De vastes monuments de pierre construits en Arabie il y a 7000 ans –

  • FrançaisFrançais



  • Dans une nouvelle étude publiée dans L’Holocène, des chercheurs de la Max Planck Society à Jena, en collaboration avec des collaborateurs saoudiens et internationaux, présentent la première étude détaillée des structures en pierre «mustatil» dans le désert d’Arabie. Ce sont de vastes structures en pierre empilées en rectangles, qui comptent parmi les plus anciennes structures à grande échelle au monde. Ils donnent un aperçu de la façon dont les premiers éleveurs ont survécu dans les paysages difficiles de l’Arabie semi-aride.

    La dernière décennie a vu un développement rapide de l’archéologie de l’Arabie saoudite. Les découvertes récentes vont des premiers sites d’hominidés vieux de centaines de milliers d’années à des sites vieux de quelques centaines d’années. Un aspect énigmatique des archives archéologiques de l’Arabie occidentale est la présence de millions de structures en pierre, où les gens ont empilé des roches pour fabriquer différents types de structures, allant des tombes funéraires aux pièges de chasse. Une forme énigmatique se compose de vastes formes rectangulaires. Les archéologues travaillant avec la Commission royale d’AlUla leur ont donné le nom de «mustatils», qui signifie rectangle en arabe.

    Les mustatiles ne sont présents que dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite. Ils avaient été précédemment reconnus à partir d’images satellitaires et, comme ils étaient souvent couverts par des structures plus jeunes, on avait supposé qu’ils pourraient être anciens, remontant peut-être au néolithique.

    Dans ce nouvel article dirigé par le Dr Huw Groucutt (chef de groupe du groupe de recherche sur les événements extrêmes qui est un groupe Max Planck couvrant les instituts Max Planck pour l’écologie chimique, la science de l’histoire humaine et la biogéochimie) une équipe internationale de chercheurs sous les auspices du projet Green Arabia (un grand projet dirigé par le professeur Michael Petraglia du département d’archéologie de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine et du ministère saoudien du tourisme ainsi que des collaborateurs de plusieurs institutions saoudiennes et internationales) d’abord chaque étude détaillée des mustatils. Grâce à un mélange d’études de terrain et d’analyse d’images satellitaires, l’équipe a considérablement élargi ses connaissances sur ces énigmatiques structures en pierre.

    Plus d’une centaine de nouveaux mustatils ont été identifiés autour des marges sud du désert de Nefud, entre les villes de Ha’il et Tayma, rejoignant les centaines précédemment identifiées à partir des études d’imagerie Google Earth, en particulier dans la région de Khaybar. L’équipe a constaté que ces structures se composent généralement de deux grandes plates-formes, reliées par de longs murs parallèles, s’étendant parfois sur 600 mètres de long. Les longs murs sont très bas, n’avaient pas d’ouvertures évidentes et sont situés dans divers contextes paysagers. Il est également intéressant de noter que peu d’autres éléments archéologiques – tels que des outils en pierre – ont été trouvés autour des mustatils. Ensemble, ces facteurs suggèrent que les structures n’étaient pas simplement des entités utilitaires pour quelque chose comme l’eau ou le stockage des animaux.

    Dans une localité, l’équipe a pu dater la construction d’un mustatil il y a 7 000 mille ans, en datant du charbon de bois au radiocarbone depuis l’intérieur d’une des plates-formes. Un assemblage d’ossements d’animaux a également été récupéré, qui comprenait à la fois des animaux sauvages et peut-être du bétail domestique, bien qu’il soit possible que ces derniers soient des aurochs sauvages. À un autre mustatil, l’équipe a trouvé un rocher avec un motif géométrique peint dessus.

    «Notre interprétation des mustatils est que ce sont des sites rituels, où des groupes de personnes se sont réunis pour effectuer une sorte d’activités sociales actuellement inconnues», dit Groucutt. “Peut-être étaient-ils des sites de sacrifices d’animaux ou de fêtes.”

    Le fait que parfois plusieurs des structures ont été construites les unes à côté des autres peut suggérer que l’acte même de leur construction était une sorte d’exercice de lien social. L’Arabie du Nord il y a 7 000 ans était très différente de celle d’aujourd’hui. Les précipitations étaient plus élevées, une grande partie de la zone était couverte de prairies et il y avait des lacs dispersés. Les groupes de pasteurs ont prospéré dans cet environnement, mais cela aurait été un endroit difficile à vivre, avec des sécheresses un risque constant.

    L’hypothèse de l’équipe est que les mustatils ont été construits comme un mécanisme social pour vivre dans ce paysage difficile. Ce ne sont peut-être pas les bâtiments les plus anciens du monde, mais ils sont à une échelle unique pour cette première période, plus de deux mille ans avant que les pyramides ne commencent à être construites en Égypte. Les Mustatils offrent des aperçus fascinants sur la façon dont les humains ont vécu dans des environnements difficiles et les études futures promettent d’être extrêmement utiles pour comprendre ces sociétés anciennes.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.