Gérez votre Raspberry Pi avec Cockpit

  • FrançaisFrançais



  • L’année dernière, j’ai écrit sur l’utilisation de Cockpit pour gérer mes serveurs Linux. Il s’agit d’un outil Web qui vous offre une interface claire et puissante pour gérer plusieurs serveurs et leurs services et applications associés. Il facilite également les tâches administratives quotidiennes.

    Dans cet article, je vais décrire comment installer la console Web Cockpit pour les serveurs Linux sur le système d’exploitation (OS) Raspberry Pi, le système d’exploitation standard fourni par la Fondation Raspberry Pi. Je vais également fournir de brèves descriptions de ses fonctionnalités.

    Installation de Cockpit sur le système d’exploitation Raspberry Pi

    Connectez-vous à votre système Raspberry Pi en utilisant Secure Shell (SSH) en utilisant un compte avec les privilèges sudo. Créez un compte si vous ne l’avez pas déjà fait:

    $ ssh pibox
    alan@pibox's password:
    Linux pibox.someplace.org 5.10.17-v7+ #1403 SMP Mon Feb 22 11:29:51 GMT 2021 armv7l

    The programs included with the Debian GNU/Linux system are free software;
    the exact distribution terms for each program are described in the
    individual files in /usr/share/doc/*/copyright.

    Debian GNU/Linux comes with ABSOLUTELY NO WARRANTY, to the extent
    permitted by applicable law.
    Last login: Tue May  4 09:55:57 2021 from 172.1.4.5
    alan@pibox:~ $

    La commande pour installer la console Web Cockpit est aussi simple sur le système d’exploitation Raspberry Pi que sur les serveurs Linux:

    $ sudo apt install cockpit

    Cockpit ne nécessite que 60,4 Ko d’espace disque. Avec ses nombreuses dépendances de package, l’utilisation totale est de 115 Mo.

    Le processus d’installation se chargera de la configuration et du démarrage des services. Vous pouvez vérifier l’état en utilisant le systemctl commander:

    $ systemctl status cockpit.socket
    ● cockpit.socket - Cockpit Web Service Socket
       Loaded: loaded (/lib/systemd/system/cockpit.socket; enabled; vendor preset: enabled)
       Active: active (listening) since Tue 2021-05-04 10:24:43 EDT; 35s ago
         Docs: man:cockpit-ws(8)
       Listen: 0.0.0.0:9090 (Stream)
      Process: 6563 ExecStartPost=/usr/share/cockpit/motd/update-motd  localhost (code=exited, status=0/SUCCESS)
      Process: 6570 ExecStartPost=/bin/ln -snf active.motd /run/cockpit/motd (code=exited, status=0/SUCCESS)
        Tasks: 0 (limit: 2181)
       CGroup: /system.slice/cockpit.socket

    Utilisation du cockpit

    De liaison

    Le port d’écoute par défaut est 9090. Ouvrez votre navigateur Web préféré et entrez l’adresse, par exemple, https://pibox:9090.

    Vous pouvez maintenant vous connecter avec votre compte utilisateur habituel. Encore une fois, il est utile d’avoir les privilèges sudo sur ce compte, probablement le même que celui que vous utilisez pour SSH et exécutez Apt. Assurez-vous de cocher la case “Réutiliser mon mot de passe pour les tâches privilégiées”.

    Gérer votre Pi

    L’écran initial du cockpit commence par Système et fournira des détails et des graphiques de l’utilisation actuelle du processeur et de la mémoire.

    Vous pouvez afficher les détails du matériel à partir de cet écran.

    Explorez la colonne de gauche en cliquant sur chaque élément (par exemple, Journaux, Stockage, Services, etc.). Ce sont les sections standard du cockpit et sont assez explicites. Permettez-moi de décrire rapidement chacun.

    Journaux

    Cette section affiche les journaux. Ils peuvent être filtrés par date et par gravité.

    Stockage

    La section de stockage affiche les disques physiques et les périphériques RAID installés. Des détails tels que la taille et le numéro de série sont affichés. Des graphiques pour l’activité de lecture / écriture et l’utilisation réelle de l’espace sont affichés. Les journaux spécifiques au stockage sont présentés en bas.

    La mise en réseau

    Cette section affiche l’activité d’envoi et de réception, les adresses IP et les journaux spécifiques au réseau. Vous pouvez également ajouter plus de périphériques réseau; tels que les liaisons, les ponts et les VLAN à l’aide des boutons respectifs.

    Comptes

    Les comptes existants sont affichés ici. Cliquez sur chacun pour gérer ou utiliser le Créer un nouveau compte bouton pour ajouter des utilisateurs. Les comptes peuvent également être supprimés ici.

    Prestations de service

    Cette section permet à l’administrateur de voir l’état de tous les services système. Cliquer sur n’importe quel service vous amène à un écran avec les tâches standard de démarrage, redémarrage et désactivation.

    Applications

    Normalement, cet écran fournit diverses applications pour gérer des fonctions telles que le 389 Directory Server ou la création de conteneurs Podman. Sur mon OS Raspberry cependant, cet écran n’affichait que le message «Aucune application installée ou disponible». Au moment de la rédaction du présent rapport, cela n’a peut-être pas encore été mis en œuvre. Cependant, vous devez vous demander si ces types de processus seraient trop lourds pour le matériel Raspberry PI.

    Mises à jour de logiciel

    La mise à jour du logiciel est l’une des tâches les plus importantes de tout administrateur système. La section Mises à jour logicielles de Cockpit vérifie et applique les mises à jour.

    Terminal

    L’une des caractéristiques les plus intéressantes de Cockpit est le terminal. Vous pouvez l’utiliser au lieu d’ouvrir un émulateur de terminal séparé et d’utiliser SSH. J’ai utilisé le terminal pour installer ScreenFetch:

    $ sudo apt install screenfetch

    Et j’ai utilisé ScreenFetch pour produire cette capture d’écran:

    Contrôle centralisé avec Cockpit

    Cockpit se comporte sur Raspberry Pi comme il le fait sur tout autre système Linux. Vous pouvez l’ajouter à un tableau de bord pour un contrôle centralisé. Il permet aux organisations d’intégrer des services et des systèmes basés sur Raspberry Pi dans leur infrastructure Linux globale partout où Cockpit est utilisé comme solution de tableau de bord de gestion. C’est très pratique, étant donné que les Pis sont souvent exécutés sans tête dans les centres de données en rack haute densité qui n’ont généralement pas d’accès KVM.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.