Mes emplois bizarres avant la technologie

  • FrançaisFrançais



  • J’ai eu quelques emplois bizarres avant de passer à la technologie.

    J’étais assistant junior dans un atelier de réparation d’aéronefs, ce qui signifiait des tâches comme le nettoyage de pièces métalliques sales dans un solvant (wow, les choses étaient différentes dans les années 70). Ma tâche la plus amusante était de repasser le tissu des avions Dacron sur les ailerons en bois et le stabilisateur horizontal sur un magnifique vieux Beechcraft Staggerwing qui était dans l’atelier pour une reconstruction.

    Un été à l’université, j’ai travaillé dans le même aéroport au sein de l’équipe qui a mélangé le produit ignifuge et l’a pompé dans l’avion d’extinction d’incendie (“bombardiers à eau“). C’était probablement le travail le plus sale que j’aie jamais fait, mais le chargement de l’avion était plutôt cool. Il y avait un petit volet à environ deux mètres du sol dans lequel vous mettiez le doigt après avoir attaché le tuyau de remplissage au raccord. Ensuite, le personne sur la pompe mettait en marche la pompe. Lorsque vous sentiez que votre doigt était mouillé, vous demandiez au maître de pompe d’arrêter la pompe. Pendant ce temps, le moteur radial incroyablement bruyant du côté droit tournait à quelques mètres devant vous, avec le les hélices font un excellent travail pour éliminer toute la poussière rouge qui s’est accumulée sur vous en mélangeant le retardateur. Si vous vous trompez et laissez l’avion devenir trop plein, ils devraient rouler sur un terrain et vider la charge juste là, car ils seraient trop lourds pour décoller autrement.

    Deux autres étés, j’ai travaillé pour le distributeur local Pepsi, 7-Up et Orange Crush qui livrait des caisses de boissons gazeuses aux magasins et aux restaurants. C’était certainement le travail le plus exigeant physiquement que j’aie jamais eu. Pensez à une pile de caisses en bois de cinq hauteurs contenant chacune une douzaine de bouteilles en verre de 750 ml de boissons gazeuses sur un diable. Pensez à amener cela dans un restaurant au deuxième étage. Pensez à ce restaurant qui reçoit 120 caisses par semaine … 24 voyages en haut de ces escaliers et en redescendant avec tous les vides. Un petit camion aurait généralement environ 300 caisses de boissons gazeuses à bord. Nous étions payés à la charge, pas à l’heure, donc l’objectif était de se faire tôt et d’aller à la plage.

    Mes emplois technologiques

    Fournir des sodas était mon dernier emploi d’été à l’université. J’ai obtenu mon diplôme l’année suivante avec un diplôme en mathématiques et de nombreux cours d’informatique, en particulier l’analyse numérique, à mon actif. Mon premier emploi dans la technologie a été de travailler pour un petit consultant en services informatiques. J’ai utilisé SPSS pour faire un tas d’analyses sur certaines enquêtes de pêche sportive, j’ai écrit quelques centaines de lignes de PL / 1 pour imprimer des billets de concert sur l’imprimante laser IBM 3800 dans le bureau de service où nous avons loué du temps, et j’ai commencé à travailler sur certains programmes pour analyser les statistiques forestières. J’ai fini par travailler pour le client ayant besoin de statistiques forestières, devenant associé au milieu des années 1980. À ce moment-là, nous faisions bien plus que mesurer des arbres et n’utilisions plus un bureau de partage de temps pour faire nos calculs. Nous avons acheté un mini-ordinateur Unix, que nous avons mis à niveau à la fin des années 80 vers un réseau de stations de travail Sun.

    J’ai passé du temps à travailler sur un grand projet de développement dont le siège est à Kuala Lumpur, en Malaisie. Ensuite, nous avons acheté notre premier système d’information géographique, et j’ai passé la plupart de mon temps à la fin des années 1980 et 1990 à travailler avec nos clients qui avaient besoin de personnaliser ce logiciel pour répondre à leurs besoins commerciaux. Au début des années 2000, mes trois partenaires plus âgés s’apprêtaient à prendre leur retraite et j’essayais de comprendre comment je m’inscrivais dans l’image à long terme de notre entreprise qui n’est plus une petite entreprise d’environ 200 employés. Nos nouveaux employés-propriétaires ne pouvaient pas vraiment comprendre cela non plus, et en 2002, je me suis retrouvé au Chili, cherchant à voir si l’Accord de libre-échange Chili-Canada offrait une occasion raisonnable de transférer certaines de nos activités en Amérique latine.

    Cette entreprise a officiellement démarré en 2004. La société mère canadienne, quant à elle, a été gravement égarée par une combinaison de certains investissements qui, à la lumière de la crise économique de 2007–2009, ne paraissaient plus si sages et elle a été forcée de fermer ses portes. en 2011. Cependant, à ce moment-là, la filiale chilienne était en exploitation, donc notre employé d’origine et moi sommes devenus partenaires et l’avons achetée lors de la vente d’actifs. Cela continue encore aujourd’hui, à faire beaucoup de choses intéressantes dans l’espace social-environnemental, et j’en fais souvent partie, surtout quand mes connaissances en mathématiques et en calcul sont utiles.

    Parallèlement, je développe et soutiens un système d’information sur les courses de chevaux pour un homme merveilleux qui a fait carrière en achetant et en vendant des chevaux de course en Inde.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.