La traite négrière transatlantique a introduit de nouveaux virus pathogènes dans les Amériques –

  • FrançaisFrançais



  • La traite négrière transatlantique a peut-être introduit de nouveaux virus pathogènes d’Afrique en Amérique du Nord qui ont affecté les communautés autochtones, montre une analyse de l’ADN ancien publiée dans eLife.

    Les résultats suggèrent que les colons européens ont apporté de nouveaux virus, notamment la variole, la rougeole et les oreillons, en Amérique du Nord, ce qui a provoqué des épidémies qui ont entraîné un déclin important de la population dans les communautés amérindiennes. Cette découverte ajoute de nouvelles informations sur l’héritage de la traite transatlantique des esclaves en Amérique du Nord.

    “De multiples épidémies dans ce qui est maintenant le Mexique ont tué des millions d’Autochtones, d’Africains et de certains Européens au 16e siècle. Mais les agents pathogènes exacts responsables de certaines de ces épidémies ne sont pas connus actuellement », explique le premier auteur Axel Guzmán-Solís, ancien étudiant au Laboratoire international de recherche sur le génome humain, Universidad Nacional Autónoma de México, Mexique, et qui est maintenant titulaire d’un doctorat. étudiant à l’école de médecine Icahn à Mount Sinai, New York, États-Unis. “Nous voulions comprendre quels virus circulaient au Mexique pendant cette période.”

    Pour ce faire, Guzmán-Solís et l’équipe ont extrait l’ADN viral ancien des dents de victimes probables de ces épidémies enterrées dans un hôpital et une chapelle de l’époque coloniale. Ils comprenaient des victimes autochtones ainsi que des personnes d’ascendance africaine. L’équipe a ensuite utilisé cet ADN pour reconstruire les génomes des virus présents dans ces échantillons. Cela leur a permis d’identifier l’ancien virus de l’hépatite B humaine et le parvovirus humain B19 de différents individus. En comparant les génomes de ces virus à d’autres, ils ont découvert que les virus provenaient probablement d’Afrique.

    “Nos résultats suggèrent que les virus ont été introduits dans les Amériques par des colons engagés dans la traite des esclaves”, explique le co-auteur principal Daniel Blanco-Melo, ancien chercheur postdoctoral à l’école de médecine Icahn du mont Sinaï à New York qui est maintenant professeur adjoint au Fred Hutchinson Cancer Research Center à Seattle, États-Unis « Les conditions cruelles, insalubres et surpeuplées sur les navires qui ont transporté des millions de personnes à travers l’Atlantique étaient un cadre favorable à la propagation des maladies infectieuses. Par conséquent, cette pratique horrible a probablement introduit de nouveaux agents pathogènes chez les peuples autochtones qui n’avaient aucune immunité contre eux. Il ajoute que les conditions dans lesquelles les colons ont forcé les Africains et les Amérindiens à vivre pendant cette période auraient également favorisé la propagation des maladies et pourraient avoir alimenté les épidémies.

    L’étude n’est pas en mesure de déterminer si ces individus ont été infectés en Afrique, lors du transport forcé, ou si les virus sont survenus après l’arrivée des Africains en Amérique du Nord. Il est également incapable de dire si les virus ont causé la mort des victimes. Mais cela prouve que ces virus, qui peuvent provoquer des maladies graves, circulaient dans les populations touchées.

    “Nos résultats suggèrent également que plusieurs virus nouvellement introduits circulaient en même temps, ce qui peut expliquer pourquoi les épidémies se sont avérées si mortelles pour les communautés autochtones”, déclare la coauteure principale Maria Ávila-Arcos, chercheuse principale au Laboratoire international pour l’homme. Recherche sur le génome, Universidad Nacional Autónoma de México. “Ensemble, ce travail démontre comment le nouveau domaine de la paléovirologie peut nous aider à en apprendre davantage sur le rôle possible de ces agents pathogènes et d’autres dans les épidémies coloniales et à mieux comprendre le rôle des actions humaines dans leur propagation.”

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par eLife. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.