Comment Wordle m’a inspiré pour créer un wiki d’impression 3D à la manière open source


  • FrançaisFrançais



  • Vous décidez d’acheter une imprimante 3D. Vous faites vos recherches et vous optez pour un système ouvert qui utilise la résine comme matériau. Vous dépensez une belle somme d’argent, et après quelques semaines d’attente, il arrive enfin.

    Vous le déballez. C’est merveilleux. Vous faites un petit assemblage, versez la résine liquide et vous êtes prêt à partir. Vous lancez le logiciel. Il vous demande de saisir les paramètres corrects pour le matériau. Vous vérifiez la bouteille mais vous ne voyez aucun paramètre. Vous vérifiez en ligne, mais vous ne trouvez toujours rien.

    Un peu confus, vous écrivez un e-mail au fabricant, lui demandant s’il pouvait vous orienter dans la bonne direction. Le fabricant vous dit qu’il ne connaît pas non plus les paramètres, mais ils sont à peu près sûrs qu’ils existent, et vous devriez essayer de les deviner vous-même. Déconcerté, vous commencez à vous demander si c’est vraiment ce qu’est l’impression en résine, ou si vous avez été dupé par cette entreprise.

    Un mauvais jeu de Wordle

    Malheureusement, c’est vraiment à cela que ressemble l’impression en résine. Lorsque vous achetez un nouveau matériau, vous devez faire ce qu’on appelle la validation de la résine. Il s’agit essentiellement de deviner les paramètres et d’ajuster les chiffres en fonction de vos résultats. C’est si votre supposition était correcte et que quelque chose sort même de l’imprimante.

    C’est un peu comme jouer à Wordle, sauf qu’aucun des blocs ne devient jamais vert. Tout ce que vous pouvez faire est de regarder si l’impression est légèrement meilleure ou moins bonne à chaque itération, puis de réessayer. Enfin, à un moment donné, vous dites “ça me va bien”, et c’est tout.

    (Adam Bute, CC BY-SA 40)

    Si cela vous semble être un jeu profondément insatisfaisant, vous avez raison. C’est aussi beaucoup trop long, prenant souvent des jours et gaspillant une bonne quantité de résine dans le processus. La résine coûte cher. Au moins, Wordle est gratuit.

    Un peu d’aide d’en haut ?

    Alors pourquoi ces fabricants, qui connaissent le mieux leur matière, ne partagent-ils pas les paramètres d’impression ? Eh bien, leurs arguments sont quelque peu raisonnables. Il existe des millions de combinaisons possibles d’imprimantes et de résines, et elles ne peuvent pas toutes les couvrir. Et même entre deux imprimantes qui sont du même modèle, il peut y avoir de minuscules variations, qui affectent légèrement les chiffres.

    Mais “légèrement” est un mot important. Si les utilisateurs obtenaient une bonne base de référence, ils pourraient facilement ajuster les paramètres s’ils en avaient besoin. Au moins, ce serait beaucoup plus rapide que de repartir de zéro. Pour être juste, certaines entreprises donnent des paramètres recommandés, mais il est difficile de faire confiance même à ces chiffres. Il existe de nombreux fabricants astucieux qui publient de faux paramètres non testés, juste pour attirer les clients.

    La vérité est que la validation de la résine coûte cher. Les entreprises de résine sont presque toujours de petites entreprises, à court d’argent, qui ne peuvent tout simplement pas se permettre de dépenser pour la validation de la résine. Ainsi, ils sous-traitent ce travail à l’utilisateur final. Mais cela crée une sorte de situation absurde dans le monde de l’impression en résine. Au lieu qu’un seul homme d’une entreprise fasse le travail de validation une seule fois, des centaines de personnes font le même travail encore et encore pour arriver à la même conclusion.

    Les créateurs à la rescousse

    Alors que fait la communauté des makers ? Ils essaient de résoudre le problème eux-mêmes. Les groupes Reddit et Facebook regorgent de personnes qui partagent avec plaisir des captures d’écran d’un nouveau paramètre qu’elles ont découvert. Beau geste, mais pas très utile. Certains membres ingénieux de la communauté ont créé des feuilles de calcul de réglage de résine en direct qui sont mises à jour en fonction des soumissions des utilisateurs. Ce sont des ressources fantastiques et universellement appréciées, mais elles ont aussi leurs limites.

    Ils sont désordonnés, rarement mis à jour et il n’y a aucun moyen de savoir si les paramètres fonctionnent réellement. Et parce que des utilisateurs anonymes les hébergent, ils sont parfois transformés en spam ou supprimés au hasard. Plus récemment, la plus grande feuille de calcul communautaire a été supprimée de manière inattendue, effaçant avec elle des années de données collectées.

    (Adam Bute, CC BY-SA 40)

    Création d’une base de données de réglage de résine

    Je suis moi-même un peu tête d’œuf et j’aime beaucoup organiser les choses. J’ai eu l’idée de rassembler tous ces paramètres auprès des fabricants et des communautés, et de les mettre sur un site Web sympa. J’ai enregistré le domaine makertrainer.com et utilisé deux outils open source géniaux pour créer le site : MédiaWiki et Tables de données.

    (Adam Bute, CC BY-SA 40)

    J’en ai fait un wiki pour que n’importe qui puisse y contribuer, mais j’ai fait en sorte que le spam ou le vandalisme puissent être facilement annulés. J’ai également ajouté quelques boutons pour permettre aux utilisateurs de voter pour savoir si un paramètre fonctionnait ou non. Je l’ai posté dans certaines communautés pour voir si les gens le trouveraient utile, et la réponse a été écrasante. Je ne m’en étais pas rendu compte à l’époque, mais j’ai accidentellement créé le la plus grande base de données de réglage de résine sur Internet. Les utilisateurs ont continué à le diffuser sur les réseaux sociaux, les articles de blog, YouTube, etc. Avec autant de personnes soumettant de nouveaux paramètres, la base de données s’agrandit chaque jour.

    (Adam Bute, CC BY-SA 40)

    Le fait que les gens soient si enthousiastes montre à quel point il y a un vide pour la documentation en impression 3D. Il y a beaucoup d’expériences pratiques dispersées parmi les fabricants, dont la plupart ne sont jamais écrites ou partagées publiquement. Tout le monde doit faire un meilleur travail en enregistrant des connaissances pratiques en plus de la théorie. Sinon, la prochaine génération de makers commettra à nouveau les mêmes erreurs. La base de données est une petite contribution à cet égard, mais j’espère qu’elle pourra continuer à croître et rendre l’impression 3D un peu plus facile pour tout le monde.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *