La prétendue phosphine sur Vénus est plus susceptible d’être du dioxyde de soufre ordinaire –

  • FrançaisFrançais



  • En septembre, une équipe dirigée par des astronomes au Royaume-Uni a annoncé avoir détecté la phosphine chimique dans les épais nuages ​​de Vénus. La détection rapportée par l’équipe, basée sur les observations de deux radiotélescopes terrestres, a surpris de nombreux experts de Vénus. L’atmosphère terrestre contient de petites quantités de phosphine, qui peuvent être produites par la vie. La phosphine sur Vénus a généré un buzz que la planète, souvent succinctement présentée comme un «paysage d’enfer», pourrait en quelque sorte abriter la vie dans ses nuages ​​acides.

    Depuis cette affirmation initiale, d’autres équipes scientifiques ont mis en doute la fiabilité de la détection de la phosphine. Maintenant, une équipe dirigée par des chercheurs de l’Université de Washington a utilisé un modèle robuste des conditions dans l’atmosphère de Vénus pour revoir et réinterpréter de manière complète les observations du radiotélescope sous-tendant l’allégation initiale de phosphine. Comme ils rapportent dans un document accepté à la Journal d’astrophysique et posté le 25 janvier sur le site de pré-impression arXiv, le groupe dirigé par le Royaume-Uni ne détectait probablement pas du tout de phosphine.

    “Au lieu de la phosphine dans les nuages ​​de Vénus, les données sont cohérentes avec une hypothèse alternative: ils détectaient du dioxyde de soufre”, a déclaré la co-auteur Victoria Meadows, professeur d’astronomie à l’UW. “Le dioxyde de soufre est le troisième composé chimique le plus courant dans l’atmosphère de Vénus, et il n’est pas considéré comme un signe de vie.”

    L’équipe à l’origine de la nouvelle étude comprend également des scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, basé à Caltech, du NASA Goddard Space Flight Center, du Georgia Institute of Technology, du NASA Ames Research Center et de l’Université de Californie à Riverside.

    L’équipe dirigée par UW montre que le dioxyde de soufre, à des niveaux plausibles pour Vénus, peut non seulement expliquer les observations, mais est également plus cohérent avec ce que les astronomes savent de l’atmosphère de la planète et de son environnement chimique punitif, qui comprend des nuages ​​d’acide sulfurique. De plus, les chercheurs montrent que le signal initial ne provenait pas de la couche nuageuse de la planète, mais bien au-dessus de celle-ci, dans une couche supérieure de l’atmosphère de Vénus où les molécules de phosphine seraient détruites en quelques secondes. Cela confirme davantage l’hypothèse selon laquelle le dioxyde de soufre a produit le signal.

    Le prétendu signal de phosphine et cette nouvelle interprétation du centre de données sur la radioastronomie. Chaque composé chimique absorbe des longueurs d’onde uniques du spectre électromagnétique, qui comprend les ondes radio, les rayons X et la lumière visible. Les astronomes utilisent les ondes radio, la lumière et d’autres émissions des planètes pour en savoir plus sur leur composition chimique, entre autres propriétés.

    En 2017, en utilisant le télescope James Clerk Maxwell, ou JCMT, l’équipe dirigée par le Royaume-Uni a découvert une caractéristique dans les émissions radio de Vénus à 266,94 gigahertz. La phosphine et le dioxyde de soufre absorbent les ondes radio proches de cette fréquence. Pour différencier les deux, en 2019, la même équipe a obtenu des observations de suivi de Vénus à l’aide de l’Atacama Large Millimeter / submillimeter Array, ou ALMA. Leur analyse des observations d’ALMA à des fréquences où seul le dioxyde de soufre absorbe a conduit l’équipe à conclure que les niveaux de dioxyde de soufre dans Vénus étaient trop bas pour tenir compte du signal à 266,94 gigahertz, et qu’il doit plutôt provenir de la phosphine.

    Dans cette nouvelle étude menée par le groupe dirigé par UW, les chercheurs ont commencé par modéliser les conditions dans l’atmosphère de Vénus, et en les utilisant comme base pour interpréter de manière complète les caractéristiques qui ont été vues – et non vues – dans les ensembles de données JCMT et ALMA.

