Un diplomate et un entrepreneur canadiens libérés pour rentrer de Chine

  • FrançaisFrançais



  • 25 septembre (UPI) — Un diplomate et un entrepreneur canadien accusé d’espionnage ont été libérés pour rentrer de Chine après près de trois ans de prison.

    Le premier ministre canadien Justin Trudeau annoncé vendredi soir que le diplomate canadien Michael Kovrig et l’entrepreneur Michael Spavor rentraient chez eux, et ont remercié les diplomates et autres responsables canadiens « qui ont été infatigables » dans leurs efforts pour obtenir leur libération. Spavor, qui avait mené des affaires en Corée du Nord et en Chine, a été reconnu coupable d’espionnage le mois dernier et condamné à 11 ans de prison. Aucune décision n’avait été prise dans le cas de Kovrig.

    Les deux Canadiens ont été arrêtés en Chine en décembre 2018 et ont fait face à de nombreuses accusations d’espionnage, Pékin les accusant d’avoir volé des secrets d’État quelques mois plus tard.

    Les accusations d’espionnage contre les deux Canadiens sont intervenues deux jours après que le Canada a décidé de tenir une audience sur l’extradition de Meng Wanzhou, directeur financier du géant chinois de la technologie Huawei, vers les États-Unis pour faire face à des accusations.

    Les États-Unis ont accusé Meng d’avoir violé les sanctions commerciales contre l’Iran tandis que le ministère de la Justice a ouvert une enquête pour savoir si Huawei, qui fabrique des smartphones et d’autres appareils électroniques, a vendu des équipements à l’Iran.

    Meng a conclu un accord avec les procureurs américains plus tôt vendredi pour retourner en Chine. Dans le cadre de l’accord, elle a convenu que la relation de Huawei avec la filiale iranienne Skycom était trompeuse et qu’elle ne ferait pas de déclarations contraires à l’accord ni ne commettrait d’autres crimes. En échange, les États-Unis ont accepté de retirer leur demande d’extradition de Meng par le Canada vers les États-Unis, et les accusations seront reportées jusqu’à la fin de 2022.

    Meng a également plaidé non coupable des accusations de complot en vue de commettre une fraude bancaire, de complot en vue de commettre une fraude par fil, de fraude bancaire et de fraude par fil vendredi lors d’une mise en accusation virtuelle.

    La détention des soi-disant “deux Michaels” a été largement considérée comme un acte de représailles pour l’arrestation de Meng, a rapporté CBC News.

    Un ancien diplomate a déclaré à la CBC que le moment de la publication prouve le lien entre les cas.

    “La Chine (…) a dit jusqu’à présent qu’il n’y avait aucun lien entre les deux, mais en les mettant dans l’avion ce soir, ils ont clairement reconnu qu’il s’agissait d’une prise d’otages”, a déclaré Colin Robertson, un ancien diplomate canadien. depuis plus de 30 ans. “Cela me rappelle les échanges que vous aviez d’espions pendant la guerre froide.”

    Robertson a ajouté que le président américain Joe Biden avait peut-être aidé à négocier l’accord lors d’un récent appel avec le président chinois Xi Jinping.

    “Le gouvernement américain se joint à la communauté internationale pour saluer la décision des autorités de la République populaire de Chine de libérer les citoyens canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig après plus de deux ans et demi de détention arbitraire”, a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken. a déclaré vendredi dans un communiqué. « Nous sommes heureux qu’ils rentrent chez eux au Canada.

    Pékin nie que l’arrestation des deux Canadiens ait été des représailles, a rapporté la BBC.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.