Un fossile inhabituel révèle le dernier repas d’un pollinisateur préhistorique –

  • FrançaisFrançais



  • Un fossile ambré d’un coléoptère du Crétacé a éclairé le régime alimentaire de l’un des premiers pollinisateurs de plantes à fleurs.

    Les restes de l’animal ont été mis au jour par des chercheurs de l’Université de Bristol et de l’Institut de géologie et de paléontologie de Nanjing de l’Académie chinoise des sciences (NIGPAS) qui ont pu étudier sa matière fécale fossile, composée uniquement de pollen.

    En plus d’être un visiteur d’angiospermes – des plantes à fleurs – les chercheurs ont maintenant des preuves concluantes que le nouveau fossile nommé Pelretes vivificus se nourrissait également de leur pollen. Les détails de cette découverte ont été publiés aujourd’hui dans Plantes naturelles.

    “Le coléoptère est associé à des grappes de grains de pollen, ce qui suggère que les coléoptères des fleurs à ailes courtes ont visité les angiospermes au Crétacé. Certains aspects de l’anatomie du coléoptère, comme son abdomen velu, sont également des adaptations associées à la pollinisation”, a déclaré le professeur Chenyang Cai, paléontologue de l’École des sciences de la Terre et du NIGPAS.

    Erik Tihelka, entomologiste et paléontologue à l’École des sciences de la Terre, a ajouté: «Le fossile est associé à des coprolites de coléoptères – granules fécales fossiles – qui fournissent un aperçu très inhabituel mais important du régime alimentaire des coléoptères des fleurs à ailes courtes au Crétacé. . Les boulettes fécales fossiles sont entièrement composées de pollen, du même type que l’on trouve dans les grappes entourant le coléoptère et attachées à son corps. On sait ainsi que Pelretes a visité les angiospermes pour se nourrir de leur pollen. Cette découverte fournit un lien direct entre la floraison précoce plantes du Crétacé et leurs visiteurs d’insectes; cela montre que ces fossiles d’insectes n’étaient pas seulement co-préservés par hasard avec le pollen, mais qu’il y avait une véritable association biologique entre les deux. “

    Alors que les pollinisateurs tels que les abeilles et les papillons fournissent aujourd’hui des services écosystémiques cruciaux, on en sait peu sur l’origine de l’association intime entre les plantes à fleurs et les insectes.

    Les fossiles d’ambre du Crétacé fournissent une source importante de preuves pour comprendre la biologie des premiers angiospermes, avant qu’ils ne deviennent le groupe dominant de plantes sur Terre. L’ambre est la résine fossile d’arbres anciens qui piégeaient souvent par hasard des insectes et d’autres petits organismes, les préservant avec une fidélité vivante.

    «Les agriculteurs qui veulent protéger leurs vergers peuvent installer des pièges collants sur les arbres pour surveiller les insectes. Imaginez maintenant si votre seul aperçu d’un ancien écosystème était de tels pièges collants et que vous deviez reconstruire toutes ses interactions écologiques en vous basant uniquement sur cette source de preuves. C’est le défi auquel sont confrontés les paléontologues qui étudient l’ambre », explique Tihelka. “Heureusement, le piège à ambre du nord du Myanmar est l’un des riches gisements d’ambre fossilifères connus. Outre l’abondance inégalée d’insectes fossiles, l’ambre remonte au milieu du Crétacé, juste au moment où les angiospermes décollaient”, a déclaré M. Tihelka.

    Il y a deux cents millions d’années, le monde était aussi vert qu’aujourd’hui, envahi par une végétation dense. Mais ce n’était pas aussi coloré – il n’y avait pas de fleurs. Les plantes à fleurs qui représentent aujourd’hui plus de 80% de toutes les espèces végétales n’ont commencé à se diversifier qu’au Crétacé, il y a environ 125 millions d’années. Certains scientifiques ont attribué l’énorme succès évolutif des angiospermes à leurs relations mutualistes avec les insectes pollinisateurs, mais les preuves fossiles de pollinisateurs du Crétacé ont jusqu’à présent été rares.

    Le coléoptère des fleurs Pelretes vivificus vivait dans la forêt tropicale ambrée birmane il y a environ 98 millions d’années. Ses plus proches parents sont les coléoptères des fleurs à ailes courtes (Kateretidae) qui se produisent aujourd’hui en Australie, visitant une gamme variée de fleurs et se nourrissant de leur pollen.

    «Le pollen associé au coléoptère peut être attribué au genre fossile Tricolpopollenites. Ce groupe est attribué aux eudicots, un groupe vivant d’angiospermes, qui comprend les ordres Malpighiales et Ericales», explique le Dr Liqin Li, spécialiste des pollens fossiles du NIGPAS qui ont contribué à l’étude.

    Cela montre que les pollinisateurs ont profité des angiospermes précoces peu de temps après leur diversification initiale et que le milieu du Crétacé a visité un large éventail de groupes.

    Source de l’histoire:

    Matériaux fourni par Université de Bristol. Remarque: le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.