Construire des réseaux ne suffit pas pour étendre le haut débit en milieu rural –

  • FrançaisFrançais



  • Les subventions publiques pour la construction de réseaux à large bande ruraux pourraient ne pas suffire à réduire la fracture numérique, selon une nouvelle recherche de l’Université Cornell.

    Les coûts d’exploitation et de maintenance élevés et la faible densité de population dans certaines zones rurales entraînent des frais de service prohibitifs – même pour une coopérative appartenant à des abonnés structurée de manière à prioriser les besoins des membres par rapport aux bénéfices, selon l’analyse.

    Il y a des décennies, les coopératives ont joué un rôle clé dans l’expansion des services électriques et téléphoniques dans les zones rurales mal desservies, sous l’impulsion de la législation du New Deal prévoyant des subventions et des prêts gouvernementaux à faible taux d’intérêt. Le financement public pour l’accès à large bande en milieu rural devrait de même considérer son rôle essentiel dans le soutien du développement économique, des soins de santé et de l’éducation, a déclaré Todd Schmit, professeur agrégé à la Charles H. Dyson School of Applied Economics and Management.

    “Le New Deal du haut débit doit intégrer plus que la construction de systèmes”, a déclaré Schmit. “Nous devons réfléchir de manière plus globale à l’importance d’obtenir un accès égal à ces technologies.”

    Schmit est le co-auteur avec Roberta Severson, une associée de vulgarisation à Dyson, de “Exploring the Feasibility of Rural Broadband Cooperatives in the United States: The New New Deal?” La recherche a été publiée le 13 février dans Politique des télécommunications.

    Plus de 90% des Américains avaient accès au haut débit en 2015, selon l’étude, mais le total dans les zones rurales était inférieur à 70%. Les programmes fédéraux ont cherché à combler cet écart, y compris une initiative de 20,4 milliards de dollars de la Federal Communications Commission annoncée l’année dernière pour subventionner la construction de réseaux dans les zones mal desservies.

    Schmit et Severson ont étudié la faisabilité de la création d’une coopérative rurale à large bande pour améliorer l’accès dans le comté de Franklin, dans le nord de l’État de New York, qui a reçu un financement pour une étude de faisabilité du programme de développement des entreprises rurales du département américain de l’Agriculture.

    Les chercheurs se sont associés à Slic Network Solutions, un fournisseur de services Internet local, pour élaborer des estimations des prix du marché, du coût de construction d’un réseau de fibre jusqu’au domicile, des coûts d’exploitation et de maintenance et de la base d’abonnés potentiels – environ 1600 résidents. – et modéliser une coopérative qui atteindrait le seuil de rentabilité sur un cycle de 10 ans.

    Les subventions fédérales et étatiques et les investissements des membres couvriraient la quasi-totalité du coût de construction estimé à 8 millions de dollars, de sorte que ce n’était pas un facteur important dans l’analyse, ont déclaré les chercheurs.

    Mais même avec ces subventions, l’étude a déterminé que la coopérative devrait facturer 231 $ par mois pour son option de service haute vitesse – 131% de plus que les tarifs du marché. À ce prix, il est peu probable que 40% des résidents à l’année optent pour le haut débit à large bande comme le modèle l’avait supposé, ce qui jette un doute supplémentaire sur sa faisabilité.

    Les frais de 231 $ comprenaient un supplément pour subventionner une option de service à faible vitesse ne coûtant pas plus de 60 $ – une restriction que les subventions de construction imposaient pour assurer l’abordabilité. Sans cette restriction, le prix de la grande vitesse tomberait à 175 $ et la montée à basse vitesse à 105 $.

    “En bref,” écrivent les auteurs, “les subventions couvrant l’investissement et la construction de capitaux à elles seules ne résolvent pas le problème du haut débit en milieu rural, du moins dans notre zone d’étude”.

    En guise d’alternative – mais pas disponible dans le comté de Franklin – Schmit et Severson ont examiné la possibilité d’une coopérative rurale d’électricité ou de télécommunications qui se développe dans le haut débit. Ils gagneraient en efficacité grâce à des infrastructures déjà en service, comme les poteaux qui acheminent des lignes de fibre. Dans ce scénario, le prix du haut débit s’est amélioré à 144 $ par mois – toujours 44% au-dessus des taux du marché.

    “Ces systèmes sont très coûteux à exploiter et à entretenir”, a déclaré Schmit, “en particulier dans les zones comme nous avons examiné qui sont de très faible densité.”

    La faisabilité s’améliore avec la croissance de la densité et du «taux de prise» d’une zone de couverture, ou le pourcentage d’abonnés potentiels s’inscrivant à des vitesses différentes, selon l’analyse. Mais dans le comté de Franklin, les chercheurs ont déterminé qu’une coopérative de démarrage aurait besoin de 14 abonnés potentiels par mile pour atteindre le seuil de rentabilité sur 10 ans – plus du double de la densité réelle de la zone d’étude.

    Pour mieux desservir ces zones, ont déclaré Schmit et Severson, les décideurs devraient envisager d’éliminer les impôts fonciers sur les infrastructures à large bande et les paiements pour louer des espaces sur des poteaux appartenant à des services publics réglementés, qui représentaient respectivement 16% et 18% des dépenses annuelles de la coopérative proposée. Ces mesures ont réduit les frais de service à grande vitesse d’une coopérative de services publics en expansion à 25% au-dessus des taux du marché, un niveau que les membres pourraient être prêts à payer, ont déclaré les auteurs.

    “La considération des avantages publics de l’accès à large bande doit sans doute être ajoutée à l’équation”, ont-ils écrit. “Le cas a été fait pour les services d’électricité et de téléphone dans les années 1930 et des arguments similaires sembleraient être valables pour cette technologie aujourd’hui.”

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.