Deux planètes autour d’une naine rouge –

  • FrançaisFrançais



  • Les astronomes ont détecté deux exoplanètes en orbite autour de l’étoile TOI-1266. Le télescope basé au Mexique démontre ainsi sa haute précision et franchit une étape importante dans la recherche de mondes potentiellement habitables.

    Les naines rouges sont le type d’étoile le plus cool. En tant que tels, ils permettent potentiellement à l’eau liquide d’exister sur des planètes qui leur sont assez proches. Dans la recherche de mondes habitables au-delà des frontières de notre système solaire, c’est un gros avantage: la distance entre une exoplanète et son étoile est un facteur crucial pour sa détection. Plus les deux sont proches, plus les astronomes ont de chances de détecter la planète depuis la Terre.

    “Mais ces étoiles sont plutôt petites et émettent peu de lumière par rapport à la plupart des autres étoiles, comme notre Soleil”, explique Brice-Olivier Demory, auteur principal de l’étude et professeur d’astrophysique à l’Université de Berne. Ces facteurs les rendent difficiles à observer en détail. Sans les instruments appropriés, toutes les planètes qui pourraient les orbiter pourraient facilement être négligées – en particulier les planètes terrestres, comme la Terre, qui sont relativement petites.

    Un télescope dédié

    Un instrument, avec lequel il est possible d’étudier de près les naines rouges et leurs planètes, est le télescope SAINT-EX basé au Mexique, coopéré par le NCCR PlanetS. SAINT-EX est un acronyme qui signifie Recherche et caractérisation des EXoplanètes en transit. Le projet a été nommé en l’honneur d’Antoine de Saint-Exupéry (Saint-Ex), le célèbre écrivain, poète et aviateur.

    L’Observatoire SAINT-EX est une installation entièrement robotisée hébergeant un télescope de 1 mètre. Il est équipé d’une instrumentation spécialement adaptée pour permettre une détection haute précision de petites planètes en orbite autour d’étoiles froides. Désormais, cette spécialisation porte ses fruits: plus tôt cette année, le télescope a pu détecter deux exoplanètes en orbite autour de l’étoile TOI-1266, située à environ 120 années-lumière de la Terre. La recherche, publiée récemment dans la revue Astronomie et astrophysique, donne une première impression de leurs caractéristiques.

    Une paire particulière

    Par rapport aux planètes de notre système solaire, les TOI-1266 b et c sont beaucoup plus proches de leur étoile – il ne leur faut respectivement que 11 et 19 jours pour l’orbiter. Cependant, comme leur étoile hôte est beaucoup plus froide que le Soleil, leurs températures ne sont pas très extrêmes: la planète extérieure a approximativement la température de Vénus (bien qu’elle soit 7 fois plus proche de son étoile que Vénus ne l’est du Soleil). Les deux planètes sont de densité similaire, correspondant peut-être à une composition d’environ la moitié du matériau rocheux et métallique et la moitié de l’eau. Cela les rend environ deux fois moins rocheux que la Terre ou Vénus, mais aussi beaucoup plus rocheux qu’Uranus ou Neptune.

    En taille, les planètes diffèrent clairement les unes des autres. La planète intérieure, TOI-1266 b, mesure jusqu’à un peu moins de deux fois et demie le diamètre de la Terre. Cela en fait un soi-disant «sous-Neptune». La planète extérieure, TOI-1266 c, fait un peu plus d’une fois et demie la taille de notre planète. Ainsi, il appartient à la catégorie des «super-Terres».