    “C’est ce qu’on appelle un modèle de transfert radiatif, et il intègre des données de plusieurs décennies d’observations de Vénus provenant de plusieurs sources, y compris des observatoires ici sur Terre et des missions de vaisseaux spatiaux comme Venus Express”, a déclaré l’auteur principal Andrew Lincowski, chercheur avec le Département d’astronomie de l’UW.

    L’équipe a utilisé ce modèle pour simuler les signaux de la phosphine et du dioxyde de soufre pour différents niveaux de l’atmosphère de Vénus, et comment ces signaux seraient captés par le JCMT et l’ALMA dans leurs configurations 2017 et 2019. Sur la base de la forme du signal de 266,94 gigahertz capté par le JCMT, l’absorption ne provenait pas de la couche nuageuse de Vénus, rapporte l’équipe. Au lieu de cela, la plupart du signal observé provenait d’environ 50 miles ou plus au-dessus de la surface, dans la mésosphère de Vénus. À cette altitude, les produits chimiques agressifs et le rayonnement ultraviolet déchiqueteraient les molécules de phosphine en quelques secondes.

    «La phosphine dans la mésosphère est encore plus fragile que la phosphine dans les nuages ​​de Vénus», a déclaré Meadows. «Si le signal JCMT provenait de la phosphine dans la mésosphère, alors pour tenir compte de la force du signal et de la durée de vie inférieure à la seconde du composé à cette altitude, la phosphine devrait être délivrée à la mésosphère à environ 100 fois le taux d’oxygène. pompé dans l’atmosphère terrestre par photosynthèse. “

    Les chercheurs ont également découvert que les données ALMA sous-estimaient probablement considérablement la quantité de dioxyde de soufre dans l’atmosphère de Vénus, une observation que l’équipe dirigée par le Royaume-Uni avait utilisée pour affirmer que la majeure partie du signal de 266,94 gigahertz provenait de la phosphine.

    «La configuration de l’antenne d’ALMA au moment des observations de 2019 a un effet secondaire indésirable: les signaux des gaz que l’on trouve presque partout dans l’atmosphère de Vénus – comme le dioxyde de soufre – émettent des signaux plus faibles que les gaz distribués sur un plus petit », a déclaré le co-auteur Alex Akins, chercheur au Jet Propulsion Laboratory.

    Ce phénomène, connu sous le nom de dilution des raies spectrales, n’aurait pas affecté les observations du JCMT, conduisant à une sous-estimation de la quantité de dioxyde de soufre observée par le JCMT.

    “Ils ont déduit une faible détection de dioxyde de soufre en raison de ce signal artificiellement faible d’ALMA”, a déclaré Lincowski. “Mais notre modélisation suggère que les données ALMA diluées en ligne auraient toujours été cohérentes avec des quantités typiques ou même importantes de dioxyde de soufre de Vénus, ce qui pourrait expliquer pleinement le signal JCMT observé.”

    «Lorsque cette nouvelle découverte a été annoncée, la faible abondance de dioxyde de soufre rapportée était en contradiction avec ce que nous savons déjà sur Vénus et ses nuages», a déclaré Meadows. “Notre nouveau travail fournit un cadre complet qui montre comment des quantités typiques de dioxyde de soufre dans la mésosphère de Vénus peuvent expliquer à la fois les détections de signaux, et les non-détections, dans les données JCMT et ALMA, sans avoir besoin de phosphine.”

    Avec des équipes scientifiques du monde entier qui suivent de nouvelles observations sur le voisin enveloppé de nuages ​​de la Terre, cette nouvelle étude fournit une explication alternative à l’affirmation selon laquelle quelque chose géologiquement, chimiquement ou biologiquement doit générer de la phosphine dans les nuages. Mais bien que ce signal semble avoir une explication plus simple – avec une atmosphère toxique, une pression d’écrasement des os et certaines des températures les plus chaudes de notre système solaire en dehors du soleil – Vénus reste un monde de mystères, avec beaucoup de choses à explorer. .

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.