Courses au supermarché comme summum de la créativité

  • FrançaisFrançais



  • Quand t’as pas grand chose à faire, le chomage partiel commence à te peser, le frigo est vide et le lit aussi puisque l’autre préfère se faire sauter par un collectionneur de carte Pokémon, tu passe du temps sur Youtube. Le vide se multiplie par le vide et après avoir écouté des dingues parler pendant des heures, t’as envie d’un peu de repos. Et c’est là que tu tombe sur une catégorie de vidéos que tu ne pensais pas voir dans un monde normal. Des gens qui filment leurs courses chez LIDL.

    Alors qu’à la base, on te dit que Youtube te permet de connaitre Heigel, Marx ou Lovecraft, tu te retrouves à mater une mère au foyer qui étale ses courses sur la table pour te dire ce qu’elle va manger cette semaine. Même si le sourire narquois devant une telle médiocrité créative se dessine sur ton visage, tu ne peux pas t’empêcher d’être happé par cette liste hypnotique de courses dont tu t’en fous royalement, mais que tu continue à regarder bêtement parce que t’as rien d’autre à faire et qu’il faut du temps de cerveau disponible.

    Et j’ai découvert qu’il y avait toute une catégorie de femmes qui se sont lancés dans ces vidéos. Ici, vous avez une femme qui nettoie sa maison, là bas, vous avez une autre qui range son frigo. C’est fascinant à quel point les tâches les plus bêtes et les plus banales du quotidien sont devenus des objets de création artistique pour certains. Leur vie et leurs capacités sont tellement atrophiés, vides de sens, qu’ils considèrent que leur quotidien mérite d’être vu par d’autres personnes.

    Et ces vidéos ont du succès, parfois 20 000 ou 30 000 vues, d’autres mères névrosés qui commentent fébrilement et hystériquement que t’aurais pas dû acheter telle crème pour les mains ou que ce jambon n’a pas une bonne composition sur Yuka. Comme t’es pas une hystérique, je t’apprends que Yuka est une application à la con qui te permet d’analyser la composition d’un produit. C’est l’idée la plus stupide que j’ai jamais entendue comme si les industriels seraient trop cons pour mettre les vrais substances sur l’étiquette.

    La société occidentale glisse de plus en plus vers la médiocrité absolue, dans l’indifférence générale. Quand tu considère que ton quotidien doit être l’attention du monde, le nombrilisme combinée à l’expulsion consumériste cérébrale atteint des paroxysmes qu’on a rarement vu dans les civilisations proches de l’effondrement.

    Ce sont les grandes distributions qui doivent bien rigoler, car vous avez des dizaines de mémés en devenir qui font leur publicité gratuitement pendant des heures. LIDL est le genre d’enseigne qui célèbre la pauvreté, cela montre que la société française se rapproche de plus en plus du tiers-monde et vous avez des gens qui célèbrent le fait d’y aller. Non que la dèche soit inconnue parmi mes connaissances, j’ai eu l’occasion de faire du gratin avec des épluchures des pommes de terre et de couper des tomates pourries pour un sandwich rassi de plusieurs semaines, juste pour avoir quelque chose dans l’estomac.

    Mais je ne pensais que la France était arrivé à un point où la célébration de la pauvreté, de la consommation effrénée à petit prix était désormais un produit du terroir et une gloire nationale.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.