Un groupe de transfuges fait fi de l’interdiction et envoie des tracts à travers la frontière nord-coréenne

  • FrançaisFrançais



  • SEOUL, 30 avril (UPI) – Un groupe d’activistes a défié une interdiction du gouvernement sud-coréen et a lancé des ballons transportant des informations anti-Pyongyang à travers la frontière nord-coréenne, a-t-il annoncé vendredi.

    Fighters for Free North Korea, dirigé par le transfuge de haut niveau Park Sang-hak, a envoyé 500000 tracts, 500 livrets et 5000 dollars en billets d’un dollar attachés à 10 gros ballons dans l’État reclus, a déclaré Park dans un communiqué. Il a affirmé que le groupe avait effectué la mission en secret à deux reprises entre dimanche et jeudi dans des localités des provinces de Gyeonggi et de Gangwon à côté de la zone démilitarisée.

    L’action est intervenue après l’entrée en vigueur d’une loi sud-coréenne anti-tracts en mars. Les contrevenants encourent une peine d’emprisonnement maximale de trois ans ou une amende de 27 000 $.

    Park a déclaré à UPI qu’il avait reçu vendredi un appel du ministère sud-coréen de l’Unification, qui s’occupe des affaires transfrontalières, lui disant que la police le contacterait.

    “Cela n’a pas d’importance pour moi s’ils me mettent en prison”, a déclaré Park. “Je n’ai aucune défense légale prête. Je vais juste continuer à faire pression pour ce que je pense être juste.”

    Un porte-parole du ministère de l’Unification a déclaré à l’UPI que le ministère n’avait pas vérifié si les lancements de ballons avaient eu lieu et attendait les résultats d’une enquête policière avant de prendre des mesures supplémentaires.

    Dans sa déclaration, Park a qualifié l’interdiction des tracts de «la pire loi» et a juré qu’il continuerait à la défier.

    “Pas trois ans de prison, ou 30 ans, ou même suspendu à la potence nous empêcheront de dire les faits et la vérité à 20 millions de Nord-Coréens qui sont pauvres, affamés et sans aucun droit”, a déclaré Park.

    L’interdiction a suscité la controverse, certains l’appelant une forme de censure au milieu des efforts continus de l’administration du président sud-coréen Moon Jae-in pour améliorer les liens avec Pyongyang.

    «Le gouvernement sud-coréen semble plus intéressé à satisfaire Kim Jong Un de la Corée du Nord que de laisser ses propres citoyens exercer leurs droits fondamentaux au nom de leurs voisins du nord», a déclaré John Sifton, directeur du plaidoyer pour l’Asie de Human Rights Watch, en décembre, avant la adoption du projet de loi.

    Lors d’une audition devant le Congrès américain au début du mois, les législateurs ont exhorté la Corée du Sud à revoir l’interdiction de la publication de tracts. Le représentant Chris Smith, RN.J., a qualifié la loi «d’attaque contre la liberté d’expression» et a déclaré qu’elle était «très troublante».

    Jeudi, le porte-parole du département d’Etat américain Ned Price a salué “le courage du transfuge nord-coréen et de la communauté des droits de l’homme” et a déclaré que les Etats-Unis “soutiendraient toujours leurs efforts pour mettre en lumière ces graves injustices”.

    La Corée du Nord a longtemps condamné l’envoi de tracts. Kim Yo Jong, sœur du leader nord-coréen Kim Jong Un, a qualifié l’an dernier cette pratique d ‘”acte d’hostilité sordide et méchant” commis par “la racaille humaine”.

    Pyongyang a rompu toutes les communications avec Séoul et a fait sauter un bureau de liaison intercoréen en juin pour ce qu’il a appelé l’incapacité de la Corée du Sud à contenir les transfuges.

    Dans sa déclaration, Park a accusé Moon de «se tenir aux côtés de Kim Jong Un» pour soutenir la loi anti-tracts.

    «Ne pas les Nord-Coréens, qui ont été privés de tous leurs droits humains par la tyrannie de [Kim Jong Un], au moins avoir le droit de connaître la vérité? “dit Park.” Est-ce Séoul? Est-ce Pyongyang? La Corée du Sud est-elle une démocratie libre? Est-ce une dictature totalitaire? “

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.