Même le Tyrannosaurus rex aurait pu souffrir d’un disque glissé –

  • FrançaisFrançais



  • Les disques intervertébraux relient les vertèbres et donnent à la colonne vertébrale sa mobilité. Le disque est constitué d’un anneau fibreux cartilagineux et d’un noyau gélatineux servant de tampon. On a toujours supposé que seuls les humains et les autres mammifères avaient des disques. Une idée fausse, comme l’a maintenant découvert une équipe de recherche sous la direction de l’Université de Bonn: même le Tyrannosaurus rex aurait pu souffrir d’un disque glissé. Les résultats sont maintenant publiés dans la revue “Rapports scientifiques. “

    Les serpents et autres reptiles actuels n’ont pas de disques intervertébraux; au lieu de cela, leurs vertèbres sont reliées à ce que l’on appelle des articulations à rotule. Ici, la surface d’extrémité en forme de boule d’une vertèbre s’insère dans une dépression en forme de coupe de la vertèbre adjacente, similaire à une articulation de la hanche humaine. Entre les deux, il y a du cartilage et du liquide synovial pour garder l’articulation mobile. Cette construction évolutive est bonne pour les reptiles d’aujourd’hui, car elle empêche le disque glissé redouté, qui est causé par des parties du disque qui glissent dans le canal rachidien.

    «J’ai eu du mal à croire que les reptiles anciens n’avaient pas de disques intervertébraux», explique le paléontologue Dr Tanja Wintrich de la section de paléontologie de l’Institut des géosciences de l’Université de Bonn. Elle a remarqué que les vertèbres de la plupart des dinosaures et des anciens reptiles marins ressemblent beaucoup à celles des humains – c’est-à-dire qu’elles n’ont pas d’articulations à rotule. Elle se demande donc si les reptiles éteints ont des disques intervertébraux, mais les ont “remplacés” par des rotules au cours de leur évolution.

    Comparaison des vertèbres de dinosaures avec des animaux encore vivants aujourd’hui

    À cette fin, l’équipe de chercheurs dirigée par Tanja Wintrich et avec la participation de l’Université de Cologne et de la TU Bergakademie Freiberg ainsi que des chercheurs du Canada et de la Russie ont examiné un total de 19 dinosaures différents, d’autres reptiles éteints et des animaux encore vivants. aujourd’hui. Les chercheurs ont conclu que les disques intervertébraux ne se produisent pas seulement chez les mammifères. Pour ces investigations, les vertèbres encore en connexion ont été analysées selon différentes méthodes.

    Étonnamment, le Dr Wintrich a également pu démontrer que les restes de cartilage et même d’autres parties du disque intervertébral sont presque toujours préservés dans ces spécimens anciens, y compris les reptiles marins comme les ichtyosaures et les dinosaures comme le Tyrannosaurus. Elle a ensuite retracé l’évolution des tissus mous entre les vertèbres le long de l’arbre généalogique des animaux terrestres, qui il y a 310 millions d’années s’est scindé en la lignée des mammifères et la lignée des dinosaures et des oiseaux.

    Des disques intervertébraux sont apparus plusieurs fois au cours de l’évolution

    Il était auparavant inconnu que les disques intervertébraux sont une caractéristique très ancienne. Les résultats montrent également que les disques intervertébraux ont évolué plusieurs fois au cours de l’évolution chez différents animaux, et ont probablement été remplacés deux fois par des articulations à rotule chez les reptiles. «La raison pour laquelle le disque intervertébral a été remplacé est peut-être qu’il est plus susceptible d’être endommagé qu’une articulation à rotule», explique le Dr Wintrich. Néanmoins, les mammifères ont toujours conservé des disques intervertébraux, répétant le schéma familier selon lequel ils sont plutôt limités dans leur flexibilité évolutive. “Cette vision est également essentielle à la compréhension médicale des humains. Le corps humain n’est pas parfait et ses maladies reflètent notre longue histoire évolutive”, ajoute le paléontologue Dr. Martin Sander de l’Université de Bonn.

    En termes de méthodes de recherche, l’équipe s’est inspirée non seulement de la paléontologie, mais aussi de l’anatomie médicale, de la biologie du développement et de la zoologie. Au microscope, des os de dinosaures coupés avec une scie à roche puis broyés très finement fournissent des informations comparables à des coupes histologiques de tissus fixes et inclus d’animaux existants. Cela permet de combler les longues périodes d’évolution et d’identifier les processus de développement. Le professeur Sander remarque: “Il est vraiment étonnant que le cartilage de l’articulation et apparemment même le disque lui-même puissent survivre pendant des centaines de millions d’années.”

    Le Dr Wintrich, qui travaille maintenant à l’Institut d’anatomie de l’Université de Bonn, se réjouit de la coopération entre les domaines qui a rendu cette compréhension interdisciplinaire possible en premier lieu: “Nous avons constaté que même Tyrannosaurus rex n’était pas protégé contre les glissades disques. ” Seuls les dinosaures prédateurs ressemblant à des oiseaux ont ensuite développé des articulations à rotule et des articulations de la selle, encore visibles chez les oiseaux d’aujourd’hui. De même, de telles articulations à rotule étaient un avantage décisif pour la stabilité de la colonne vertébrale des plus grands dinosaures, les dinosaures à long cou.

    Ce pont entre la paléontologie et la médecine est déterminant en Allemagne. L’anatomiste Prof.Dr Karl Schilling de l’Université de Bonn, qui n’a pas participé à la nouvelle étude, rapporte: “Aux États-Unis, en revanche, les chercheurs sur les dinosaures et les biologistes évolutionnistes sont souvent étroitement impliqués dans la formation médicale, en particulier en anatomie et l’embryologie. Cela donne aux jeunes médecins une perspective de plus en plus importante dans un environnement en évolution rapide. “

    Source de l’histoire:

    Matériaux fourni par Université de Bonn. .

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.