Les prisonniers, combattant les incendies en Californie, gagnent moins de 2 dollars par heure


Les presque 4 000 travailleurs incarcérés formés pour lutter contre les incendies meurtriers en gagnent souvent moins de 2 dollars de l’heure et ne sont pas éligibles pour être embauchés comme pompiers professionnels après leur libération de prison. Le travail est physiquement exténuant et, dans certains cas, fatal. En raison des incendies de forêt qui dévastent la , l’État dépend de plus en plus du programme carcéral pour réduire les coûts.

En août 2018, le Département californien des services correctionnels et de réadaptation tweeté que 2 000 personnes incarcérées, dont 58 jeunes délinquants, travaillaient pour lutter contre les incendies. Bill Sessa, un agent d’information du ministère, a déclaré que tous les délinquants mineurs, utilisés pour combattre le feu, ont commis des crimes graves ou violents. Les adultes incarcérés sont souvent des délinquants de niveau inférieur et non-violents.

Ces personnes incarcérées s’acquittent souvent de la tâche épineuse de couper des lignes de feu, en utilisant des outils tels que des scies à chaîne, des haches et des houes pour créer un chemin de sol exposé permettant de bloquer les incendies. Le travail est extrêmement dangereux. Shawna Lynn Jones, 22 ans, est décédée après avoir été blessée dans un à Malibu en 2016. Une grosse pierre lui est tombé sur la tête, lui faisant perdre conscience. Au moment de sa mort, elle était à 2 mois de sa liberté.

Selon le New York Times, les pompiers incarcérés gagnent 1 dollar de l’heure lorsqu’ils combattent un incendie et jusqu’à 2,56 $ par jour au camps de conservation où vivent les ouvriers. C’est un salaire somptueux selon les normes de la prison selon Sessa. Certains participants au programme sont également capables de gagner du temps hors de leurs peines de prison. Les services correctionnels estiment que les camps de conservation font économiser environ 100 millions de dollars par an aux contribuables.

En 2014, les avocats de la procureure générale de l’époque, ont fait valoir que, l’extension à ce moment des crédits 2 pour 1 à tous les détenus à la garde minimale, aurait un impact important sur la participation aux camps de pompiers, un problème dangereux alors que la Californie traverse une saison difficile des incendies et une sévère.

Les partisans du programme soulignent que les participants décident volontairement de devenir des soldats du feu…Certains participants ont expliqué que la vie à l’extérieur dans les camps de conservation est plus agréable que l’autre option : Une cellule de prison surpeuplée.

Les emplois pour les prisonniers peuvent être une chose très positive, mais étant donné la grande inégalité de pouvoir entre les prisonniers et leurs employeurs, il existe un réel potentiel d’exploitation et de maltraitance selon David Fathi, directeur du projet de la prison nationale de l’Union américaine des libertés civiles. De plus, en raison de leur statut de criminel, la plupart des anciens soldats de feu carcéraux sont exclus des possibilités de lutter contre les incendies professionnels.

Le salaire est ridicule selon Sonya Edwards, une femme incarcérée âgée de 35 ans qui gagne un peu plus de 500 dollars par an. Il y a des jours où nous sommes épuisés, a-t-elle déclaré. Et ce n’est pas si différent des conditions d’esclave. Nous devons être mieux payés pour ce que nous faisons.

Traduction d’un article par Naomi LaChance sur Truth Dig

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et journaliste scientifique. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je m'intéresse à des sujets comme les cryptomonnaie, l'activisme, mais également la politique. Je touche à tout et je le partage via mes blogs et mes réseaux.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *