“L’or des fous” n’est pas si stupide après tout –

  • FrançaisFrançais



  • Les recherches de l’Université Curtin ont découvert que de minuscules quantités d’or peuvent être piégées à l’intérieur de la pyrite, communément appelée «l’or des fous», ce qui la rendrait beaucoup plus précieuse que son nom ne l’indique.

    Cette étude, publiée dans la revue Géologie en collaboration avec l’Université d’Australie occidentale et l’Université des géosciences de Chine, fournit une analyse approfondie pour mieux comprendre l’emplacement minéralogique de l’or piégé dans la pyrite, ce qui peut conduire à des méthodes d’extraction d’or plus respectueuses de l’environnement.

    Le chercheur principal, le Dr Denis Fougerouse de l’École des sciences de la Terre et des planètes de Curtin, a déclaré que ce nouveau type d’or “invisible” n’avait pas été reconnu auparavant et n’était observable qu’à l’aide d’un instrument scientifique appelé sonde atomique.

    “Le taux de découverte de nouveaux gisements d’or est en baisse dans le monde entier avec la dégradation de la qualité du minerai, parallèlement à l’augmentation de la valeur des métaux précieux”, a déclaré le Dr Fougerouse.

    “Auparavant, les extracteurs d’or pouvaient trouver de l’or dans la pyrite sous forme de nanoparticules ou d’alliage pyrite-or, mais ce que nous avons découvert, c’est que l’or peut également être hébergé dans des défauts cristallins à l’échelle nanométrique, représentant un nouveau type d’or “invisible”.

    “Plus le cristal est déformé, plus il y a d’or enfermé dans des défauts. L’or est hébergé dans des défauts à l’échelle nanométrique appelés dislocations – cent mille fois plus petits que la largeur d’un cheveu humain – donc une technique spéciale appelée sonde atomique une tomographie est nécessaire pour l’observer.”

    Le Dr Fougerouse a déclaré que l’équipe avait également exploré les méthodes d’extraction de l’or et les moyens possibles d’obtenir l’or piégé avec moins d’impacts négatifs sur l’environnement.

    “Généralement, l’or est extrait à l’aide de techniques d’oxydation sous pression (similaires à la cuisson), mais ce processus est gourmand en énergie. Nous voulions rechercher un mode d’extraction plus respectueux de l’environnement”, a déclaré le Dr Fougerouse.

    “Nous avons étudié un processus d’extraction appelé lixiviation sélective, utilisant un fluide pour dissoudre sélectivement l’or de la pyrite. Non seulement les dislocations piègent l’or, mais elles se comportent également comme des voies fluides qui permettent à l’or d’être “lessivé” sans affecter toute la pyrite.”

    L’étude est soutenue par l’Australian Research Council et le Science and Industry Endowment Fund. Le Dr Fougerouse est affilié à l’Institute for Geoscience Research (TIGER), l’institut de recherche phare de Curtin en sciences de la Terre.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université Curtin. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.