Essayez plusieurs distributions Linux via le terminal


  • FrançaisFrançais


  • Distrobox est un outil logiciel qui vous permet d’exécuter n’importe quelle distribution Linux dans le terminal.

    Il vise à vous permettre d’exécuter une variété de logiciels en plus de la distribution hôte sans aucun problème.

    Par exemple, – y a-t-il quelque chose qui n’est disponible que dans l’AUR et vous souhaitez y accéder depuis votre système Ubuntu ? Distrobox peut vous offrir ce confort.

    Alors, qu’est-ce que la Distrobox exactement ?

    boîte de distribution

    Distrobox est un wrapper pour podman ou docker (ce que tu préfères). La raison d’être de Distrobox est d’intégrer les conteneurs dans votre système, comme s’il s’agissait d’un logiciel natif.

    Il s’intègre notamment dans les périphériques amovibles (périphériques de stockage USB), D-Bus, le répertoire $HOME de l’utilisateur, les sockets Wayland et X11, et bien plus encore !

    Longue histoire courte:

    Distrobox est un moyen de faire en sorte que les logiciels conteneurisés s’intègrent comme des applications natives, même si ces logiciels conteneurisés appartiennent à une distribution complètement différente.

    La meilleure chose à ce sujet, c’est que vous pouvez créer un environnement de développement sans avoir besoin de privilèges root.

    Vous n’avez pas besoin de modifier la distribution de votre hôte simplement à cause de problèmes de compatibilité logicielle. Vous pouvez continuer à utiliser ce avec quoi vous êtes à l’aise et utiliser Distrobox pour combler le vide de compatibilité logicielle en amont/aval en utilisant n’importe quelle autre distribution Linux.

    Fonctionnalités de Distrobox

    boîte de distribution 1

    Maintenant que vous avez une idée de Distrobox, qu’est-ce qu’elle vous permet de faire dans l’ensemble ? Les fonctionnalités sont-elles utiles à votre cas d’utilisation ?

    Permettez-moi de mentionner les principaux points forts de Distrobox :

    • Possibilité de créer un environnement de test pour apporter des modifications sans affecter votre distribution hôte.
    • Un environnement de développement qui n’a pas besoin de privilèges sudo peut être flexible pour votre travail. Par exemple, si vous avez un ordinateur portable de travail, une configuration sudoless peut vous aider.
    • Un moyen facile de gérer plusieurs environnements.
    • Prend en charge une variété de distributions.

    Comment installer Distrobox ?

    Il y a une condition préalable à l’installation de Distrobox. C’est-à-dire que vous devez avoir soit podman ou docker installée. Si vous avez une distribution Linux relativement moderne, je vous recommande d’installer podman à partir de vos référentiels de logiciels. Sinon, installez docker et suivez les étapes mentionnées ci-dessous.

    Au moment de la rédaction de cet article, Distrobox est disponible dans les référentiels suivants :

    • Arch Linux (AUR)
    • EPEL 8 et versions ultérieures
    • Fedora 34 et versions ultérieures
    • Ubuntu 22.10 et versions ultérieures

    Comme vous l’avez peut-être remarqué, la dernière version d’Ubuntu accessible au grand public est Ubuntu 22.04. Pas beaucoup de distributions ont encore Distrobox packagé…

    Si vous ne le trouvez pas dans les référentiels, vous pouvez exécuter la commande suivante pour installer Distrobox :

    curl -s https://raw.githubusercontent.com/89luca89/distrobox/main/install | sudo sh

    La commande ci-dessus téléchargera un script shell et l’exécutera avec les privilèges de superutilisateur. Si vous ne pouvez pas vérifier la source vous-même, voici la commande que vous pouvez utiliser sans vous soucier d’accorder le privilège de superutilisateur à un script inconnu.

    curl -s https://raw.githubusercontent.com/89luca89/distrobox/main/install | sh -s -- --prefix ~/.local

    Maintenant que vous avez installé Distrobox, passons à quelques exemples d’utilisation.

    Premiers pas avec Distrobox

    Avoir un tournevis dans votre boîte à outils mais ne jamais l’utiliser ne va pas améliorer votre savoir-faire. Passons donc en revue quelques commandes de base à utiliser Boîte de distributionce qu’ils font et plus encore.

    De plus, si vous êtes curieux, vous pouvez jeter un œil à cette vidéo d’un collègue YouTuber qui a essayé Distrobox sur Fedora Silverblue :

    1. Créer un nouveau conteneur

    Un « conteneur » dans ce contexte ne fait pas référence à un logiciel conteneurisé comme nextcloud, syncthing, etc., mais plutôt à un système d’exploitation lui-même.

    La syntaxe pour créer un nouveau conteneur est la suivante :

    distrobox-create --name CONTAINER-NAME --image OS-NAME:VERSION

    Ici, vous pouvez spécifier le nom par lequel vous souhaitez adresser votre conteneur (CONTAINER-NAME), le nom du système d’exploitation que vous souhaitez utiliser (OS-NAME) et sa version (VERSION).

    Voyons comment créer un nouveau conteneur pour Fedora 36 avec le nom ‘fedoraonfoss‘. Je vais le faire avec la commande suivante :

    distrobox-create --name fedoraonfoss --image fedora:36

    Vous pouvez également remplacer « 36 » par « dernière » au cas où vous voudriez la dernière version de n’importe quel système d’exploitation.

    Cette commande ne prendra qu’un instant pour télécharger l’image du conteneur pour Fedora 36.

    Une fois le processus terminé, vous recevrez un message vous informant que le conteneur a été créé.

    Distrobox 'fedoraonfoss' créé avec succès
    Distrobox ‘fedoraonfoss’ créé avec succès

    2. Démarrer et entrer dans le conteneur

    Un conteneur de système d’exploitation ne sert à rien si nous ne le démarrons pas et n’accédons pas à son shell.

    Pour ce faire, utilisez le ‘distrobox-entrer‘ commande. La syntaxe est la suivante :

    distrobox-enter CONTAINER-NAME

    Lorsque vous démarrez le conteneur pour la première fois, Distrobox effectuera une configuration initiale automatique consistant à installer quelques conteneurs, à configurer les montages, les thèmes, les icônes, les polices, les groupes, les utilisateurs, etc.

    En fonction de la puissance de traitement de votre ordinateur, cela peut prendre beaucoup de temps. Veuillez patienter environ 15 minutes lors de la première mise sous tension.

    Une fois cette opération terminée, vous serez automatiquement déposé dans le shell du conteneur.

    Entrer dans le conteneur Distrobox 'fedoraonfoss'
    Entrer dans le conteneur Distrobox ‘fedoraonfoss’

    Si vous regardez attentivement, précédemment, lorsque j’ai exécuté la commande ‘distrobox-enter’, le nom d’hôte affiché sur mon invite était ‘itsfoss’. Une fois la configuration initiale terminée, je suis maintenant dans un shell avec un nom d’hôte différent, c’est-à-dire « fedoraonfoss ».

    Vérifions également la VERSION du fichier ‘/etc/os-release’.

    Comparaison de la chaîne VERSION de '/etc/os-release' entre Ubuntu et Fedora
    Comparaison de la chaîne VERSION de ‘/etc/os-release’ entre Ubuntu et Fedora

    3. Installez le logiciel

    Si vous avez atteint cette étape, cela équivaut à installer Fedora fraîchement sur votre ordinateur et le système d’exploitation vient de démarrer.

    Tout comme une machine virtuelle, le système d’exploitation sur notre machine hôte n’a pas d’importance. Nous devons utiliser le gestionnaire de packages fourni par le système d’exploitation invité. Par conséquent, j’utiliserai le gestionnaire de packages DNF sur Fedora 36.

    Mon système d’exploitation hôte, Ubuntu 22.04 LTS, ne fonctionne pas [yet] avoir Foliate dans les référentiels propriétaires. Mais Fedora 36 a Foliate dans les référentiels propriétaires. De cette façon, je peux facilement installer Foliate en tant que logiciel natif sans recourir à une virtualisation lourde.

    Alors, installons Foliate, puisqu’il est disponible dans les dépôts de Fedora mais pas dans les dépôts d’Ubuntu.

    Je vais exécuter la commande suivante (dans le shell du conteneur) pour installer Foliate :

    sudo dnf install foliate.noarch

    Une fois que dnf a terminé l’installation de Foliate, j’exécuterai également la commande suivante (à l’intérieur du shell du conteneur) :

    distrobox-export --app foliate

    Lorsque vous exécutez le ‘exportation de la boîte de distribution‘ à partir du conteneur, il rendra également le logiciel spécifié disponible pour le système d’exploitation hôte. Cela signifie que même si Foliate est installé dans le conteneur Fedora, je pourrai le voir dans le menu Application d’Ubuntu.

    Obtenir Foliate (installé dans Fedora) visible dans le menu d'application d'Ubuntu
    Obtenir Foliate (installé dans Fedora) visible dans le menu d’application d’Ubuntu

    Comme vous pouvez le voir, Foliate est visible dans le menu Application d’Ubuntu, même s’il a été installé dans un conteneur Fedora 36.

    N’est-ce pas incroyable?

    4. Intégration des applications Distrobox

    Pour les besoins de cette démonstration, j’ai téléchargé La ligne de commande Linux Livre PDF, écrit par William Shotts. Il l’a enregistré dans mon répertoire Documents.

    Voyons si un logiciel conteneurisé – qui est emballé pour un système d’exploitation entièrement différent – réagit aux changements comme le passage du mode clair au mode sombre.

    Peut-il voir mon répertoire ‘~/Documents’ ?

    Tester Foliate s'il peut capter les changements de thème et aussi mon répertoire $HOME

    Comme vous pouvez le voir, les changements de thème sont détectés correctement, même la barre supérieure a les bonnes icônes pour le bouton de fermeture et le menu hamburger.

    En plus de cela, je n’ai pas besoin de copier mon fichier epub ailleurs. Mon répertoire ‘~/Documents’ a également été correctement sélectionné.

    Tout comme une application native !

    5. Gérer les images Distrobox

    Distobox fournit quelques commandes qui peuvent être utilisées pour gérer les images Distrobox.

    La première commande est ‘liste de boîtes de distribution‘. Comme son nom l’indique, il répertorie tous les conteneurs installés.

    Liste de tous les conteneurs Distrobox
    Liste de tous les conteneurs Distrobox

    Comme je n’ai qu’un seul conteneur, seul “fedoraonfoss” est apparu, même s’il est sorti il ​​y a quelques instants.

    La deuxième commande est ‘arrêt de la boîte de distribution‘. Cette commande est utilisée pour arrêter un conteneur en cours d’exécution.

    Ci-dessous la syntaxe :

    distrobox stop CONTAINER-NAME

    Enfin, pour supprimer n’importe quel conteneur Distrobox, utilisez la commande ‘distrobox rm’. La syntaxe est donnée ci-dessous :

    distrobox rm CONTAINER-NAME

    Pour explorer plus de détails techniques, rendez-vous sur son Page GitHub.

    Conclusion

    Distrobox est un outil merveilleux qui vous permet d’installer des systèmes d’exploitation comme un simple conteneur podman/docker et de les utiliser comme un système d’exploitation à part entière.

    En utilisant Distrobox, vous pouvez installer pratiquement n’importe quel logiciel, même s’il n’est pas disponible dans les dépôts de votre distribution, ou même s’il n’est pas emballé pour votre distribution Linux. À quel point est-ce utile ?

    Il peut y avoir différents cas d’utilisation pour Distrobox. À quoi pensez-vous que vous l’utiliserez? Partagez vos pensées dans la section des commentaires ci-dessous.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.