Un ADN vieux de 10 000 ans raconte les premières histoires des premières chèvres domestiquées –

  • FrançaisFrançais



  • De nouvelles recherches ont révélé la constitution génétique des premiers troupeaux de chèvres. Les découvertes, assimilées à l’ADN prélevé sur les restes de 32 chèvres mortes il y a environ 10 000 ans dans les montagnes du Zagros, fournissent des indices sur la façon dont les premières pratiques agricoles ont façonné l’évolution de ces animaux.

    Des preuves archéologiques ont précédemment indiqué que les monts Zagros, dans l’ouest de l’Iran, fournissaient les premières preuves de la gestion des chèvres par l’homme. Ici, sur le site de Ganj Dareh, les restes osseux indiquent l’abattage délibéré de boucs une fois qu’ils ont atteint leur maturité.

    En revanche, les chèvres femelles ont été autorisées à atteindre un âge plus avancé, ce qui signifie que les premiers éleveurs de chèvres ont maximisé le nombre de femelles reproductrices, comme les éleveurs de la région aujourd’hui.

    La relation étroite entre ces premiers bergers et les chèvres peut être vue dans les fondations mêmes de la colonie, avec plusieurs briques portant l’empreinte de sabots de chèvre fendus. Cependant, leurs chèvres ressemblaient au bézoard sauvage, avec une taille corporelle plus grande et une forme de corne de cimeterre.

    La collaboration internationale de chercheurs à l’origine de l’étude comprenait des personnes du Trinity College de Dublin, de la Smithsonian Institution, de l’Université de Copenhague, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) de France, et du National Musée d’Iran.

    L’étude marquante vient d’être publiée dans la revue internationale PNAS.

    Le Dr Kevin G Daly, chercheur à la Trinity’s School of Genetics and Microbiology et premier auteur de l’article, a déclaré :

    “Notre étude montre comment l’archéologie et la génétique peuvent répondre à des questions très importantes en s’appuyant sur des idées et des résultats des deux domaines. Nos résultats génétiques indiquent que la région de Zagros est une source majeure d’ascendance des chèvres domestiques et que les chèvres en troupeau, morphologiquement sauvages étaient génétiquement sur la voie de la domestication il y a environ 10 200 ans.”

    Liens vers les chèvres modernes

    Les analyses génétiques ont permis aux chercheurs de déterminer que les chèvres anciennes tombaient à la base même de la lignée des chèvres domestiques, suggérant qu’elles étaient étroitement liées aux animaux recrutés pour la première fois lors de la domestication.

    Une découverte surprenante, cependant, a été la découverte d’un petit nombre de chèvres sur les 32 dont les génomes ressemblaient davantage à leurs parents sauvages – le bouquetin bézoard. Cela suggère fortement que ces premiers éleveurs de chèvres ont continué à chasser les chèvres des troupeaux sauvages.

    Le Dr Daly a ajouté :

    “Ce premier élevage a façonné les génomes des chèvres. Il y avait des signes de réduction de la diversité du chromosome Y – moins de mâles ont été autorisés à se reproduire, ce qui a entraîné une tendance accrue à l’accouplement des parents. Étonnamment, la chèvre Zagros ne semblait pas avoir subi de goulot d’étranglement de la population souvent associé à la domestication et manquait de signaux forts de sélection trouvés chez les chèvres domestiques ultérieures. »

    Dan Bradley, professeur de génétique des populations à Trinity, a déclaré :

    “L’ADN ancien continue de nous permettre de sonder les profondeurs de la préhistoire ancienne et d’examiner les origines des premiers troupeaux de bétail au monde. Il y a plus de 10 000 ans, les premiers éleveurs pratiquaient l’élevage avec un héritage génétique qui se poursuit aujourd’hui.”

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Trinity College Dublin. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.