La réalité virtuelle interactive émerge comme un nouvel outil de conception de médicaments contre le COVID-19 –

  • FrançaisFrançais



  • Les scientifiques de Bristol ont démontré une nouvelle réalité virtuelle [VR] technique qui devrait aider à développer des médicaments contre le virus SRAS-CoV-2 – et permettre aux chercheurs de partager des modèles et de collaborer de manière nouvelle. L’outil innovant, créé par des chercheurs de l’Université de Bristol, et publié dans le Journal d’information chimique et de modélisation, aidera les scientifiques du monde entier à identifier plus rapidement les pistes de médicaments antiviraux.

    Une enzyme SARS-CoV-2 connue sous le nom de protéase principale (Mpro) est une cible prometteuse dans la recherche de nouveaux traitements antiviraux. Les molécules qui empêchent la protéase principale de fonctionner – appelées inhibiteurs enzymatiques – arrêtent la reproduction du virus et pourraient donc être des médicaments efficaces. Des chercheurs du monde entier s’efforcent de trouver de telles molécules. Un indicateur clé de l’efficacité d’un médicament est la mesure dans laquelle il se lie à sa cible; savoir comment un médicament s’intègre dans la protéine aide les chercheurs à concevoir des changements dans sa structure pour la faire se lier plus étroitement.

    Le professeur Adrian Mulholland de la School of Chemistry de Bristol et l’auteur principal de l’étude ont expliqué: «Nous avons montré que la réalité virtuelle interactive peut modéliser la manière dont les protéines virales et les inhibiteurs se lient à l’enzyme. Les chercheurs peuvent utiliser cet outil pour aider à comprendre le fonctionnement de l’enzyme et également pour voir comment les médicaments potentiels s’intègrent dans l’enzyme. Cela devrait aider à concevoir et à tester de nouveaux médicaments potentiels potentiels. Nous partageons ces modèles avec toute la communauté. “

    L’équipe de Bristol a développé un cadre virtuel pour les simulations interactives de «dynamique moléculaire». Il s’agit d’un framework logiciel open source, appelé Narupa, qui utilise un équipement de réalité virtuelle facilement disponible.

    Dans cette étude, l’équipe de Bristol a créé une structure de modèle 3D du SARS-CoV-2 Mpro et a utilisé des simulations de dynamique moléculaire interactive en VR (iMD-VR) pour “ entrer à l’intérieur ” et visualiser les molécules se liant à l’enzyme, en détail atomique . Les résultats ont montré que les utilisateurs étaient capables de montrer comment une molécule de médicament s’intègre dans l’enzyme.

    Le professeur Mulholland a ajouté: «De nombreux efforts sont actuellement déployés dans le monde pour identifier les médicaments potentiels pour le COVID-19. Nos outils iMD-VR seront une ressource précieuse, permettant une collaboration virtuelle pour la communauté internationale de découverte de médicaments, aidant à prédire comment les potentiels médicaments se lient. aux cibles du SRAS-CoV-2. Un aspect passionnant est qu’il permet également aux chercheurs de collaborer de manière nouvelle: en utilisant le cloud computing, ils peuvent s’attaquer à un problème de découverte de médicaments ensemble en même temps lorsqu’ils se trouvent dans des endroits différents – potentiellement même dans différents pays – travaillant simultanément dans le même environnement moléculaire virtuel. “

    «La modélisation informatique de la manière dont les médicaments se lient à la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 a été essentielle pour faire progresser la lutte mondiale contre la pandémie. Narupa porte cette modélisation à un tout autre niveau avec des simulations de dynamique moléculaire en réalité virtuelle», a déclaré Alison Derbenwick Miller , Vice-président, Oracle for Research. «Nous sommes ravis que l’infrastructure cloud haute performance d’Oracle ait soutenu le développement de ce cadre innovant et contribue désormais à faire progresser les efforts connectés au niveau mondial pour vaincre COVID-19. Faire croître une communauté connectée de chercheurs basés sur le cloud est exactement ce qu’Oracle for Research a été conçu pour faire. “

    L’étude a été financée par des subventions de l’EPSRC, de la Royal Society et de la British Society for Antimicrobial Chemotherapy. Les crédits cloud ont été fournis par Oracle for Research.

    Source de l’histoire:

    Matériaux fourni par Université de Bristol. Remarque: le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.