La guerre est un racket


  • FrançaisFrançais


  • Traduction d’un article du major général Smedley Butler en 1933

    La guerre n’est qu’un racket. Un racket est mieux décrit, je crois, comme quelque chose qui n’est pas ce qu’il semble être pour la majorité des gens. Seul un petit groupe à l’intérieur sait de quoi il s’agit. Il est mené au profit d’un très petit nombre aux dépens des masses.

    Je crois en une défense adéquate sur le littoral et rien d’autre. Si une nation vient ici pour se battre, alors nous nous battrons. Le problème avec l’Amérique, c’est que lorsque le dollar ne rapporte que 6 % ici, il s’agite et part à l’étranger pour obtenir 100 %. Ensuite, le drapeau suit le dollar et les soldats suivent le drapeau.

    Je n’irais plus faire la guerre comme je l’ai fait pour protéger un mauvais investissement des banquiers. Il n’y a que deux choses pour lesquelles nous devrions nous battre. L’un est la défense de nos maisons et l’autre est la Déclaration des droits. La guerre pour toute autre raison est simplement du racket.

    Il n’y a pas un truc dans le sac de racket auquel le gang militaire est aveugle. Il a ses “hommes du doigt” pour désigner les ennemis, ses “hommes du muscle” pour détruire les ennemis, ses “hommes du cerveau” pour planifier les préparatifs de guerre, et un super-nationaliste-capitalisme “Big Boss”.

    Cela peut sembler étrange pour moi, militaire, d’adopter une telle comparaison. La véracité m’y oblige. J’ai passé trente-trois ans et quatre mois en service militaire actif en tant que membre de la force militaire la plus agile de ce pays, le Corps des Marines. J’ai servi dans tous les grades, du sous-lieutenant au major-général. Et pendant cette période, j’ai passé la plupart de mon temps à être un homme du muscle de grande classe pour les grandes entreprises, pour Wall Street et pour les banquiers. Bref, j’étais un racket, un gangster du capitalisme.

    Je soupçonnais que je faisais juste partie d’un racket à l’époque. Maintenant j’en suis sûr. Comme tous les membres de la profession militaire, je n’ai jamais eu de pensée personnelle jusqu’à ce que je quitte le service. Mes facultés mentales restaient en animation suspendue tandis que j’obéissais aux ordres des supérieurs. C’est typique de tout le monde dans le service militaire.

    J’ai aidé à rendre le Mexique, en particulier Tampico, sûr pour les intérêts pétroliers américains en 1914. J’ai aidé à faire d’Haïti et de Cuba un endroit décent pour les mecs de la National City Bank pour collecter des revenus. J’ai aidé au viol d’une demi-douzaine de républiques d’Amérique centrale pour les avantages de Wall Street. Le bilan du racket est long. J’ai aidé à purifier le Nicaragua pour la maison bancaire internationale des Brown Brothers en 1909-1912 (où ai-je déjà entendu ce nom ?). J’ai apporté la lumière en République dominicaine pour les intérêts sucriers américains en 1916. En Chine, j’ai aidé à faire en sorte que la Standard Oil suive son chemin sans encombre.

    Pendant ces années, j’ai fait, comme diraient les mecs de l’arrière-boutique, un sacré racket. En y repensant, j’ai l’impression que j’aurais pu donner quelques indices à Al Capone. Le mieux qu’il pouvait faire était d’opérer son racket dans trois districts. J’ai opéré sur trois continents.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.