Échange ouvert, portes ouvertes, esprits ouverts : une recette pour le progrès mondial


  • FrançaisFrançais


  • Pouvait principes d’organisation ouverte appliquer avec succès à des sociétés entières ?

    C’est la question que j’ai posée en lisant le livre Ouvert : l’histoire du progrès humain par Johan Norbergqui vise à examiner le succès relatif des “sociétés ouvertes” à travers l’histoire mondiale.

    En savoir plus sur les organisations ouvertes

    Dans cette revue, le premier article d’une longue discussion sur les travaux de Organisation ouverte membres de la communauté – je résumerai plus précisément ce que Norberg veut dire lorsqu’il utilise le terme “ouvert” et offrirai une première évaluation de ses arguments. En fin de compte, cependant, notre discussion explorera des thèmes plus vastes, tels que :

    1. l’importance des sociétés ouvertes,
    2. à quoi pourrait (ou devrait) ressembler l’avenir dans un monde plus ouvert, et
    3. comment ces principes ont un impact sur notre compréhension collective de la façon dont les organisations fonctionnent au service du « plus grand bien »

    Quatre dimensions de l’ouverture

    Essentiellement, Norberg examine quatre dimensions de “l’ouverture”, qu’il appelle :

    1. “l’échange ouvert” (flux mondiaux de biens et de services à travers les frontières),
    2. “portes ouvertes” (mouvement mondial de personnes),
    3. “ouverture d’esprit” (réceptivité globale aux idées nouvelles et différentes), et
    4. “sociétés ouvertes” (comment les cultures devraient être gouvernées pour bénéficier des trois ci-dessus)

    Permettez-moi de discuter de chacun plus en détail.

    Échange ouvert

    Norberg utilise l’expression « échange ouvert » pour désigner le mouvement des biens et des services, non seulement de l’autre côté frontières mais dans eux aussi. En termes simples, il pense que les gens du monde entier prospèrent lorsque le commerce augmente, car l’augmentation Commerce conduit à une augmentation coopération et partage.

    Son argument est le suivant : lorsqu’une nation (et bien sûr, Norberg vise ses conseils aux États-nations contemporains) autorise et inclut des biens étrangers sur son marché, en général, elle acquiert également de l’expertise, des compétences et des connaissances. Les biens/services excédentaires que l’on peut avoir doivent être vendus partout où ils pourraient apporter de la valeur et ajouter des avantages à quelqu’un d’autre – et ces avantages peuvent inclure, par exemple, des faveurs, des idées, des connaissances, et pas seulement des biens et services eux-mêmes. La réciprocité et l’échange relativement égal sont pour Norberg un aspect incontournable de la nature humaine, car ils établissent des relations contraignantes qui favorisent plus de générosité. La générosité favorise à son tour davantage de commerce, créant un cycle de prospérité pour toutes les parties concernées.

    Ce point de vue vaut également pour les organisations travaillant avec des partenaires commerciaux peu communs. Une plus grande spécificité organisationnelle conduit au besoin de plus de coopération et de partage, ce qui conduit à encore plus de spécialisation. Nous pouvons donc voir ici un lien entre les sociétés ouvertes et les organisations ouvertes concernant les questions commerciales.

    Portes ouvertes

    Pour Norberg, les “portes ouvertes” désignent des gens capacité de franchir les frontières nationales, pour une raison ou une autre. Il pense que l’inclusion progressive des étrangers dans une société conduit à des interactions plus nouvelles et plus productives, ce qui conduit à une plus grande innovation, à plus d’idées et à des découvertes plus rapides. Pour qu’une société soit productive, elle doit recruter les bons talents pour accomplir les bonnes tâches. Norberg soutient qu’il ne devrait y avoir aucun obstacle à cette correspondance et que les gens devraient être mobiles, même au-delà des frontières, afin de pouvoir y parvenir.

    Norberg décrit comment, tout au long de l’histoire, divers groupes de personnes résolvent les problèmes plus efficacement, même s’ils créent plus de frictions, car leurs hypothèses sont remises en question. Ce type d’environnement ouvert doit être promu, soutenu et géré, cependant, afin d’éviter la pensée de groupe, la prédominance des voix qui ne sont que les plus fortes et l’influence démesurée des intérêts de niche.

    La reconnaissance, le respect, la compréhension, l’acceptation et l’inclusivité envers les autres sont essentiels au succès des « portes ouvertes ». Norberg discute de l’importance de ces qualités, citant les Enquête sur les valeurs mondiales, qui mesure certains d’entre eux. Bien faites, les portes ouvertes peuvent permettre aux sociétés de s’enrichir mutuellement, en empruntant des idées et des technologies les unes aux autres et en multipliant ce qui fonctionne le mieux.

    Nous pourrions dire que c’est également vrai pour une organisation qui souhaite développer un nouveau produit ou marché.

    Esprits ouverts

    “Les économies ouvertes stimulent l’ouverture d’esprit”, écrit Norberg. Pour lui, les « esprits ouverts » sont ceux qui sont réceptifs aux pensées et aux systèmes de croyances qui peuvent leur sembler différents, étrangers ou étrangers – ceux qui offrent et reçoivent à la fois des perspectives différentes. L’ouverture d’esprit, affirme Norberg, conduit à des progrès plus rapides.

    Les esprits ouverts s’épanouissent lorsqu’on leur donne l’espace pour rencontrer de nouvelles idées et les explorer librement, plutôt que, disons, simplement accepter le dogme donné d’une époque. Selon Norberg, le fait que des personnes issues d’un large éventail de disciplines, de spécialités et de compétences se réunissent et partagent leurs points de vue stimule la croissance et le progrès. Mais cela n’est possible que lorsqu’ils existent dans un environnement où ils se sentent libres de remettre en question le statu quo et éventuellement de renverser des croyances de longue date. Il existe certainement des obstacles à la création de ces environnements (en fait, toute la seconde moitié du livre de Norberg en propose une analyse plus approfondie).

    Les esprits ouverts s’épanouissent lorsqu’on leur donne l’espace pour rencontrer de nouvelles idées et les explorer librement, plutôt que, disons, simplement accepter le dogme donné d’une époque.

    Bien sûr, cela est également vrai dans les organisations. Plus il y a de monde (et plus différent personnes) qui regardent un problème, mieux c’est. Cela conduit non seulement à des solutions plus rapides, mais aide à surmonter les préjugés individuels de chacun. Des solutions fortuites aux problèmes peuvent apparemment surgir de nulle part plus souvent, car il y aura un meilleur examen par les pairs des positions fortement défendues. Et pourtant, les différences créent des frictions, de sorte que des normes de protocole et de comportement sont nécessaires pour assurer le progrès.

    Pour Norberg, le monde profite lorsque les scientifiques, les philosophes, les industriels et les artisans peuvent s’influencer mutuellement (et sont réceptifs à ce que leur pensée change !). Il en va de même dans les organisations ouvertes lorsque des personnes ayant des rôles et des fonctions différents peuvent travailler ensemble et s’enrichir mutuellement. Plus d’expériences et une plus grande collaboration entre les disciplines conduisent à des découvertes plus riches.

    Ressources de l’organisation ouverte

    Sociétés ouvertes

    La combinaison d’esprits ouverts, d’échanges ouverts et de portes ouvertes peut conduire à des sociétés totalement ouvertes à l’échelle mondiale, affirme Norberg, et “le résultat est des découvertes et des réalisations”. Les gouvernements, affirme-t-il, devraient s’efforcer de favoriser ce type de sociétés à travers le monde. De cette manière, les sociétés peuvent puiser dans les plus grands talents de l’ensemble de la communauté mondiale.

    Selon Norberg, des sociétés plus inclusives fondées sur ces politiques ouvertes peuvent entraîner des gains matériels pour les personnes : moins d’heures de travail, la possibilité de lancer une carrière plus tôt (ou de prendre leur retraite plus tard, s’ils le souhaitent), une vie plus longue en général, et plus encore. Cela sans parler des réductions de l’extrême pauvreté, de la mortalité infantile et maternelle et de l’analphabétisme dans le monde. En plus de cela, pour Norberg, la collaboration culturelle mondiale conduit à une meilleure utilisation des ressources écologiques, naturelles et environnementales. Tout cela peut être réalisé grâce à des spécialités spécifiques qui font progresser les sociétés à un rythme exponentiel grâce à l’ouverture.

    Ouvrir développe un argument historique. Norberg pense qu’à travers les âges, ce ne sont pas les défenseurs de la tradition qui ont le plus prospéré. Au lieu de cela, les penseurs, ingénieurs et philosophes qui ont défié le statu quo ont apporté la plus grande contribution à la prospérité mondiale. Ces chiffres ont profité de sociétés plus ouvertes aux améliorations, car ils gouvernaient leurs propres expériences, favorisaient des boucles de rétroaction rapides et construisaient des systèmes qui se corrigeaient rapidement en cas de revers.

    Pourtant, comme toute histoire, celle de Norberg est partielle et sélective, présentant des cas et des exemples isolés. Et certains d’entre eux incluent même les empires les plus brutaux, dont Norberg a tendance à ignorer la violence. Dans les prochaines parties de cette revue, nous plongerons plus profondément dans divers aspects de l’analyse de Norberg et discuterons de ses implications pour penser à un avenir plus ouvert.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.