Quoi de neuf dans GNOME 43 ?


  • FrançaisFrançais



  • J’adore le bureau GNOME et je l’utilise comme environnement de bureau Linux quotidien. Je trouve qu’avec GNOME, je peux me concentrer sur ce que je dois faire, mais j’ai toujours la possibilité de donner au bureau l’apparence et d’agir comme je le souhaite.

    Le projet GNOME a récemment publié GNOME 43, la dernière version du bureau GNOME. J’ai rencontré le développeur GNOME Emmanuele Bassi pour lui poser quelques questions sur cette dernière version :

    Jim Hall (Jim) : GNOME possède de nombreuses fonctionnalités de bureau intéressantes. Quelles sont certaines des nouvelles fonctionnalités de GNOME 43 ?

    Emmanuele Bassi (Emmanuele): GNOME 43 a une refonte complète du menu d’état du système dans le Shell. Le nouveau design est destiné à donner un accès rapide et facile à divers paramètres : connexions réseau et VPN ; sources et volumes d’entrée et de sortie audio ; basculer entre les styles clair et foncé. Il dispose également d’un raccourci pour prendre une capture d’écran ou démarrer un enregistrement d’écran.

    Les applications principales de GNOME ont également été portées sur la nouvelle version majeure de la boîte à outils GNOME, GTK4. GTK4 est plus efficace en ce qui concerne son pipeline de rendu, ce qui conduit à des transitions et des animations plus fluides. De plus, les applications GNOME utilisent libadwaita, qui fournit de nouveaux éléments d’interface utilisateur et des mises en page adaptatives qui peuvent évoluer de manière transparente entre les facteurs de forme de bureau et mobiles.

    Le gestionnaire de fichiers GNOME, Nautilus, est l’une des applications qui a été portée sur GTK4 et libadwaita, et il a bénéficié des nouvelles fonctionnalités de la plate-forme principale ; il est maintenant plus rapide et adapte son interface utilisateur lorsque la fenêtre est redimensionnée.

    Les paramètres système peuvent désormais afficher les informations de sécurité de l’appareil, y compris les erreurs de fabrication et les erreurs de configuration matérielle, ainsi que les éventuels problèmes de sécurité tels que la falsification de l’appareil. Beaucoup de travail est prévu pour les futures versions, car la sécurité des appareils est un domaine de préoccupation croissante.

    Jim : Qu’est-ce que vous aimez le plus dans GNOME 43 ?

    Emmanuelle : La caractéristique la plus importante de GNOME, celle dont je profite constamment et qui me manque toujours lorsque je dois traiter avec d’autres systèmes d’exploitation, c’est à quel point le système d’exploitation ne gêne pas ce que je fais. Tout est conçu pour me permettre de me concentrer sur mon travail, sans interruption. Je n’ai pas de cloches et de sifflets constamment sur mon écran, en compétition pour attirer l’attention. Tout est soigneusement rangé, prêt à être utilisé uniquement lorsque j’en ai besoin.

    Jim : Beaucoup de gens connaissent GNOME aujourd’hui, mais ne connaissent peut-être pas son histoire. Comment GNOME a-t-il démarré ?

    Emmanuelle : GNOME a débuté en 1997, il y a 25 ans, en tant que projet visant à utiliser des composants libres et open source existants pour créer un environnement de bureau pour tous respectueux de la liberté des utilisateurs et des développeurs. À l’époque, il n’y avait que des bureaux commerciaux pour Unix, ou des bureaux basés sur des composants non libres. Pouvoir prendre l’ensemble du bureau, en tirer des leçons et le redistribuer a toujours été un puissant facteur de motivation pour les contributeurs, même commerciaux.

    Au cours des 25 dernières années, les contributeurs de GNOME ont travaillé non seulement sur la création du bureau, mais aussi sur la création d’une plate-forme capable de développer et de distribuer des applications.

    Jim : Les projets open source continuent grâce à une communauté forte. Qu’est-ce qui fait la force de la communauté GNOME ?

    Emmanuelle : Je ne prétends pas parler au nom de tout le monde dans le projet, mais pour moi je pense que le principal élément est le respect de chaque voix au sein de la communauté des contributeurs, qui découle de la vision partagée de créer une plateforme entièrement libre et ouverte. Nous savons tous où nous voulons aller et nous travaillons tous vers le même objectif. Parfois, nous pouvons finir par tirer dans des directions différentes, c’est pourquoi faire un don à des entités comme la Fondation GNOME, qui parraine des rassemblements et des conférences, est crucial : ils permettent une communication plus complète entre toutes les parties impliquées, et à la fin nous nous améliorons résultats pour cela.

    GNOME prend également très au sérieux une communication respectueuse entre les membres de la communauté ; nous avons un code de conduite solide, qui est appliqué au sein de la communauté elle-même et couvre tous les modes de communication, y compris les événements en personne.

    Jim : GNOME a établi les Human Interface Guidelines (HIG) pour unifier la conception de GNOME et les interfaces des applications GNOME. Comment est né le HIG ?

    Emmanuelle: Les Human Interface Guidelines (HIG) ont vu le jour après que Sun ait réalisé une étude d’utilisabilité sur GNOME 1, l’une des toutes premières études d’utilisabilité pour un projet de logiciel libre. Les résultats de cette étude ont conduit à la création d’un document standardisé que les projets sous l’égide de GNOME devraient suivre, c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec GNOME 2, en 2002.

    Le HIG était un point de ralliement et un symbole, un moyen de démontrer que l’ensemble du projet se souciait de la convivialité et de l’accessibilité, et il a fourni les outils aux développeurs d’ordinateurs de bureau et d’applications pour créer une expérience utilisateur cohérente.

    Au fil des ans, le HIG s’est éloigné d’une liste de contrôle complète de pixels de rembourrage et de grilles de composants, et à la place, il fournit désormais des principes de conception, des modèles d’interface utilisateur, des conventions et des ressources pour les contributeurs et les développeurs d’applications. Le HIG dispose désormais de sa propre bibliothèque d’implémentation, appelée libadwaita, que les développeurs d’applications peuvent utiliser lorsqu’ils ciblent GNOME, et bénéficient immédiatement d’une intégration plus approfondie au sein de la plate-forme sans avoir à réimplémenter manuellement les différents styles et modèles.

    Merci à Emmanuele Bassi d’avoir répondu à cette interview. Vous pouvez trouver GNOME sur https://www.gnome.org/

    Lisez l’annonce de sortie de GNOME 43 sur https://release.gnome.org/43/

    Découvrez les nouveautés de GNOME 43 pour les développeurs sur https://release.gnome.org/43/developers/

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *