Équilibrer la transparence en tant que gestionnaire de communauté open source


  • FrançaisFrançais


  • Il y a plusieurs semaines, mon ami et collègue Kashyap Chamarthy a publié un essai intitulé “Qu’est-ce qui rend un ‘jardinier communautaire open-source efficace ?'” Par jardinier communautaireil veut dire ce que la plupart d’entre nous appellent traditionnellement un gestionnaire de communauté. J’aime son choix de terminologie, cependant, comme je l’ai déjà écrit sur la difficulté même de définir ce que fait un gestionnaire de communauté, sans parler de la bonne façon de l’appeler.

    La métaphore du “jardinier” est bonne car une communauté a besoin d’être nourrie, désherbée, arrosée, éclairée, etc. Cependant, l’implication qu’il peut être envahi par les mauvaises herbes sans jardinier n’est pas particulièrement charitable envers les membres de la communauté. Les organisateurs communautaires, les agents de liaison et les dirigeants souffrent également tous de problèmes différents, car la communauté s’acquitte elle-même d’un grand nombre de ces fonctions.

    Les noms sont durs.

    Ouverture et secrets

    Kashyap dit dans son article : “Ne laissez pas votre avantage d’initié s’infiltrer dans votre communication publique.” Les community managers à plein temps ont souvent accès aux informations avant la communauté publique en amont. C’est juste une partie de leur poste au sein d’une entreprise sponsor. Cette situation est particulièrement vraie si une entreprise particulière dirige, contrôle ou domine de manière écrasante des projets. C’est de plus en plus le cas avec les grands projets open source de nos jours. Souvent, il est interdit de partager des informations privilégiées avec la communauté en amont pour une raison ou une autre, ce qui peut être une énorme source de stress.

    Imaginez qu’un community manager vous dise, Je connais une chose qui vous faciliterait la vie ou, du moins, vous aiderait à mieux planifier votre avenir, mais je n’ai pas le droit de vous le dire pour des raisons que je ne suis probablement pas non plus en mesure ou autorisé à vous expliquer.

    C’est tout simplement la nature du travail pour une entreprise. Certaines choses sont secrètes.

    En tant que membre (espérons-le !) de confiance de la communauté, c’est un équilibre difficile à trouver et cela donne souvent à la communauté l’impression (peut-être justifiée) que Je sais quelque chose que vous ne savez pas, et je dissimule intentionnellement cette information. C’est encore plus problématique une fois que l’information est enfin révélée, avec le fait que je le sais depuis un certain temps.

    D’un autre côté, si un message est rendu public trop tôt avant qu’il ne soit « peaufiné », vous vous retrouvez avec des situations où vous n’avez pas toutes les réponses aux questions qui vous seront posées. Ces situations pourraient vous faire paraître non professionnel, non préparé et méprisant les préoccupations de la communauté.

    Cela est encore compliqué par la communauté disant que vous auriez dû avoir toute la conversation en public pour commencer, ce qui a certainement du mérite. Mais, encore une fois, les entreprises ont des secrets parce qu’elles ont des actionnaires, une propriété intellectuelle, des avocats, des secrets commerciaux, etc. Et il y aura toujours des choses dont on ne parlera pas « à l’extérieur ».

    L’un des mantras de Red Hat est en amont d’abord, qui parle non seulement de l’endroit où placer le code (développé dans la communauté en amont d’abord) mais où avoir des conversations (sur la liste de diffusion publique, le forum, le chat, etc.). La tension entre vouloir faire cela (et les avantages qui en découlent) et la nécessité de garder les choses sous embargo (pour des raisons de délit d’initié, d’embargos de sécurité et de secrets commerciaux) est une présence constante dans toutes les entreprises qui traitent de l’open source.

    Il y a plusieurs façons de gérer, il y a moins de façons de jardiner

    Un jardinier communautaire aide les projets et les personnes qui se sont réunis dans un but commun à prospérer. Les actions que le but exige au jour le jour varient en fonction des besoins d’une communauté. L’ouverture et la transparence sont nécessaires pour une communauté ouverte, bien que le degré auquel on peut être totalement transparent varie d’une entreprise à l’autre. Cette tension sera toujours là. Être conscient de cette tension et en tenir compte attentivement dans vos communications externes est essentiel. Il n’y a pas de réponses simples à ce que vous pouvez et devez dire, mais soyez plutôt conscient que c’est un choix et faites ce choix en pleine conscience. Quoi qu’il en soit, soyez ouvert et honnête sur le fait que vous ne pouvez pas tout communiquer et cherchez à cultiver une communauté de confiance dans une atmosphère d’honnêteté. Ayez confiance que votre communauté accepte que vous ne puissiez pas répondre à certaines questions ou divulguer toutes les informations dont vous disposez, et vous nouerez des relations saines et dynamiques.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.