Les broches de datation au radiocarbone datent de la construction du complexe ouïghour jusqu’en 777 –

  • FrançaisFrançais



  • La datation précise des objets archéologiques est difficile, même en utilisant des techniques telles que la datation au radiocarbone. En utilisant une méthode récemment développée, basée sur la présence de pics soudains de concentration de carbone 14, des scientifiques de l’Université de Groningen, en collaboration avec des collègues russes, ont fixé la date de la construction d’un complexe du huitième siècle dans le sud de la Sibérie à un an. Cela permet aux archéologues de comprendre enfin le but de la construction du complexe – et pourquoi il n’a jamais été utilisé. Les résultats ont été publiés dans Actes de l’Académie nationale des sciences le 8 juin.

    Le complexe Por-Bajin, à la frontière de la Fédération de Russie et de la Mongolie, mesure 215 x 162 mètres et a des murs extérieurs de douze mètres de haut. Tous les murs sont faits d’argile (Por-Bajin se traduit par «maison d’argile») sur une fondation de poutres en bois. Le complexe a été créé par des Ouïghours nomades, au huitième siècle. Mais les archéologues ne connaissaient pas le but du complexe et pourquoi il semble n’avoir jamais été utilisé.

    Khans

    «Pour comprendre cela, la date exacte de la construction était nécessaire pour savoir quel chef local, ou khan, avait donné les commandes pour la construction», explique Margot Kuitems, chercheuse postdoctorale au Centre de recherche isotopique de l’Université de Groningen. Elle travaille actuellement sur le projet Exact Chronology of Early Societies (ECHOES), financé par le Conseil européen de la recherche et dirigé par le professeur assistant de chronologie isotopique Michael Dee, qui est également auteur sur le PNAS papier.

    Pour la période médiévale précoce, la datation au radiocarbone est généralement précise à quelques décennies. C’est assez bon pour la plupart des applications. Cependant, comme les khans allaient et venaient au cours du huitième siècle, la date exacte de construction était nécessaire pour le lier à un chef spécifique. Dans le cadre du projet ECHOES, Kuitems a appliqué une méthode récemment développée pour dater exactement ses échantillons.

    Pointe

    Le carbone 14 (un isotope radioactif du carbone) est créé dans la haute atmosphère. Les plantes absorbent le dioxyde de carbone, qui contient une infime quantité de carbone 14. Lorsque la plante – ou l’animal qui a mangé la plante – meurt, l’absorption de carbone s’arrête et le carbone-14 se désintègre lentement. Tous les 5 730 ans, la moitié du carbone 14 se désintègre. Par conséquent, la concentration en carbone 14 vous indique l’âge de l’objet (animal, plante ou toute autre matière organique).

    Les taux de production de carbone 14 dans l’atmosphère ne sont pas constants. Cependant, on pense que les changements du carbone 14 atmosphérique montrent peu de variation d’une année à l’autre. Puis, en 2013, le professeur japonais Fusa Miyake a analysé les anneaux des arbres individuels et a trouvé un pic spectaculaire de teneur en carbone 14 en 775. “ Lorsque vous trouvez du bois sur un site archéologique de cette période, vous pouvez rechercher l’épi en mesurant la teneur en carbone 14 des anneaux suivants des arbres », explique Kuitems. La pointe vous indique quel anneau d’arbre a poussé en 775. Et lorsque l’échantillon comprend l’écorce, il est même possible de déterminer quand l’arbre a été abattu.

    Princesse chinoise

    Cette approche a été utilisée pour analyser une poutre issue de la fondation même du complexe Por-Bajin. L’échantillon qu’ils ont utilisé avait 45 anneaux, suivis de l’écorce. Les mesures ont montré que le pic qui datait de l’année 775 était présent dans le 43e anneau. «Donc, nous savions que l’arbre avait été abattu en 777. Petra Doeve, spécialiste et co-auteur de l’anneau d’arbre, a déterminé que l’anneau final et partiel avait été créé au printemps. Dans le sud de la Sibérie, il existe une distinction claire entre le bois d’été et d’hiver.

    Les archéologues russes avaient précédemment rapporté que l’ensemble du complexe avait été achevé en très peu de temps, environ deux ans. Por-Bajin est situé sur une île dans un lac et il a été déterminé que les arbres provenaient des environs. «Nous sommes à peu près certains qu’ils ont été abattus pour la construction du complexe, et il est donc fort probable que la construction ait eu lieu vers 777.» Auparavant, le site avait été daté de 750, basé sur une inscription runique sur un monument appelé la «pierre de Selenga», qui décrivait la construction d’un grand complexe. En 750, Bayan-Chur Khan dirigeait les Ouïghours. Il était marié à une princesse chinoise et cela peut expliquer pourquoi certaines influences chinoises ont été trouvées dans le complexe Por-Bajin. “ Cependant, les précédentes tentatives de datation au radiocarbone suggéraient déjà que les bâtiments pourraient être légèrement plus jeunes. ”

    Manichéisme

    En l’an 777, Tengri Bögü Khan était en charge. Il s’était converti au manichéisme, une religion gnostique fortement opposée. En effet, Bögü Khan a été tué lors d’une rébellion anti-manichéenne en 779. «Tout cela est parfaitement lié aux preuves archéologiques», explique Kuitems. Il est probable que le complexe ait été construit pour servir de monastère manichéen. Cela explique pourquoi il n’a jamais été utilisé après que les anti-manichéens aient vaincu Bögü Khan. S’il s’agissait d’un palais ou d’une forteresse, il est plus probable que les vainqueurs y auraient emménagé.

    L’étude montre comment les pics de carbone 14 peuvent aider à résoudre les énigmes archéologiques, explique Kuitems: «Cette technologie peut être vraiment utile dans les cas où une date exacte est requise. Et comme de plus en plus de pointes sont identifiées, leurs utilisations deviendront plus répandues.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.