L’Europe est en tête des continents pour les cas de COVID, décès par habitant; les cas passent 67M

  • FrançaisFrançais



  • 6 décembre (UPI) – L’Europe étant au milieu d’une deuxième vague de cas et de décès de coronavirus, le continent a le plus grand nombre d’infections et de décès par habitant malgré de fortes restrictions, y compris des verrouillages.

    Jusqu’à présent dimanche, il y a 1 538 550 décès et 67 137 639 cas dans le monde, selon le suivi de Worldometer.info. Mais avec 423 091 décès et 18 399 149 infections, le pourcentage est de 27% chacun contre une population de 9,6%.

    Samedi, la part de l’Europe était de 40,7% des 4 144 nouveaux décès et 10 186 au total, et 30,5% des 191 292 nouveaux cas et 626 385 au total.

    Les deux chiffres mondiaux sont inférieurs aux records établis vendredi avec 12 834 décès et 688 333 cas.

    L’Europe a le plus de cas, ainsi que le deuxième plus grand nombre de décès, juste quelques milliers derrière l’Amérique du Nord.

    Les États-Unis, avec seulement 4,3% de la population mondiale, sont en tête avec 281513 décès jusqu’à présent dimanche à 18,8% et 14634911 cas à 22%, selon le suivi de Johns Hopkins.

    Cinq nations européennes sont dans le top 10 pour le plus grand nombre de décès: n ° 5 de la Grande-Bretagne avec 61 245, n ° 6 de l’Italie avec 59 514, n ° 7 de la France avec 54 921, n ° 9 Espagne avec 46 252 et la Russie avec 43 141. La Russie a le plus de cas sur le continent avec 2 460 770, quatrième au monde, dont un record de 29 039 dimanche.

    En Europe, les cas sont bien en deçà des records établis récemment, mais les décès ont été à des niveaux élevés, dépassant ou presque la première vague de la pandémie au printemps.

    Dimanche, la Grande-Bretagne a fait état de 231 décès après 397 décès samedi, derrière le record de 1166 cas le 21 avril, ainsi que 17282 cas, loin du record de 33470 le 12 novembre.

    L’Italie, qui était à une époque l’épicentre du monde, a annoncé samedi 662 décès, mais a établi un record la semaine dernière avec 993, ainsi que 21 052 cas après un record de 40 896 le 13 novembre.

    La France a signalé 214 décès samedi après 932 le 13 novembre, soit le plus grand nombre depuis un record de 1437 en avril. Mais ses 12 923 cas étaient bien en dessous du record de 86 852 le 31 octobre et le pays est cinquième au monde avec 2 281 475.

    L’Espagne n’a communiqué aucune donnée ce week-end après 214 décès et 5554 cas.

    La Russie a battu des records de décès et de cas ces derniers temps. Dimanche, la Russie a signalé 457 décès, quatre jours après un record de 589 cas. Avec le record de 29 039 cas, la nation est quatrième au classement général avec 2 460 770.

    Également dans le top 20 pour les morts, on retrouve la 15e Pologne avec 228 dimanche après 502 samedi, la 16e Allemagne avec 16 mais 284 la veille et la 18e Belgique avec 122.

    L’Allemagne a établi un record mardi avec 497 morts. Jusqu’à la mi-novembre, le record était de 333 le 8 avril, les décès étant par la suite à un chiffre. Les cas ont culminé à 23 676 le 19 novembre, avec un total de 947 samedi après 17812 samedi.

    Le 2 novembre, la chancelière allemande Angela Merkel et le ministre des 16 États fédéraux ont décrété un verrouillage partiel et l’ont élargi la semaine dernière.

    Mais Merkel dit qu’il y avait “une lumière au bout du tunnel” depuis le début de la pandémie il y a neuf mois.

    “Nous pouvons désormais espérer qu’il y aura un ou plusieurs vaccins très prochainement”, a-t-elle déclaré samedi. “Ensuite, nous pouvons vaincre le virus étape par étape.”

    La semaine dernière, la Grande-Bretagne a approuvé d’urgence un vaccin Pfizer-BioNTech et prévoit de commencer à administrer ses premières doses mardi.

    Avec un lot initial de 800 000 doses de vaccin, la Grande-Bretagne est “l’un des premiers pays au monde à pouvoir commencer la vaccination de masse contre le COVID-19”, a publié Chris Hopson, PDG des fournisseurs de services nationaux de santé, sur Twitter. “Aussi difficile que soit la livraison de la vaccination, c’est un développement fantastique que nous devons saluer!”

    Le vaccin nécessite une deuxième dose trois semaines après la première et doit être conservé à moins 100 degrés Fahrenheit.

    Le verrouillage de la Grande-Bretagne a pris fin mercredi dernier, mais la majeure partie du pays reste soumise à de sévères restrictions.

    Entre le 23 décembre et le 27 décembre, les familles sont autorisées à «faire des bulles» avec deux autres ménages dans les quatre pays d’origine, mais elles ne peuvent pas entrer dans les pubs, les hôtels, les magasins, les théâtres ou les restaurants.

    “Je ne peux pas dire que Noël sera normal cette année – mais dans une période d’adversité, le temps passé avec des êtres chers est encore plus précieux pour les personnes de toutes confessions et aucune”, a déclaré la semaine dernière le Premier ministre Boris Johnson. «Nous voulons tous une sorte de Noël, nous en avons besoin, nous pensons certainement que nous le méritons. Mais ce que nous ne voulons pas, c’est faire preuve de prudence et permettre au virus de se réveiller, nous obligeant tous à nous enfermer dans Janvier.”

    En Italie, les voyages et la messe de minuit entre le 21 décembre et le 6 janvier ont été interdits. Les gens ne sont autorisés à se déplacer entre les régions que pour le travail, des raisons médicales et des urgences.

    “Il est clair que ce sera un Noël différent des autres mais ce ne sera pas moins authentique”, a déclaré la semaine dernière le Premier ministre italien Giuseppe Conte.

    Les régions de la zone rouge la plus élevée sont la Toscane, les Abruzzes, la Campanie, la Vallée d’Aoste, la province de Bolzano, ce qui signifie que les résidents restent dans leur municipalité et ne sont autorisés à partir que pour le travail, les études, la santé ou d’autres raisons essentielles.

    L’Italie, la France et l’Allemagne ferment les remontées mécaniques à Noël.

    Des contrôles aléatoires aux frontières seront imposés pour empêcher les résidents français de skier dans la Suisse voisine, a déclaré le Premier ministre Jean Castex. Les contrevenants seront mis en quarantaine à leur retour.

    En France, les bars et restaurants resteront fermés jusqu’à Noël. Le verrouillage doit se terminer le 15 décembre.

    L’Autriche autorisera l’ouverture des pistes la veille de Noël, les places suisses étant déjà ouvertes.

    En outre, certaines pistes sont ouvertes dans le nord de l’Espagne.

    Les autorités régionales espagnoles ont le pouvoir de restreindre les mouvements mais ne permettent pas un verrouillage complet.

    L’Asie compte le deuxième plus grand nombre de cas avec 17 500 534 et 301 602 décès, soit le quatrième parmi les continents.

    Avec une population de 4,6 milliards de personnes, soit 59% du monde, les décès sont de 20% et les cas sont de 26%.

    La Chine continentale est l’épicentre d’origine mais n’a pas signalé de décès depuis le 26 avril et est tombée à la 40e place avec 4634, derrière la Bulgarie avec 4729. Il a ajouté 18 cas dimanche.

    À Hong Kong, 112 nouveaux cas ont été signalés, ce qui est inférieur au record de 149 au 30 juillet. Depuis le 22 novembre, il y a eu 1 269 cas sur un total de 6 898.

    Hong Kong Disneyland a fermé ses portes mercredi indéfiniment pour la troisième fois depuis la pandémie.

    Ailleurs en Extrême-Orient, la Corée du Sud augmentera ses mesures de distanciation sociale à partir de mardi au milieu de l’augmentation des cas. La capitale, Séoul, entrera dans le quatrième rang des cinq à partir de mardi. Cela comprend la fermeture des entreprises de karaoké et des gymnases avec des spectateurs interdits lors d’événements sportifs. Les salons de coiffure et cinéma ferment à 21 h. Et seulement un tiers des travailleurs sur place sont encouragés.

    Le pays a signalé 631 cas dimanche, ce qui est le plus élevé depuis 853 le 3 mars, pour un total de 37 546. Le bilan est de 545 morts, dont cinq dimanche.

    Le Japon a signalé 22 décès pour un total de 2 341, dont 13 sur un navire avec 2 508 cas, derrière un record de 2 679 une semaine plus tôt.

    Jeudi, la préfecture d’Osaka a émis une “alerte rouge” sur l’ampleur de la gravité de la pandémie, exhortant les habitants à éviter de quitter leurs maisons.

    «La pression sur les soins médicaux est grave, et elle est particulièrement grave sur les lits pour les cas graves», a déclaré le gouverneur d’Osaka Hirofumi Yoshimura lors d’une réunion de son groupe de travail COVID-19. “C’est une situation où nous pouvons à juste titre déclarer une urgence sanitaire.”

    Deux pays asiatiques sont dans le top 10 des décès: l’Inde et l’Iran.

    L’Iran est troisième pour les décès avec 140.182, dont 482 dimanche et le record national de 1.299. L’Inde a le deuxième plus grand nombre de cas au monde avec 9 644 222 dont 36 011 et un record de 97 894 plusieurs mois.

    L’Iran occupe la huitième place pour la plupart des décès avec 50 310, dont 294 dimanche après un record de 486 le 16 novembre en huitième et 11 561 cas après un record de 14051 le 27 novembre.

    Au Pakistan, sept patients traités pour le coronavirus sont décédés après que l’un des plus grands hôpitaux de la ville nord-ouest de Peshawar soit à court d’oxygène. Le pays compte 8 361 décès et 416 499 cas.

    L’Amérique du Sud compte cinq places dans le top 20 pour le plus grand nombre de décès: le Brésil en deuxième avec 176 641, l’Argentine en 11e avec 39 632, la Colombie 12e avec 37 633, le Pérou 13e avec 36 231 et le Chili 19e avec 15 592.

    Avec une population de 422,5 millions d’habitants, le continent représente 5% du nombre mondial mais 22% des décès et 17% des cas.

    Samedi, le continent a signalé 1 105 décès et 62 837 cas.

    Parmi eux, le Brésil a signalé 660 décès avec le record de 1 554 le 29 juillet et ne dépassant pas 1 000 depuis la mi-septembre. Les cas étaient de 42 226 cas après un record de 70 869 le 29 juillet.

    Le président brésilien Jair Bolsonaro a minimisé l’épidémie bien qu’il ait lui-même contracté le virus en juillet.

    Mais le système de santé privé du pays a atteint 98% de sa capacité dans ses unités de soins intensifs. Dans les États du pays, la situation n’était guère meilleure.

    “Le Brésil doit être très, très sérieux”, a déclaré aux journalistes Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé. Il a dit que la situation était “très, très inquiétante”.

    Le responsable de l’OMS s’est également déclaré préoccupé par le Mexique, déclarant “que nous aimerions demander au Mexique d’être très sérieux”.

    Le Mexique est le troisième au monde pour les décès avec 109 456 et le 12e pour les cas avec 1 168 395.

    Le pays a signalé 593 décès samedi, contre un maximum de 1 092 le 4 juin. Et les cas sont de 11 625, un jour après le record de 12 127. Jusqu’à fin novembre, les cas n’avaient pas dépassé les 10 000.

    Le Mexique, les États-Unis et le Canada ont prolongé leur interdiction de voyager jusqu’au 21 décembre, où il y a presque 16 000 décès sur les 427 378 décès. Cela représente 28% du total des décès dans le monde alors que la population est de 7%. Avec 17 426 351 cas, le pourcentage est de 26%.

    Le Canada se classe 23e au monde pour les décès avec 12 589, dont 93 samedi, ainsi que 408 921 cas, dont 6 352 autres, mais derrière les 6 495 de samedi dernier. Entre le 26 mai et 30 août, les cas n’étaient jamais plus de 1000.

    Le premier ministre Justin Trudeau a proposé 77 milliards de dollars de plus en stimulus, soit 3% du produit intérieur brut.

    “Ce sera un investissement important pour remettre notre économie sur les rails et c’est un investissement qui fera en sorte que personne ne soit laissé pour compte”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière à Ottawa.

    L’Océanie, avec seulement 42,3 millions d’habitants, compte une fraction des décès à 1 021 et des cas à 45 927.

    Les décès de la Nouvelle-Zélande sont restés à 25 depuis le 16 septembre et l’Australie a augmenté son nombre de morts la semaine dernière à 908 après aucun depuis le 28 octobre.

    La Nouvelle-Zélande a signalé pour la dernière fois trois cas samedi pour un total de 2 078, soit 28 en une semaine, et l’Australie en hausse de neuf dimanche pour 27 965, soit une augmentation de 72 en sept jours.

    Le deuxième verrouillage de Melbourne a commencé en juillet et s’est terminé le mois dernier.

    Dans l’État de Victoria, les entreprises privées sont autorisées à réintégrer 25% de leurs employés dans les bureaux, ce pourcentage augmentant à 50% le 11 janvier. Les restrictions sur les rassemblements à domicile ont été assouplies.

    Mais les masques doivent être portés dans les centres commerciaux intérieurs et les supermarchés.

    L’Afrique compte 1,3 milliard d’habitants, soit 17% de la population mondiale mais 3% chacun des décès à 53 739 et des cas à 2 238 399.

    L’Afrique du Sud est en tête du continent avec 22 067 morts, dont 104 de plus samedi, suivie de l’Égypte avec 6 750 avec 18 samedi. L’Afrique du Sud compte le 16e plus grand nombre de cas au monde avec 810 449, dont 4 645 de plus samedi.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.