Radithor – L’eau distillée radioactive autrefois vendue comme panacée buvable


  • FrançaisFrançais


  • C’est difficile à croire, mais il fut un temps où les riches et les puissants dépensaient de petites fortunes en eau distillée infusée au radium, annoncée comme un remède contre diverses maladies.

    Sachant ce que nous savons maintenant des éléments radioactifs et de leurs effets sur le corps humain, la plupart d’entre nous n’oseraient pas toucher, et encore moins boire, une bouteille d’eau contenant du radium, mais au début du XXe siècle, la soi-disant « remède » était à la mode parmi les riches mondains. Radithor et d’autres élixirs radioactifs étaient vendus comme remèdes inoffensifs qui pouvaient combattre la fatigue et guérir toutes sortes de conditions, des cancers à l’impuissance. Malheureusement, en réalité, ils ont lentement tué les personnes mêmes qu’ils étaient censés guérir.

    Radithor, qui était de l’eau distillée contenant deux substances radioactives, le radium et le mésothorium, est probablement l’exemple le plus célèbre de charlatanisme radioactif, probablement parce que c’est aussi le seul qui peut être lié sans ambiguïté à la mort de quelqu’un. Il était vendu dans de petites bouteilles de 2 oz et garantissait au moins 1 microcurie de Ra-226 et de Ra-228.

    Le fabricant de Radithor, Bailey Radium Laboratories d’East Orange, New Jersey, a affirmé que le tonique coûteux donnait aux utilisateurs un regain d’énergie et guérissait des dizaines de maladies, notamment l’anorexie, l’hystérie et l’insomnie. Cela s’est avéré être complètement faux, comme le montre clairement le sort horrible du consommateur le plus fervent de Radithor.

    Eben Byers, un riche mondain et industriel américain, a commencé à consommer du Radithor à la suggestion de son médecin. Il s’était blessé au bras dans un train de fête après un match de football entre Harvard et Yale, et on lui a prescrit Radithor pour l’aider dans le processus de guérison. En décembre 1927, il a commencé à boire environ trois bouteilles d’eau distillée infusée au radium chaque jour et a continué à le faire pendant les deux années suivantes.

    Convaincu que le Radithor méritait du crédit pour son énergie et son bien-être général, Eben Byers ne pouvait pas assez louer le tonique. Il en a envoyé des caisses à des amis et des associés, s’est assuré que ses petites amies l’avaient sous la main à tout moment, et même en a donné à ses chevaux de course. On pense qu’il a consommé 1 400 bouteilles de Radithor jusqu’en 1930, date à laquelle ses dents ont commencé à tomber.

    Eben Byers était dans la cinquantaine lorsque la “boisson énergisante” radioactive a commencé à faire des ravages sur son corps. Cela a commencé avec ses dents, mais ce n’était que le début de la fin. En 1931, lorsque Robert Hiner Winn, un avocat de la Federal Trade Commission, a été envoyé pour interviewer Byers dans le cadre de la constitution d’un dossier contre le fabricant de Radithor, il a été horrifié par l’état de l’homme d’affaires.

    Selon le rapport de Winn, lorsqu’Eben Byers a ouvert la porte de son manoir pour l’accueillir à l’intérieur, toute sa mâchoire inférieure et son menton avaient disparu, pourris par un empoisonnement au radium. L’homme de 51 ans n’avait que deux dents qui dépassaient d’un fragment d’os sous son nez, et avait même des trous dans le crâne exposant son cerveau.

    « Une expérience plus horrible dans un cadre plus magnifique serait difficile à imaginer », a écrit Winn dans une édition de Time Magazine de 1932. «Jeune en âge et mentalement alerte, il pouvait à peine parler. Sa tête était enveloppée de bandages. Il avait subi deux opérations successives au cours desquelles toute sa mâchoire supérieure, à l’exception de deux dents de devant, et la majeure partie de sa mâchoire inférieure avaient été enlevées. Tout le tissu osseux restant de son corps se désintégrait lentement et des trous se formaient en fait dans son crâne. »

    Eben Byers est décédé en 1932, et c’est sa mort qui a marqué le début de la fin pour Radithor. Le propre compte rendu de l’industriel au sujet du tonique pesait lourdement sur les laboratoires Bailey Radium, et un procès ultérieur intenté par la Federal Trade Commission était le dernier clou dans le cercueil. Malgré les revers, Radithor avait toujours son lot de partisans, même parmi les professionnels de la santé, mais l’ordre de « cesser et s’abstenir » émis par les autorités a heureusement mis fin à sa production en tant que tonique « sain ».

    Radithor a été fabriqué de 1918 à 1928 et, mis à part la mort d’Eben Byers, l’étendue des dommages qu’il a causés aux consommateurs est en grande partie inconnue. Les experts estiment que le fait qu’il s’agisse d’une panacée coûteuse a limité les dommages qu’elle aurait pu causer, car seuls les riches pouvaient se permettre de la consommer en grande quantité.

    Quand Eben Byers est mort, il a été enterré dans un cercueil doublé de plomb, pour bloquer les radiations libérées par ses os, et en 1965, lorsqu’un scientifique du MIT a exhumé ses restes pour mesurer leur degré de radioactivité, il a été surpris par le résultats.

    Robley Evans, un expert de la mesure et de la modélisation mathématique de la radioactivité dans le corps humain, a estimé que les os de Byers avaient une radioactivité d’environ 100 000 becquerels lorsqu’il a été enterré, et puisque Radium a une demi-vie de 1 600 ans, le scientifique a estimé que les exhumés les restes auraient le même niveau de radioactivité qu’auparavant. Seuls les restes squelettiques totalisaient en réalité 225 000 becquerels…

    La raison de l’erreur massive d’Evan dans l’estimation de la radioactivité a deux explications plausibles, l’affinité de Radium pour les os ayant été grossièrement sous-estimée, ou Byers avait consommé beaucoup plus de Radithor qu’on ne le croyait auparavant. Les restes de l’homme d’affaires ont été refermés dans le cercueil doublé de plomb, où ils restent à ce jour, aussi radioactifs que jamais.

    Alors oui, si vous pensiez que les boissons énergisantes modernes étaient mauvaises, rappelez-vous juste qu’il fut un temps où les gens buvaient de l’eau distillée infusée au radium pour un regain d’énergie.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.