L’acier au chrome a été fabriqué pour la première fois dans l’ancienne Perse –

  • FrançaisFrançais



  • L’acier au chrome – similaire à ce que nous appelons aujourd’hui l’acier à outils – a été fabriqué pour la première fois en Perse, près d’un millénaire plus tôt que les experts ne le pensaient auparavant, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’UCL.

    La découverte, publiée dans le Journal of Archaeological Science, a été réalisé à l’aide d’un certain nombre de manuscrits persans médiévaux, qui ont conduit les chercheurs à un site archéologique à Chahak, dans le sud de l’Iran.

    Les découvertes sont importantes étant donné que les scientifiques des matériaux, les historiens et les archéologues ont longtemps considéré que l’acier au chrome était une innovation du XXe siècle.

    Le Dr Rahil Alipour (Archéologie UCL), auteur principal de l’étude, a déclaré: “Nos recherches fournissent la première preuve de l’ajout délibéré d’un minéral de chrome dans la production d’acier. Nous pensons qu’il s’agissait d’un phénomène persan.

    “Cette recherche fournit non seulement les premières preuves connues de la production d’acier au chrome datant du 11ème siècle de notre ère, mais fournit également un traceur chimique qui pourrait aider à identifier les artefacts en acier de creuset dans les musées ou les collections archéologiques de retour à leur origine. dans Chahak, ou la tradition Chahak. “

    Chahak est décrit dans un certain nombre de manuscrits historiques datant du 12ème au 19ème siècle comme un centre de production d’acier autrefois célèbre, et est le seul site archéologique connu à l’intérieur des frontières de l’Iran avec des preuves de fabrication d’acier à creuset.

    Bien que Chahak soit enregistré comme site d’importance archéologique, l’emplacement exact de la production d’acier pour creusets en Iran est resté un mystère et difficile à localiser aujourd’hui, étant donné que de nombreux villages en Iran sont appelés Chahak.

    Le manuscrit ‘al-Jamahir fi Marifah al-Jawahir’ (‘Un compendium pour connaître les gemmes’, 10e-11e s. CE) écrit par le polymathe persan Abu-Rayhan Biruni, était d’une importance particulière pour les chercheurs étant donné qu’il a fourni le seule recette connue de fabrication d’acier à creuset.

    Cette recette a enregistré un ingrédient mystérieux qu’ils ont identifié comme un minéral chromite pour la production d’acier de creuset au chrome.

    L’équipe a utilisé la datation au radiocarbone d’un certain nombre de morceaux de charbon de bois récupérés dans un laitier de creuset et un laitier de forge (sous-produits laissés après la séparation du métal) pour dater l’industrie du 11ème au 12ème siècle de notre ère.

    Surtout, les analyses utilisant la microscopie électronique à balayage leur ont permis d’identifier les restes de la chromite minérale, qui a été décrite dans le manuscrit de Biruni comme un additif essentiel au processus.

    Ils ont également détecté 1 à 2 pour cent en poids de chrome dans les particules d’acier conservées dans les scories du creuset, démontrant que le minerai de chromite formait un alliage d’acier au chrome – un processus que nous ne voyons plus utilisé jusqu’à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

    Le professeur Thilo Rehren (UCL Archaeology et The Cyprus Institute), co-auteur de l’étude, a déclaré: “Dans un manuscrit persan du XIIIe siècle traduit par le Dr Alipour, l’acier Chahak était connu pour ses motifs fins et exquis, mais ses épées étaient également fragiles. , d’où la perte de leur valeur marchande. Aujourd’hui, le site est un petit village modeste qui, avant d’être identifié comme site d’intérêt archéologique, n’était connu que pour son agriculture. “

    Les chercheurs pensent que cela marque une tradition persane de fabrication d’acier à creuset distincte – distincte des méthodes plus connues d’Asie centrale en Ouzbékistan et au Turkménistan – pour la production d’acier à faible teneur en chrome (produit à environ 1 (un) pour cent en poids de chrome. ).

    Le professeur Marcos Martinon-Torres (Université de Cambridge), dernier auteur de l’étude, a déclaré: “Le processus d’identification peut être assez long et compliqué et cela pour plusieurs raisons. Premièrement, le langage et les termes utilisés pour enregistrer les processus technologiques ou les matériaux peuvent ne plus être utilisés, ou leur signification et leur attribution peuvent être différentes de celles utilisées dans la science moderne.

    “De plus, l’écriture était réservée aux élites sociales, plutôt qu’à l’individu qui réalisait réellement le métier, ce qui peut avoir conduit à des erreurs ou des omissions dans le texte.”

    Commentant leurs prochaines étapes, le Dr Alipour a déclaré: “Nous espérons travailler avec des experts du musée pour partager nos découvertes, soutenant les efforts à ce jour et la provenance des objets en acier de creuset plus anciens avec la signature unique en acier au chrome.”

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.