Harvard profite-t-il de la sécheresse en Californie ?


L’Université de Harvard possède la plus importante dotation au monde, évaluée à 39,2 milliards de dollars en 2018, selon le New York Times. Cet atout permet à l’Université de prendre des tournants surprenants dans ses investissements, notamment à partir de 2012, l’achat de vignobles dans la région de , touchée par la et les droits à l’ de plus en plus précieux qui s’accompagnent.

Mais le Wall Street Journal rapporte que Harvard, par l’intermédiaire de sa société de gestion des fonds de dotation, était en train d’acquérir des droits sur de vastes sources d’eau dans une région où le réchauffement de la Terre fait de la ressource un atout de plus en plus précieux. La vallée centrale de la a souffert de la sécheresse depuis 2011. Les agriculteurs de la région ont eu recours à de l’eau provenant d’aquifères anciens, une ressource de plus en plus rare et coûteuse d’accès.

Le WSJ souligne que l’eau a toujours été rare en Californie, mais des scientifiques et des responsables de l’Etat ont déclaré que le aggravait la situation. Le bassin d’eaux souterraines de la région, a déjà été célébré comme l’un des plus grands aquifères d’eau douce à l’ouest du Mississippi, mais le niveau de certains puits avait considérablement baissé.

Pour certains, il semble que l’université parie sur le , elle aussi, contre le changement climatique. Quoi qu’il en soit, le WSJ rapporte que le pari de Harvard s’est avéré décisif. Il en a été ainsi même en 2015, lorsque selon Reuters, Harvard est devenu discrètement l’un des plus grands producteurs de raisin de la région viticole de Paso Robles en Californie, frappée par la sécheresse. Reuters a également indiqué que, selon les documents examinés, La Harvard Management Co. a obtenu des permis pour 7 puits de 243 mètres le 21 août 2013, six jours avant l’entrée en vigueur de l’interdiction de tout nouveau pompage dans la partie la plus touchée du bassin.

Les achats n’avaient rien d’illégal, mais ils ont suscité des inquiétudes parmi les activistes, a rapporté Reuters. Susan Harvey, de North County Watch, un groupe de défense de l’environnement, s’est demandé: Harvard va-t-il continuer à pomper de l’ ou va-t-il réduire les retours pour protéger la qualité et la quantité de l’eau ? Trois ans plus tard, les retours restent importants. Le WSJ rapporte que le fonds de dotation évalue maintenant ses vignobles à 305 millions de dollars, soit près de trois fois plus qu’en 2013, alors que ses investissements globaux dans les ressources naturelles ont été médiocres.

L’investissement a également suscité des réactions négatives de la part de certains agriculteurs et d’autres personnes de la région qui craignent que Harvard ne finisse par épuiser les eaux souterraines et d’influencer indûment les réglementations en matière d’utilisation des eaux. Certaines sections locales sont particulièrement préoccupées par le secret derrière les transactions foncières et par le recours par Harvard à des sociétés à responsabilité limitée, également appelées LLC, pour effectuer les achats. Cindy Steinbeck, propriétaire de vignobles dans la région, a écrit dans une lettre à la Harvard Management Co. que l’utilisation de filiales semble avoir pour objectif de brouiller les activités de Harvard dans la région.

Harvard a répondu que les investissements étaient de nature purement agricole. Au moins un membre du conseil des surveillants de Harvard, Kat Taylor, environnementaliste et épouse du milliardaire démocrate, Tom Steyer, a démissionné à la suite de l’achat de ce . Les investissements de Harvard en Californie pourraient, à court terme, concerner le développement de propriétés viticoles, a-t-elle déclaré au WSJ. A long terme, c’était une revendication sur l’eau.

Lire l’intégralité de l’article du Wall Street Journal ici.

Traduction d’un article par Ilana Novick sur Truth Dig

La face cachée de Harvard (2e édition) (Broché)
408pages. poche. Broché.

By (author):  Stéphanie Grousset-Charrière

Neuf: EUR 9,90 EUR En stock
buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et journaliste scientifique. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je m'intéresse à des sujets comme les cryptomonnaie, l'activisme, mais également la politique. Je touche à tout et je le partage via mes blogs et mes réseaux.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *