposée à payer pour mener à bien cette attaque selon le papier. Etant donné que les autres mineurs de Bitcoin sont mal organisés et que la Chine peut mobiliser des ressources considérables, le scénario le plus probable est une spirale catastrophique dans laquelle la Chine peut lancer une attaque de Goldfinger et effrayer les mineurs rationnels, détruisant ainsi le Bitcoin.

Mais pourquoi la Chine détruirait-elle le Bitcoin ?

Toute cette morosité conduit à une question: Pourquoi la Chine détruirait-elle le Bitcoin ? Les chercheurs spéculent que Bitcoin est en opposition idéologique avec la philosophie de gouvernement centralisé de la Chine (communisme totalitaire). La Chine peut être motivée pour affaiblir ou détruire le Bitcoin afin de faire une déclaration idéologique; par exemple, démontrer la futilité des paradigmes de contrôle décentralisé  selon le papier. Pratiquement toute violation de la sécurité de Bitcoin suffit pour atteindre cet objectif, à condition qu’il soit très visible.

Encore plus inquiétant, les chercheurs pensent que la Chine pourrait réellement militariser son contrôle sur le Bitcoin afin de déstabiliser les économies étrangères. Pour exercer une influence dans un pays étranger où le bitcoin est utilisé, la Chine pourrait viser à affaiblir ou même à détruire totalement le bitcoin. Cela pourrait se faire en ciblant des utilisateurs spécifiques ou des mineurs pour une attaque ou en affaiblissant généralement le consensus pour augmenter la volatilité à un point de rupture.

Le papier n’a pas encore été examiné par des pairs, prenez donc les conclusions avec un grain de sel. De plus, le papier a une connotation très politique plutôt que scientifique. Actuellement, les Etats-Unis de Trump diabolisent la Chine, alors ce type de papier peut alimenter une propagande existante. Toutefois, la centralisation du Bitcoin est une réalité et le fait que la Chine contrôle une grande partie du minage du Bitcoin en est une autre. 1 centralisation + 1 centralisation = 0 décentralisation pour le Bitcoin. La fin de l’année approche et il faut que le Bitcoin  descende aux enfers, car il faut une autre bulle pour 2019. Des économistes et des médias américains attaquent le Bitcoin depuis la rentrée 2018. C’est tout sauf un hasard.

Source : Hard Fork – The Next Web

Bitcoin – Métamorphoses – De l’or des fous à l’or numérique ? (Broché)

By (author):  Jacques Favier, Benoît Huguet, Adli Takkal Bataille

Neuf: EUR 19,00 EUR En stock

This title will be released on October 24, 2018.

buy now

L’économiste américain Nouriel Roubini a déclaré dans un tweet du 7 octobre 2018 que la crypto-monnaie est plus centralisée que la Corée du Nord. Le professeur Roubini de l’Université de New York, mieux connu sous le nom de Dr. Doom pour sa prédiction de la crise financière de 2008, a maintes fois critiqué les affirmations selon lesquelles la crypto-monnaie est décentralisée.

Dans son tweet, l’économiste formé à Harvard a répété son argument, considérant que la décentralisation de la cryptomonnaie est un mythe en le comparant à la Corée du Nord :

La décentralisation dans la cryptomonnaie est un mythe. C’est un système plus centralisé que la Corée du Nord : les mineurs sont centralisés, les bourses sont centralisées, les développeurs sont des dictateurs centralisés (Buterin est un dictateur à vie) et le coefficient d’inégalité de Gini est pire que celui de la Corée du Nord.

Le coefficient de Gini est une mesure de la distribution, souvent utilisée pour évaluer les inégalités économiques dans un pays ou une région donnés. Roubini poursuit sa comparaison quelques minutes plus tard dans un autre tweet, affirmant plus précisément que le coefficient d’inégalité de Bitcoin (BTC) était le pire au monde :

Les mineurs, les bourses et les développeurs sont centralisés, le coefficient d’inégalité du Bitcoin est pire que la Corée du Nord qui enregistre la pire inégalité de la planète. La cryptomonnaie surpasse Kim Jong-un en ce qui concerne la centralisation et les inégalités.

Pour Roubini, le Bitcoin est une bulle spéculative gigantesque qui “se nourrit d’elle-même. En novembre 2017, il avait prédit que le Bitcoin allait s’effondrer alors que de plus en plus de pays mettent en place une réglementation plus stricte sur le modèle de la Chine en matière de cryptomonnaie.

En août 2018, lors d’une conférence au BlockShow Americas, M. Roubini s’est attaqué à la technologie de Blockchain, affirmant que la technologie financière n’avait rien à voir avec la cryptomonnaie ou la blockchain, affirmant que les systèmes classiques de paiement numérique étaient parfaitement acceptables.

Source

Bitcoin pour les Nuls, poche, 2e édition (Poche)

By (author):  PRYPTO

Neuf: EUR 12,50 EUR En stock
buy now

tragrpx / Pixabay

Park Won-soon, le maire de Séoul, a dévoilé un plan quinquennal qui investira 108 millions de dollars pour faire de la capitale sud-coréenne une ville intelligente dotée de la blockchain. Dans un discours prononcé lors de sa visite à Zurich, Park a annoncé que son plan urbain Blockchain pour 2018-2022 couvrirait 14 services publics dans cinq régions, avec un budget total de 123,3 milliards de won coréens (environ 108 millions de dollars).

Park a ajouté que les principaux services publics qui adopteront la technologie blockchain incluent le bien-être du travail, la gestion de l’historique des véhicules, la délivrance de la certification, la gestion des dons et le vote aux élections. Le maire a expliqué, par exemple, que le gouvernement métropolitain de Séoul utilisera la blockchain pour protéger les travailleurs à temps partiel qui n’ont pas de contrat de travail ou qui ne sont pas couverts par l’assurance-emploi.

Ces travailleurs pourront enregistrer leurs contrats via une application blockchain qui sera développée dans le cadre du plan. Ensuite, les organisations de protection du travail et les compagnies d’assurance, qui participent en tant que noeuds d’exécution, pourraient partager les informations des travailleurs via un réseau distribué et décider des régimes d’assurance.

En outre, Park a indiqué que son administration prévoyait de dépenser 60 milliards de won supplémentaires, soit environ 53 millions de dollars, pour la construction de deux complexes d’ici 2021, destinés à accueillir 200 startups blockchain, en utilisant certaines parties du Gaepo Digital Innovation Park et du Mapo Seoul Startup Hub.

Ce plan intervient quelques mois à peine après que Park ait été réélu en tant que maire de Séoul en juin 2018. Park s’était engagé, dans le cadre de sa campagne, à accroître son soutien au développement de la blockchain à Séoul en renforçant le district de Mapo de la ville pour qu’il devienne un centre d’incubation de blockchain.

Les efforts de Séoul en matière de blockchain sont également conformes à la feuille de route annoncée par le ministère des TIC de la Corée du Sud, qui avait annoncé en juin 2018 son intention d’investir 9 millions de dollars dans les prochaines années pour favoriser l’adoption de la blockchain dans six grands services publics.

Source : CoinDesk

Blockchain – Vers de nouvelles chaînes de valeur (Broché)
“Nouveau livre de référence sur la technologie qui sous-tend les crypto-monnaies comme le bitcoin” selon les Echos, “Blockchain vers de nouvelles chaines de valeur” adopte un regard pluridisciplinaire mêlant histoire, philosophie, économie, technologie, stratégie et finance. Il est un condensé de plusieurs mois de synthèse de centaines de sources (d’Hayek à GitHub), de recherche académique et réflexions poussées, d’échanges nourris avec les penseurs de l’écosystème Blockchain et au-delà, de retours d’expérience de projets réalisés par les auteurs dans ce domaine. Ce livre explique ainsi dans son intégralité une révolution que les auteurs considèrent de l’ampleur de celle d’Internet. Ils donnent ainsi à tous, les clés de compréhension et les leviers d’action stratégique face à ce New deal technologique, économique et social. Bloc par bloc. 300 pages, illustré, en couleur.

By (author):  Martin Della Chiesa, François Hiault, Clément Tequi

Neuf: EUR 30,00 EUR En stock
buy now

12019 / Pixabay

Il semble que même l’Ivy League veuille une partie du gateau de la crypto-monnaie et de la blockchain. Alors que les établissements universitaires ont progressivement évolué pour inclure des cours sur blockchain et les crypto-monnaies, ils se sont abstenus d’investir dans l’industrie… jusqu’à maintenant. L’Université de Yale soutient un nouveau fonds d’investissement de cryptomonnaie de plusieurs millions de dollars, cofondé par un ancien de Coinbase et les dirigeants de Sequioa Capital.

Yale a aidé la nouvelle entreprise, baptisée Paradigm, à collecter 400 millions de dollars selon Bloomberg. Cependant, on ne sait pas exactement quelle est l’importance de l’investissement de Yale dans ce fonds. Pour ce qui est de Paradigm, le fonds envisage d’investir dans des startups en phase de démarrage axées sur les technologies de blockchain et de crypto-monnaie selon le cofondateur Fred Ehrsam (qui a également co-fondé la bourse Coinbase).

Bien que Yale ait déjà investi dans des obligations portoricaines et d’autres entreprises inhabituelles, il s’agit de sa première incursion dans la blockchain. Pour information, Yale est dotée d’un important fonds de dotation de près de 30 milliards de dollars. Des rapports récents suggèrent une croissance impressionnante de 12,3 % par rapport au dernier exercice. L’université a alloué 60 % de ses actifs au cours de l’exercice 2019 à des investissements alternatifs tels que le capital-risque, les fonds spéculatifs et les rachats par emprunt.

Source : Hard Fork – The Next Web

Blockchain: La révolution de la confiance (Broché)

By (author):  Laurent Leloup

Neuf: EUR 17,00 EUR En stock
buy now