Le télescope de l’ESO image la planète autour de la paire d’étoiles la plus massive à ce jour –


  • FrançaisFrançais


  • Le très grand télescope de l’Observatoire européen austral (VLT de l’ESO) a capturé une image d’une planète en orbite autour de Centauri, un système à deux étoiles qui peut être vu à l’œil nu. Il s’agit du système stellaire hébergeant des planètes le plus chaud et le plus massif trouvé à ce jour, et la planète a été repérée en orbite autour d’elle à 100 fois la distance autour de Jupiter. Certains astronomes pensaient que les planètes ne pouvaient pas exister autour d’étoiles aussi massives et aussi chaudes – jusqu’à maintenant.

    “Trouver une planète autour de b Centauri était très excitant car cela change complètement l’image des étoiles massives en tant qu’hôtes de la planète”, explique Markus Janson, astronome à l’Université de Stockholm, en Suède et premier auteur de la nouvelle étude publiée en ligne aujourd’hui dans La nature.

    Situé à environ 325 années-lumière dans la constellation du Centaure, le système à deux étoiles b Centauri (également connu sous le nom de HIP 71865) a au moins six fois la masse du Soleil, ce qui en fait de loin le système le plus massif autour duquel une planète a été confirmée. Jusqu’à présent, aucune planète n’avait été repérée autour d’une étoile plus de trois fois plus massive que le Soleil.

    La plupart des étoiles massives sont également très chaudes, et ce système ne fait pas exception : son étoile principale est une étoile dite de type B qui est plus de trois fois plus chaude que le Soleil. En raison de sa température intense, il émet de grandes quantités de rayonnement ultraviolet et de rayons X.

    La masse importante et la chaleur de ce type d’étoile ont un fort impact sur le gaz environnant, qui devrait s’opposer à la formation des planètes. En particulier, plus une étoile est chaude, plus elle produit de rayonnement à haute énergie, ce qui accélère l’évaporation de la matière environnante. “Les étoiles de type B sont généralement considérées comme des environnements assez destructeurs et dangereux, on pensait donc qu’il devrait être extrêmement difficile de former de grandes planètes autour d’elles”, explique Janson.

    Mais la nouvelle découverte montre que des planètes peuvent en fait se former dans des systèmes stellaires aussi sévères. “La planète de b Centauri est un monde extraterrestre dans un environnement complètement différent de ce que nous vivons ici sur Terre et dans notre système solaire”, explique le co-auteur Gayathri Viswanath, doctorant à l’Université de Stockholm. “C’est un environnement rude, dominé par des radiations extrêmes, où tout est à une échelle gigantesque : les étoiles sont plus grosses, la planète est plus grosse, les distances sont plus grandes.”

    En effet, la planète découverte, nommée b Centauri (AB)b ou b Centauri b, est également extrême. Elle est 10 fois plus massive que Jupiter, ce qui en fait l’une des planètes les plus massives jamais découvertes. De plus, il se déplace autour du système stellaire sur l’une des orbites les plus larges jamais découvertes, à une distance 100 fois supérieure à la distance de Jupiter au Soleil. Cette grande distance de la paire centrale d’étoiles pourrait être la clé de la survie de la planète.

    Ces résultats ont été rendus possibles grâce à l’instrument sophistiqué Spectro-Polarimetric High Contrast Exoplanet REsearch (SPHERE) monté sur le VLT de l’ESO au Chili. SPHERE a déjà réussi à imager plusieurs planètes en orbite autour d’étoiles autres que le Soleil, notamment en prenant la toute première image de deux planètes en orbite autour d’une étoile semblable au Soleil.

    Cependant, SPHERE n’a pas été le premier instrument à imager cette planète. Dans le cadre de leur étude, l’équipe a examiné les données d’archives sur le système b Centauri et a découvert que la planète avait en fait été imagée il y a plus de 20 ans par le télescope de 3,6 m de l’ESO, bien qu’elle n’ait pas été reconnue comme une planète à l’époque. .

    Avec l’Extremely Large Telescope (ELT) de l’ESO, qui doit commencer ses observations plus tard cette décennie, et avec les mises à niveau du VLT, les astronomes pourront peut-être en dévoiler davantage sur la formation et les caractéristiques de cette planète. “Ce sera une tâche intrigante d’essayer de comprendre comment cela a pu se former, ce qui est un mystère pour le moment”, conclut Janson.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par ESO. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.