Raids et rituels sanglants parmi les anciens nomades des steppes –

  • FrançaisFrançais



  • Les historiographes antiques ont décrit les nomades des steppes comme des personnes violentes vouées à la guerre et au pillage. Peu de données archéologiques et anthropologiques sont cependant disponibles concernant la violence dans ces communautés au cours des premiers siècles de notre ère. Dans une nouvelle étude dans le Journal américain d’anthropologie physique, une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l’Université de Berne et de l’Académie des sciences de Russie présente de nouvelles découvertes sur les types de violence vécus par les nomades de Sibérie entre les IIe et IVe siècles de notre ère.

    L’étude – «Troubles à Touva: modèles de traumatisme périmortem dans une communauté nomade du sud de la Sibérie (2e-4e siècle CE)» – a été réalisée par le Dr Marco Milella du Département d’anthropologie physique, Institut de médecine légale (IRM), Université de Berne et collègues.

    Un cimetière ancien au coeur de la Sibérie

    La République de Touva en Sibérie méridionale présente un riche dossier archéologique documentant son occupation humaine depuis le Paléolithique. Les Scythes de l’âge du bronze et du fer et les structures funéraires de l’Antiquité tardive revêtent une importance particulière. Le site de Tunnug1 est l’une des plus anciennes tombes «royales» de la culture matérielle scythe en Sibérie connue à ce jour, et il a été fouillé à partir de 2017 par une mission archéologique codirigée par le Dr Gino Caspari de l’Université de Berne ainsi que Timur Sadykov et Jegor Blochin de l’Académie russe des sciences. Des fouilles récentes à Tunnug1 ont mis à jour un cimetière périphérique datant des IIe-IVe siècles CE comprenant les restes squelettiques de 87 individus. Parmi ceux-ci, plusieurs présentaient des traces exceptionnelles de violence, non exclusivement liées à la guerre, mais peut-être aussi dues à des rituels.

    Une équipe de recherche a effectué une analyse détaillée des traumatismes retrouvés sur les restes squelettiques. Les chercheurs se sont intéressés à reconstruire les scénarios possibles menant aux preuves anthropologiques observées. Parallèlement à cette étude, l’Institut de médecine légale achève les travaux sur les rapports isotopiques stables et l’ADN ancien des os. Cela permettra dans un proche avenir de reconstituer l’alimentation, la mobilité, l’appartenance génétique de ces personnes.

    Violence, guerre et rituels

    L’étude démontre que 25% des individus sont morts des suites de violences interpersonnelles, principalement liées au combat au corps à corps, souvent représenté par des traces de décapitation. Même si la violence touchait principalement les hommes, des femmes et des enfants figuraient également parmi les victimes. Certains individus de Tunnug1 présentent des traces de gorge et de scalping. Selon Marco Milella, premier auteur de l’étude “cela suggère que la violence n’était pas seulement liée aux raids et aux batailles, mais probablement aussi due à des rituels spécifiques, encore mystérieux, impliquant le meurtre d’humains et la collecte de trophées de guerre”.

    Instabilité politique et violence dans le passé

    Marco Milella déclare: «Nos données montrent que les personnes enterrées à Tunnug1 ont connu des niveaux élevés de violence. Au cours des premiers siècles de notre ère, toute la région de la Sibérie méridionale a traversé une période d’instabilité politique. Notre étude montre comment les changements politiques ont affecté, dans le passé comme de nos jours, la vie et la mort des gens. “

    Source de l’histoire:

    Matériaux fourni par Université de Berne. Remarque: le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    Source link

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.