Khecarī Mudrā – La pratique controversée du yoga consistant à enfoncer la langue dans la cavité nasale


  • FrançaisFrançais



  • Khecarī Mudrā est une pratique de yoga obscure et quelque peu controversée qui consiste à sectionner progressivement des parties de la langue, puis à la recourber jusqu’à ce qu’elle pénètre dans la cavité nasale.

    Pouvez-vous même imaginer tirer votre langue suffisamment en arrière pour que la pointe glisse dans le nez par la bouche ? Cela semble impossible, et même si vous pouviez le faire, cela ne poserait-il pas un risque d’étouffement ? Eh bien, les purs et durs pratiquants de hatha yoga ne doivent pas trop s’en soucier, car c’est exactement ce qu’exigent les étapes avancées d’une pratique appelée « khecarī mudrā ». Bon, ça, et en coupant petit à petit le frein, le petit bout de peau qui relie la langue au plancher de la bouche…

    Photo : moteur akyurt/Unsplash

    Dans les premiers stades du khecarī mudrā, les pratiquants replient leur langue aussi loin que possible afin que la pointe touche le palais mou à l’arrière de la bouche ou même la luette. Cela semble difficile à faire, en ce moment (vous savez que vous l’essayez en lisant ces lignes), mais c’est censé devenir plus facile à mesure que vous pratiquez. Cette étape initiale est applicable à la plupart des praticiens, mais c’est la pratique avancée qui capte vraiment l’imagination des gens.

    On dit que le vrai khecarī mudrā scelle l’énergie de Bindu et donne aux yogis capables de l’arracher des pouvoirs surnaturels. Mais pour atteindre ces pouvoirs, il faut replier suffisamment sa langue pour l’insérer ensuite dans la cavité nasale et « lécher le suprême nectar d’immortalité qui y coule ».

    Photo : Ananda Kriya Sangha/Wikimedia Commons

    Malheureusement, cela nécessite plus que des mois, voire des années de pratique quotidienne. Bien sûr, la langue peut être allongée naturellement pour qu’elle atteigne l’arrière de la luette, mais pour qu’elle se recourbe suffisamment pour pénétrer dans la cavité nasale, le frein lingual doit être coupé.

    Selon un texte de hatha yoga cité par Wikipédia, le frein doit être progressivement coupé, à l’aide d’une lame tranchante. À chaque fois, il faut couper un cheveu jusqu’à ce qu’au bout d’environ six mois, le morceau de peau soit complètement détruit. Ensuite, après six autres mois de pratique constante, les stades avancés de khecarī mudrā peuvent être atteints, et avec eux, une foule de bienfaits surnaturels.

    En tant que

    La curiosité spirituelle répertorie la résistance au poison, aux maladies, à la vieillesse et même à la mort, parmi les bienfaits du khecarī mudrā. Vous pouvez également vous attendre à une résistance à l’évanouissement, à la faim, à la soif et à la paresse, ainsi qu’à ce que votre corps devienne divin. Cela en vaut presque la peine, presque.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *