Comment l’open source ouvre la voie à une technologie durable


  • FrançaisFrançais



  • Il y a un changement palpable dans l’air en ce qui concerne la durabilité et les questions environnementales. La préoccupation pour l’état de la planète et les efforts pour y remédier sont devenus courants. Pour prendre un exemple, regardez le capital-risque basé sur le climat. La liste des capitaux climatiques Climate Tech Venture Capital (CTVC) a plus que doublé au cours des deux dernières années. Le montant des capitaux qui affluent démontre un désir et une volonté de résoudre les défis climatiques difficiles.

    C’est super que les gens veuillent agir, et je suis là pour ça ! Mais je vois aussi un risque réel : lorsque les gens se précipitent pour agir ou prennent le train en marche, ils peuvent involontairement participer à écoblanchiment.

    La définition de Wikipédia du greenwashing l’appelle “une forme de spin marketing dans laquelle les relations publiques vertes et le marketing vert sont utilisés de manière trompeuse pour persuader le public que les produits, les objectifs et les politiques d’une organisation sont respectueux de l’environnement”. À mon avis, le greenwashing se produit à la fois intentionnellement et accidentellement. Il y a beaucoup de bonnes personnes qui veulent faire une différence mais qui ne connaissent pas encore grand-chose aux systèmes environnementaux complexes ou à la profondeur des problèmes liés à la durabilité.

    Il est facile de tomber dans le piège de penser qu’un simple achat comme la compensation des déplacements ou des émissions du centre de données en plantant des arbres rendra quelque chose de plus vert. Bien que ces efforts soient les bienvenus et que la plantation d’arbres soit une solution viable pour améliorer la durabilité, ils ne sont qu’un bon premier pas – une égratignure à la surface de ce qui doit arriver pour faire une réelle différence.

    Alors que peut faire une personne, ou une communauté, pour rendre le numérique véritablement plus durable ?

    La durabilité a différentes significations pour différentes personnes. La définition la plus courte que j’aime est tirée du rapport Bruntland de 1987, qui la résume comme suit : « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». La durabilité à la base donne la priorité à la réflexion à long terme.

    La durabilité est plus que la préservation de l’environnement

    Il existe trois piliers clés interconnectés dans la définition de la durabilité :

    1. Environnement
    2. Économie / gouvernance
    3. Social

    Les conversations sur la durabilité sont de plus en plus dominées par la crise climatique, et pour cause. La nécessité de réduire la quantité d’émissions de carbone émises par les pays les plus riches du monde devient de plus en plus urgente alors que nous continuons à dépasser des points de basculement écologiques irréversibles. Mais la véritable durabilité est un ensemble beaucoup plus complet de considérations, comme le démontrent les trois piliers.

    Les émissions de carbone font très certainement partie de la durabilité. Beaucoup de gens considèrent les émissions uniquement comme un problème environnemental : il suffit de retirer plus de carbone de l’air et tout ira bien. Mais les questions sociales font tout autant partie de la durabilité. Qui est concerné par ces émissions de carbone ? Qui supporte le plus grand impact des changements climatiques ? Qui a perdu sa terre en raison de la montée du niveau de la mer ou une source d’eau fiable en raison de l’évolution des conditions météorologiques ? C’est pourquoi vous avez peut-être entendu l’expression « la justice climatique est la justice sociale ».

    Penser uniquement à la décarbonation en tant que durabilité peut vous donner une vision du tunnel du carbone. Je pense souvent que le changement climatique est le symptôme d’une société qui se trompe de durabilité à plus grande échelle. Au lieu de cela, il est essentiel de s’attaquer aux causes profondes qui ont provoqué le changement climatique en premier lieu. S’attaquer à ceux-ci permettra de résoudre les problèmes à long terme, tandis qu’une solution à court terme ne peut que repousser le problème vers une autre communauté vulnérable.

    Les causes profondes sont complexes. Mais si je les remonte jusqu’à leur source, je vois que les causes profondes sont motivées par les valeurs occidentales dominantes et les systèmes conçus pour perpétuer ces valeurs. Et quelles sont ces valeurs ? Pour la plupart, ce sont la croissance à court terme et l’extraction de profit avant tout.

    C’est pourquoi les conversations sur la durabilité qui n’incluent pas les questions sociales ou la conception des économies ne permettront pas d’aboutir à de vraies solutions. Après tout, les sociétés et les personnes en position de pouvoir déterminent quelles sont ou non leurs propres valeurs.

    Que pouvons-nous faire ou que pouvons-nous faire ?

    De nombreux acteurs du secteur de la technologie sont actuellement aux prises avec ces problèmes et veulent savoir comment prendre des mesures significatives. Une approche courante consiste à chercher comment optimiser la technologie qu’ils construisent afin qu’elle utilise l’électricité plus efficacement. Soixante pour cent de l’électricité mondiale est encore produite par la combustion de combustibles fossiles, malgré la capacité croissante de production d’énergie renouvelable. En toute logique, utiliser moins d’électricité signifie générer moins d’émissions de carbone.

    Et oui, c’est une action significative que n’importe qui peut prendre dès maintenant, aujourd’hui. Optimiser les éléments envoyés lorsque quelqu’un charge une page pour envoyer moins de données consommera moins d’énergie. Il en va de même pour l’optimisation des serveurs afin qu’ils fonctionnent à différents moments de la journée, par exemple lorsqu’il y a plus d’énergies renouvelables en ligne, ou la suppression d’anciens magasins d’informations redondantes, telles que des données d’analyse ou des journaux.

    Mais considérez le paradoxe de Jevon : rendre quelque chose plus efficace conduit souvent à en utiliser plus, pas moins. Lorsqu’il est plus facile et plus accessible pour les gens d’utiliser quelque chose, ils finissent par consommer plus. À certains égards, c’est bien. Une technologie plus performante est une bonne chose qui contribue à accroître l’inclusion et l’accessibilité, et c’est bon pour la société. Mais les solutions à long terme pour le changement climatique et la durabilité nécessitent des conversations plus profondes et plus inconfortables autour de la relation entre la société et la technologie. A quoi et à qui sert toute cette technologie ? Quels comportements et pratiques accélère-t-elle ?

    Il est courant de considérer les progrès technologiques comme un progrès, et certaines personnes répètent le mantra selon lequel la technologie sauvera le monde du changement climatique. Quelques personnes brillantes feront le travail acharné, donc personne d’autre n’aura à changer ses habitudes. Le problème est que de nombreuses communautés et écosystèmes souffrent déjà.

    Par exemple, la quête accélérée de plus de données fait que certaines communautés du Chili n’ont pas suffisamment d’eau pour faire pousser leurs cultures. Au lieu de cela, les centres de données l’utilisent. Soixante-dix pour cent de la pollution causée par les téléphones portables provient de leur fabrication. Les ressources brutes telles que le lithium et le cobalt pour fabriquer et alimenter les appareils mobiles sont généralement extraites d’une communauté qui a peu de pouvoir pour arrêter la destruction de leurs terres et qui ne participe certainement pas aux bénéfices réalisés. Pourtant, la pratique consistant à mettre à niveau votre téléphone tous les deux ans est devenue monnaie courante.

    L’open source ouvre la voie à la durabilité

    Il est temps de considérer l’utilisation du numérique comme une ressource précieuse ayant des conséquences à la fois sur la planète et sur les communautés (souvent déjà défavorisées).

    La communauté open source est déjà un chef de file pour aider les gens à réaliser qu’il existe une autre voie : la voie open source. Il existe d’énormes parallèles entre la voie open source et ce que notre société au sens large doit faire pour parvenir à un avenir plus durable. Être plus ouvert et inclusif en est un élément clé.

    Nous avons également besoin d’un changement de mentalité à tous les niveaux de la société qui considère la technologie numérique comme ayant des limites de croissance et non comme la chose abondamment bon marché et gratuite que nous voyons aujourd’hui. Nous devons prioriser judicieusement son application dans la société aux choses qui comptent. Et par-dessus tout, nous devons visualiser et éradiquer les méfaits de sa création et de son utilisation continue et partager la richesse qu’elle crée équitablement avec tous les membres de la société, qu’ils soient utilisateurs de la technologie numérique ou non. Ces choses ne se produiront pas du jour au lendemain, mais ce sont des choses que nous pouvons unir pour pousser afin que nous profitions tous des avantages de la technologie numérique à long terme, de manière durable.

    Cet article est basé sur une présentation plus longue. Pour voir la conférence dans son intégralité ou visionner les slides, voir le post “Comment pouvons-nous rendre la technologie numérique plus durable.”

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.