Rencontrez Zoë Kooyman, directrice exécutive de la Free Software Foundation


  • FrançaisFrançais



  • La Fondation du logiciel libre (FSF) a commencé à promouvoir l’idée de partager le code en 1985, et depuis lors, il défend les droits des utilisateurs et des développeurs d’ordinateurs. La FSF affirme que les termes “ouvert” et “fermé” ne sont pas des mots efficaces lors de la classification des logiciels, et considère plutôt les programmes soit respectueux de la liberté (“gratuit” ou “libre”) ou piétinement de la liberté (“non libre” ou “propriétaire”). Quelle que soit la terminologie que vous utilisez, l’impératif est que les ordinateurs doivent appartenir, en partie intégrante, aux utilisateurs, et non aux sociétés qui possèdent les logiciels exécutés par les ordinateurs. C’est pourquoi le projet GNU, le noyau Linux, Freedesktop.org et tant d’autres projets open source sont si importants.

    Récemment, la FSF s’est dotée d’une nouvelle directrice exécutive, Zoë Kooyman. J’ai rencontré Zoë en 2019 dans un Toutes choses ouvertes conférence. Elle n’était pas encore directrice exécutive de la FSF à l’époque, bien sûr, mais gérait leur liste croissante d’événements majeurs, y compris LibrePlanet. J’ai été captivé par son énergie et sa sincérité alors qu’elle me présentait une liste apparemment ininterrompue de personnes créant le logiciel respectueux de la liberté que j’utilisais sur un au quotidien. J’étais tombé sur une rencontre FSF et j’ai fini par traîner avec les gens qui définissaient activement la façon dont je vivais ma vie numérique. Ce sont ces personnes qui ont veillé à ce que j’aie ce que Zoë Kooyman et la FSF appellent le quatre libertés essentielles:

    • La liberté d’exécuter le programme comme vous le souhaitez, dans n’importe quel but (liberté 0).
    • La liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de le modifier pour qu’il fasse votre calcul comme vous le souhaitez (liberté 1). L’accès au code source est une condition préalable pour cela.
    • La liberté de redistribuer des copies pour pouvoir aider les autres (liberté 2).
    • La liberté de distribuer des copies de vos versions modifiées à d’autres (liberté 3). En faisant cela, vous pouvez donner à toute la communauté une chance de bénéficier de vos changements. L’accès au code source est une condition préalable pour cela.

    Lorsque j’ai entendu parler de la nomination de Zoë au poste de directrice générale, je lui ai envoyé un courriel pour une entrevue et elle a eu la gentillesse de prendre un peu de son horaire très chargé pour discuter.

    Seth Kenlon : Vous êtes le directeur exécutif de la FSF ! Comment es-tu arrivé là?

    Zoé Kooyman : Dans ma vie professionnelle, j’ai commencé comme organisateur d’événements, parcourant le monde tout en produisant certains des plus grands spectacles musicaux au monde. Travailler avec autant de cultures différentes dans des lieux en constante évolution est passionnant, tout comme faire en sorte que tous les différents éléments de la production se rejoignent, que ce soit le spectacle, la technique ou les autres éléments en direct. C’est un jeu de jonglage pour que tout se mette en place au bon moment. J’ai passé beaucoup de temps à vivre et à travailler dans différents pays, et j’ai beaucoup appris sur l’organisation et la communication grâce à ce travail. J’ai également étudié et travaillé avec différentes formes de médias, leur expérience et leur relation avec la société.

    C’est à l’université que j’ai découvert le copyleft pour la première fois. Sur la façon dont nous pouvons utiliser les structures existantes à notre avantage et conduire le changement. C’est également à cette époque que les paysages médiatiques (ainsi qu’Internet et logiciels) ont commencé à changer rapidement, entraînant des atteintes à la liberté. Déménager aux États-Unis a changé les choses pour moi. Aux États-Unis, j’ai développé un sentiment d’urgence beaucoup plus fort pour les questions de responsabilité sociale, et j’ai donc décidé d’agir en conséquence. J’étais reconnaissant à John Sullivan (le directeur exécutif de la FSF à l’époque) de m’avoir embauché sur la base de ce que je savais du logiciel libre et de mon expérience d’organisation, et de m’avoir permis de réunir les deux.

    Seth : Comment êtes-vous arrivé au Logiciel Libre ?

    Zoé : On a tendance à s’attendre à ce que les techniciens soient les principales personnes concernées par le logiciel libre, mais le logiciel libre est un mouvement qui défend la liberté de toute personne utilisant un ordinateur. En fait, la liberté du logiciel affecte les membres des communautés marginalisées qui ne peuvent pas avoir un accès régulier à un ordinateur. Les logiciels façonnent également leur vie.

    Ce que le concept de copyleft, ainsi que le projet GNU, ont réalisé est exceptionnel. Pour vraiment observer la direction dans laquelle la société se dirigeait, et dire : « Cela n’a pas à être comme ça. Nous pouvons prendre les choses en main. Cela a changé ma vision de la vie très tôt. J’ai commencé à travailler sur l’idée d’utiliser des matériaux déjà existants et de les réintroduire dans différentes sous-cultures. Dans l’industrie du divertissement, vous voyez cela tout le temps, l’inspiration et la construction du travail des autres, et le résultat est un reflet de l’époque dans laquelle nous vivons, ainsi qu’un clin d’œil à l’histoire. La véritable progression ne peut se produire sans cette liberté.

    En tant que commentaire sur le droit d’auteur pour le cinéma, j’ai passé du temps à travailler avec l’Institut national du film aux Pays-Bas pour créer une compilation de “images orphelines” qui a été montrée lors d’un événement de danse à grande échelle pour des milliers de jeunes dans une zone avec une vue panoramique de 170 m. écran et un DJ en direct qui y joue. Ils ont continué à le jouer régulièrement lors d’événements comme le Dutch Nuit des musées.

    N’étant pas une personne technique, j’ai exprimé ces idées culturellement, mais au fil des années, j’ai été de plus en plus confronté aux idées du logiciel libre, et j’ai réalisé qu’avec l’intégration continue du logiciel dans nos vies (et parfois nos corps), la lutte pour le logiciel libre devient chaque jour plus pertinente. Dans un monde où le logiciel propriétaire prévaut, notre société évoluera d’une manière qui privilégie le profit et la progression de quelques-uns plutôt que la liberté de beaucoup. Sans logiciel libre, il y a tant d’aspects de la vie, tant de causes sociales importantes qui ne peuvent pas vraiment réussir.

    Seth : Quand avez-vous commencé avec la FSF ?

    Zoé : Début 2019, une semaine avant la dernière édition en personne du LibrePlanet.

    Seth : Qu’est-ce qui vous a attiré dans le rôle de directeur général ?

    Zoé : La FSF n’est qu’une organisation qui essaie de faire avancer l’aiguille vers une société plus équitable, plus collaborative et plus axée sur les logiciels, mais elle est au cœur du mouvement depuis longtemps. La société évolue rapidement et la plupart des gens ne sont pas correctement préparés à gérer les éléments constitutifs numériques de la société d’aujourd’hui, c’est-à-dire les logiciels. C’est un travail incroyablement important, et il n’y a pas assez de gens qui font ce travail. Il est important d’avoir une organisation capable de relever les différents défis qui nous attendent.

    Le rôle de directeur exécutif est en quelque sorte un simple rôle de facilitateur pour le personnel et la communauté afin qu’ils puissent apporter des changements significatifs vers le logiciel libre. Je crois qu’il est d’une importance vitale que nous continuions à diffuser le message du logiciel libre, et avec l’équipe que nous avons à la FSF, je crois que nous pouvons faire une réelle différence. Je crois que je peux utiliser les leçons de travail avec tant de cultures et de personnes différentes, en organisant des projets vraiment stimulants à l’échelle mondiale, pour aider à tirer le meilleur de nous tous. Le soutien que j’ai reçu du personnel, de la direction, de la communauté et du conseil d’administration dans cette décision m’a convaincu que c’était une bonne décision de prendre cette décision.

    Seth : Selon vous, quels sont les plus grands défis de la liberté du logiciel aujourd’hui ? Quel devrait être le rôle du FSF pour relever ces défis ?

    Zoé : Au fur et à mesure que le logiciel s’intègre de plus en plus dans le tissu de base de la société, il devient aussi de plus en plus invisible. Les logiciels sont maintenant si répandus que nous avons été conditionnés à les négliger. Nous nous concentrons sur ce qu’un programme peut faire, pas sur la façon dont il le fait, et encore moins s’il vous respecte en tant qu’utilisateur. Et pendant ce temps, les logiciels prolifèrent plus rapidement que jamais. Si les gens ne comprennent pas le tissu dont un programme est fait, et tout ce qu’ils font, toute la journée, est d’utiliser ces programmes, alors comment pouvons-nous même commencer à leur expliquer qu’ils sont traités injustement ?

    Le rôle de la FSF est de ramener chaque conversation dans cette logique de liberté des utilisateurs, de nous rappeler que les outils que nous utilisons ne sont pas anodins. L’éducation et l’adoption par le gouvernement sont des domaines d’intervention importants pour cette raison. Si nous amenons les gens à se concentrer sur la question de la liberté du logiciel dans ces domaines, nous ferons vraiment une différence. L’éducation contribuera à garantir aux générations futures une chance de liberté, et le logiciel libre au sein du gouvernement consiste à protéger les citoyens des influences injustes par le biais de logiciels propriétaires (maintien de la souveraineté numérique).

    Nous pouvons montrer aux gens que la société d’aujourd’hui nous enseigne une mauvaise leçon : qu’il est normal de subir des atteintes à vos libertés pour des raisons « trop complexes à comprendre ». Si vous recherchez la commodité, la connexion ou simplement pour faire votre travail, vous devez faire confiance à ces organisations et respecter leur volonté. Ce n’est pas vrai. Nous avons toute une communauté de personnes qui croient que nous pouvons avoir une société qui ne vous demande pas de renoncer à vos libertés pour y fonctionner. Et nous avons ce cadre juridique qui soutient nos idées. Des personnes de tous horizons et de tous niveaux se joignent quotidiennement à nos conversations, de plus en plus de personnes se soucient de leur liberté et chacun a ses propres raisons. Nous apprenons chaque jour de nouvelles choses sur la façon dont nous pouvons nous protéger et protéger les autres, et j’attends avec impatience un avenir plus libre.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.