Le régulateur russe bloque l’accès à Facebook dans le cadre de la répression des médias


  • FrançaisFrançais


  • 1/4

    Les législateurs de la Douma russe ont adopté vendredi un projet de loi visant à réprimer les reportages des médias indépendants et à les empêcher de décrire la campagne militaire de Moscou en Ukraine comme une “guerre” ou une “invasion”. Photo d’archives par Yuri Kochetkov/EPA-EFE

    4 mars (UPI) — Les législateurs russes ont adopté vendredi un projet de loi visant à réprimer la couverture médiatique de la guerre en Ukraine et à bloquer l’accès à Facebook.

    Roskomnadzor, le régulateur russe des médias, a déclaré dans un communiqué de presse que la plate-forme de médias sociaux serait bloquée après que l’agence ait découvert 26 cas dans lesquels Facebook a discriminé les médias et les ressources d’information russes.

    Il a déclaré que Facebook avait violé la loi fédérale en limitant l’accès aux comptes de la chaîne de télévision Zvezda, de l’agence de presse RIA Novosti, de Sputnik, de Russia Today et des sites Lenta.ru et Gazeta.ru.

    Facebook a déclaré qu’il refusait de se conformer à la demande de la Russie de cesser d’étiqueter et de vérifier les faits des médias d’État.

    Nick Clegg, président des affaires mondiales de la société mère de Facebook, Meta, a déclaré que la plateforme ferait tout son possible pour rétablir les services en Russie.

    “Bientôt, des millions de Russes ordinaires se retrouveront coupés d’informations fiables, privés de leurs moyens quotidiens de se connecter avec leur famille et leurs amis et empêchés de s’exprimer”, a tweeté Clegg.

    Pendant ce temps, les législateurs de la Douma, la chambre basse du parlement, ont adopté un projet de loi qui cible les journalistes et criminalise toute information que le gouvernement considère comme une “fausse nouvelle” sur les combats en Ukraine.

    En vertu du projet de loi, les journalistes peuvent encourir jusqu’à 10 ans de prison pour avoir donné de fausses informations – et 15 ans si l’infraction a de “graves conséquences”.

    La proposition interdirait de décrire la campagne russe en Ukraine comme une « invasion » ou une « guerre », et encourage les journalistes à l’appeler « une opération militaire spéciale ».

    Le projet de loi justifie cette décision en disant que les médias ukrainiens utilisent des images de combats dans la région du Donbass il y a plusieurs années et les présentent comme des preuves de crimes de guerre contre la Russie pour sa campagne militaire actuelle.

    Les législateurs disent que les rapports créent une image négative de la Russie comme un “agresseur sanglant” et attisent “la panique dans la société”.

    Le Comité pour la protection des journalistes a déclaré jeudi dans un communiqué que la loi russe constituait “une menace évidente pour la liberté d’expression et la presse indépendante”.

    Le projet de loi va maintenant à la chambre haute et, s’il est adopté, il pourrait être promulgué par le président Vladimir Poutine.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.