    Cela place les deux planètes sur les bords de la soi-disant rayon-vallée, comme l’explique Brice-Olivier Demory: «Les planètes entre environ le rayon de TOI-1266 b et c sont assez rares, probablement en raison de l’effet d’une forte irradiation de l’étoile, qui peut éroder leurs atmosphères. ” Yilen Gómez Maqueo Chew, coordinateur du projet SAINT-EX et chercheur à l’Université nationale autonome du Mexique ajoute: “Etre capable d’étudier deux types de planètes différents dans le même système est une excellente occasion de mieux comprendre comment ces planètes de différentes tailles se forment. . “

    Bon timing et aide de l’ambassade

    Avoir cette opportunité, surtout cette année, est tout sauf une évidence. Les scientifiques ont eu la chance de pouvoir terminer leurs observations peu de temps avant le verrouillage lié à Covid-19 au Mexique. Peu de temps après les observations, l’observatoire a dû être fermé en raison des conséquences de la pandémie. Cela n’a pas changé jusqu’à aujourd’hui. Les scientifiques espèrent reprendre les opérations de SAINT-EX dans les prochains mois et cibler la prochaine naine rouge et ses planètes potentielles. “De plus, l’ambassade du Mexique à Berne a été d’une grande aide en facilitant les discussions avec le gouvernement mexicain et en apportant un soutien continu au projet”, déclare Demory.

    SAINT-EX – Recherche et caractérisation des exoplanètes

    SAINT-EX est une collaboration internationale qui a eu sa réunion de lancement à l’Observatoire astronomique national de San Pedro Martir (MEX) en septembre 2016. Le chercheur principal du projet est le professeur Brice-Olivier Demory, du Centre pour l’espace et l’habitabilité de l’Université de Berne en Suisse et Centre national de compétences en recherche PlanetS; le coordinateur et chef de file du projet au Mexique est le Dr Yilen Gomez Maqueo Chew de l’Instituto de Astronomía de l’Universidad Nacional Autonoma de Mexico (UNAM). Font également partie du projet le Pr Willy Benz du Centre National de Compétence en Recherche PlanetS, le Pr François Bouchy de l’Université de Genève en Suisse, le Dr Michaël Gillon de l’Université de Liège en Belgique, le Pr Kevin Heng de l’Université de Berne en Suisse, le professeur Didier Queloz de l’Université de Genève, en Suisse, et Cambridge au Royaume-Uni, et le Dr Laurence Sabin, également de l’Instituto de Astronomía de Astronomía de l’UNAM. SAINT-EX a été financé par le Fonds national suisse de la science et les universités de Berne, Genève, Liège et Cambridge ainsi que l’UNAM. SAINT-EX a également reçu le soutien du Conseil National de la Science et de la Technologie (CONACYT) à travers l’appel à projets des Laboratoires Nationaux pour l’Observatoire National d’Astronomie de San Pedro Martir.

    Exploration spatiale bernoise: avec l’élite mondiale depuis le premier atterrissage sur la lune

    Lorsque le deuxième homme, “Buzz” Aldrin, est sorti du module lunaire le 21 juillet 1969, la première tâche qu’il a effectuée a été de mettre en place l’expérience bernoise de composition du vent solaire (SWC) également connue sous le nom de “voile de vent solaire” par le planter dans le sol de la lune, avant même le drapeau américain. Cette expérience, qui a été planifiée et les résultats analysés par le professeur Johannes Geiss et son équipe de l’Institut de physique de l’Université de Berne, a été le premier grand temps fort de l’histoire de l’exploration spatiale bernoise. Depuis lors, l’exploration spatiale bernoise fait partie de l’élite mondiale. Les chiffres sont impressionnants: 25 fois des instruments ont été lancés dans la haute atmosphère et l’ionosphère à l’aide de fusées (1967-1993), 9 fois dans la stratosphère avec des vols en ballon (1991-2008), plus de 30 instruments ont été pilotés sur des sondes spatiales et avec CHEOPS l’Université de Berne partage avec l’ESA la responsabilité de toute une mission. Le travail fructueux du Département de recherche spatiale et de sciences planétaires (WP) de l’Institut de physique de l’Université de Berne a été consolidé par la création d’un centre de compétence universitaire, le Centre pour l’espace et l’habitabilité (CSH). Le Fonds national suisse a également décerné à l’Université de Berne le Centre national de compétences en recherche (NCCR) PlanetS, qu’il gère avec l’Université de Genève.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.