D’anciens outils en os trouvés dans une grotte marocaine étaient utilisés pour travailler le cuir et la fourrure –

  • FrançaisFrançais



  • Lorsque les chercheurs ont commencé à examiner les ossements d’animaux de la grotte des Contrebandiers, au Maroc, ils voulaient en savoir plus sur le régime alimentaire et l’environnement des premiers ancêtres humains qui y vivaient il y a entre 120 000 et 90 000 ans. Mais ils se sont vite rendu compte que les ossements qu’ils avaient trouvés n’étaient pas que des restes de repas. Comme indiqué dans le journal iScience le 16 septembre, ils avaient été façonnés en outils, apparemment pour être utilisés dans le travail du cuir et de la fourrure.

    “Ces outils en os ont des marques de mise en forme et d’utilisation qui indiquent qu’ils ont été utilisés pour gratter les peaux pour faire du cuir et pour gratter les peaux pour faire de la fourrure”, explique Emily Hallett du groupe de recherche “Lise Meitner” Pan-African Evolution à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine en Allemagne. “En même temps, j’ai trouvé un motif de marques de coupe sur les os de carnivores de la grotte des Contrebandiers qui suggéraient que les humains ne transformaient pas les carnivores pour la viande mais les écorchaient plutôt pour leur fourrure.”

    Les vêtements faits de fourrure et de peaux ont probablement joué un rôle important dans la capacité des premiers humains à se déplacer dans les régions les plus froides du monde pendant le Pléistocène. “Les études génétiques des poux des vêtements par d’autres chercheurs ont suggéré que les vêtements sont originaires de l’homme moderne il y a au moins 170 000 ans en Afrique”, explique Hallett. Mais on ne sait pas grand-chose de la tradition du vêtement et de sa fabrication, car la fourrure et d’autres matières organiques ne sont généralement pas conservées dans les archives archéologiques, en particulier dans les gisements vieux de 100 000 ans ou plus. Les nouvelles découvertes fournissent « des preuves indirectes très suggestives des premiers vêtements des archives archéologiques », écrivent les auteurs.

    Les chercheurs, dont feu Harold Dibble, un archéologue influent de l’Université de Pennsylvanie, ont identifié en tout 62 outils en os de la grotte des Contrebandiers. Les os ont été sculptés de diverses manières pour créer des formes régulières. Ils ont également été polis et lissés. À côté des outils en os se trouvaient les restes de renards des sables, de chacals dorés et de chats sauvages, tous avec des marques compatibles avec l’idée que les gens avaient retiré leur peau pour la fourrure en utilisant des techniques encore utilisées aujourd’hui. Les restes d’autres types d’animaux liés au bétail moderne trouvés dans la grotte montrent des marques différentes, suggérant qu’ils ont été transformés à la place pour la viande.

    En outre, les chercheurs ont découvert une pointe de dent de cétacé, qui, selon eux, porte ce qui est probablement une combinaison de modifications humaines et non humaines. Cela en fait la première utilisation documentée d’une dent de mammifère marin par l’homme et le seul mammifère marin vérifié de cet âge. d’Afrique du Nord.

    Dans l’ensemble, les preuves de la grotte des Contrebandiers mettent en évidence l’émergence panafricaine d’une culture complexe, y compris l’utilisation de matériaux multiples et divers pour la fabrication d’outils spécialisés. “Nos résultats montrent que les premiers humains fabriquaient des outils en os qui étaient utilisés pour préparer les peaux et les fourrures, et que ce comportement fait probablement partie d’une tradition plus large avec des exemples antérieurs qui n’ont pas encore été trouvés”, explique Hallett.

    Hallett dit qu’elle est curieuse de voir si d’autres archéologues trouveront des modèles de dépouillement de carnivores comparables dans d’autres assemblages d’os. Elle souhaite également fabriquer et utiliser expérimentalement des outils en os dans un environnement contrôlé pour comprendre le temps et l’investissement en main-d’œuvre nécessaires à la fabrication et à la maintenance de ces premiers outils en os.

    Ce travail a été soutenu par la National Science Foundation, l’Université de Salamanque, l’Institute of Human Origins, une subvention de la John Templeton Foundation à l’Institute of Human Origins de l’Arizona State University, la School of Human Evolution and Social Change, l’Australian Research Council , la Leakey Foundation, la National Geographic Society et la University Research Foundation de l’Université de Pennsylvanie. Harold Dibble est décédé le 10 juin 2018 et manque à son équipe.

    Source de l’histoire :

    Matériel fourni par Presse cellulaire. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.