Les éleveurs de l’âge du bronze étaient moins mobiles qu’on ne le pensait auparavant –

  • FrançaisFrançais



  • Les éleveurs de l’âge du bronze de ce qui est aujourd’hui le sud de la Russie ont apparemment parcouru des distances plus courtes qu’on ne le pensait auparavant. On pense que les langues indo-européennes peuvent provenir de cette région, et ces découvertes soulèvent de nouvelles questions sur la manière dont les innovations techniques et agricoles se propagent en Europe. Une équipe de recherche internationale, avec la participation de l’Université de Bâle, a publié un article sur ce sujet.

    Pendant l’âge du bronze (vers 3900 – 1000 avant notre ère), les bergers et leurs familles se sont déplacés sur les pentes du Caucase et des steppes au nord, emmenant leurs moutons, chèvres et bétail avec eux. On pense que les groupes indo-germaniques, qui ont apporté les langues indo-européennes et les innovations techniques telles que les chariots, les chevaux domestiques et les armes métalliques en Europe, pourraient être originaires de cette région.

    Jusqu’à présent, les experts supposaient que ce transfert de technologie reposait sur les migrations longue distance et les contacts commerciaux de ces communautés pastorales mobiles, et que cette mobilité reliait le Moyen-Orient à l’Europe. Une équipe de recherche internationale, avec la participation de l’Université de Bâle, s’est maintenant demandé si ces communautés voyageaient réellement sur de si longues distances. Ils ont publié leur étude dans la revue Plos One.

    La nutrition révèle de faibles niveaux de mobilité

    Les chercheurs ont reconstitué le régime alimentaire des sociétés pastorales de l’âge du bronze afin de tirer des conclusions sur leur migration. Leur analyse était basée sur des restes de squelettes provenant de tumulus et de cimetières à tombes plates sur les plateaux du Caucase et les steppes limitrophes au nord. «Ces os et dents humains sont des trésors archéologiques», déclare l’auteur de l’étude, le professeur Kurt Alt, professeur invité à l’Université de Bâle et professeur à l’Université privée du Danube à Krems. “Ce sont des ressources fondamentales pour acquérir une compréhension plus approfondie des stratégies économiques, des modèles de mobilité qui leur sont associés et de la différenciation sociale.”

    L’équipe de recherche a analysé la composition isotopique du carbone et de l’azote dans le collagène osseux des restes squelettiques de 150 personnes, prélevées sur huit sites. Les découvertes remontent à une période d’environ 5000 à environ 500 avant notre ère. De plus, les scientifiques ont comparé ces données avec les rapports isotopiques dans le collagène osseux de 50 animaux, ainsi qu’avec la végétation locale de l’époque. Les rapports isotopiques du collagène osseux reflètent les rapports isotopiques des principaux aliments qu’une personne mange.

    Il s’avère que le régime alimentaire de ces groupes était principalement basé sur les denrées alimentaires des paysages où leurs restes ont été trouvés. «Les communautés sont apparemment restées dans leurs zones écologiques respectives et n’ont pas basculé entre les steppes, les steppes forestières ou les régions plus élevées», explique Sandra Pichler du Département des sciences de l’environnement de l’Université de Bâle, co-auteur de l’étude. Selon l’analyse isotopique, la viande, le lait et les produits laitiers constituaient une grande partie de l’alimentation de base de ces individus, mais ils étaient également complétés par des plantes sauvages. Ce n’est qu’à la fin de l’âge du bronze que leur régime alimentaire a commencé à être davantage basé sur les céréales cultivées, le millet étant vraisemblablement la principale culture à cet égard.

    Transfert de technologie par le bouche à oreille

    “Les résultats de cette étude impliquent que les communautés caucasiennes n’étaient pas très mobiles et n’entreprenaient pas de migrations à grande échelle, suggérant que les innovations techniques révolutionnaires des 4ème et 3ème millénaires avant notre ère, telles que les wagons ou les armes métalliques, étaient transmises par d’autres moyens.”

    Si les communautés pastorales de l’époque ne se déplaçaient que sur des distances plus courtes, les technologies auraient pu être transmises d’un groupe à l’autre transmettant la connaissance des armes métalliques, le traitement du bronze et la domestication des chevaux en Europe par le bouche à oreille.

    Source de l’histoire:

    Matériaux fourni par Université de Bâle. .

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.