La technique est une alternative à l’utilisation d’embryons donnés issus de la FIV —

  • FrançaisFrançais



  • La recherche sur les embryons humains est essentielle pour comprendre les premiers stades du développement humain. Actuellement, cette recherche est menée sur des embryons surnuméraires volontairement donnés par des individus ayant subi une fécondation in vitro. Néanmoins, cette recherche est limitée par la disponibilité des embryons et des délais éthiques internationaux stricts sur la durée pendant laquelle un embryon est autorisé à se développer en laboratoire (14 jours maximum).

    Aujourd’hui, les chercheurs de Caltech ont créé des structures semblables à des embryons à partir de cellules souches humaines. Contrairement aux embryons naturels formés par une combinaison de spermatozoïdes et d’ovules, ces structures sont formées en combinant des cellules souches dites pluripotentes, qui ont la capacité de se développer en types de cellules spécialisées. Bien que ces structures ressemblant à des embryons présentent des différences clés par rapport aux embryons réels, la technologie permettant de les créer sera essentielle pour répondre aux questions ouvertes sur le développement humain sans avoir besoin d’embryons donnés.

    La recherche a été menée dans le laboratoire de Magdalena Zernicka-Goetz, professeur Bren de biologie et de génie biologique à Caltech, et est décrite dans un article paru dans la revue Communication Nature le 21 septembre.

    Les structures sont constituées d’un type de cellule souche pluripotente qui donne naissance à des types distincts de cellules qui s’auto-assemblent ensuite en une structure dont la morphologie rappelle clairement celle d’un embryon, qui possède des tissus embryonnaires et extra-embryonnaires distincts. Les cellules souches pluripotentes ont été initialement isolées d’un véritable embryon humain par d’autres chercheurs et ont depuis été maintenues dans un environnement de laboratoire. Remarquablement, les cellules peuvent encore “se souvenir” comment s’assembler en un embryon lorsqu’elles sont soutenues par les bonnes conditions environnementales.

    “La capacité d’assembler la structure de base de l’embryon semble être une propriété intrinsèque de ces premières cellules embryonnaires qu’elles sont tout simplement incapables d'”oublier””, explique Zernicka-Goetz. “Néanmoins, soit leur mémoire n’est pas absolument précise, soit nous n’avons pas encore la meilleure méthode pour aider les cellules à récupérer leurs souvenirs. Nous avons encore du travail à faire avant de pouvoir obtenir des cellules souches humaines pour atteindre la précision de développement qui est possible avec leurs homologues de cellules souches de souris équivalentes.”

    La capacité de générer des structures de type embryonnaire à partir de cellules souches signifie que des embryons donnés supplémentaires ne sont pas nécessaires ; de plus, les structures peuvent être créées en grande quantité. Ainsi, ce système modèle peut conduire à des percées dans la compréhension du développement embryonnaire précoce qui ne sont pas limitées par la disponibilité limitée des embryons humains. Par exemple, il sera possible de perturber des gènes particuliers et d’étudier l’impact qui en résulte sur le processus de développement. De plus, ce système peut être utilisé pour comprendre comment différents composants cellulaires coordonnent leur développement à des stades très précoces et l’impact de cette diaphonie cellulaire sur les stades de développement ultérieurs.

    L’article s’intitule “Reconstruire les aspects de l’embryogenèse humaine avec des cellules souches pluripotentes”. L’ancienne chercheuse postdoctorale Caltech Berna Sozen, maintenant à l’Université de Yale, et l’étudiante diplômée Caltech Victoria Jorgensen sont les premiers auteurs de l’étude. En plus de Zernicka-Goetz, les co-auteurs supplémentaires sont Bailey Weatherbee et Meng Zhu, tous deux membres de l’ancien laboratoire de Zernicka-Goetz à l’Université de Cambridge, et le chercheur principal de Caltech, Sisi Chen. Le financement a été fourni par le Wellcome Trust, l’Open Philanthropy/Silicon Valley Community Foundation, la Weston Havens Foundation et la Shurl and Kay Curci Foundation. Magdalena Zernicka-Goetz est membre du corps professoral affilié au Tianqiao and Chrissy Chen Institute for Neuroscience à Caltech.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Institut de technologie de Californie. Original écrit par Lori Dajose. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.