Areia Prata – La plage radioactive du Brésil


  • FrançaisFrançais



  • La plage d’Areia Preta dans la ville brésilienne de Guarapari est célèbre pour son sable noir qui a des niveaux de rayonnement externe de près de 400 fois le rayonnement de fond normal enregistré aux États-Unis.

    Le Brésil compte des centaines de kilomètres de plages, mais aucune ne ressemble à « Praia Da Areia Preta », à Guarapari. Le sable de cette région, en particulier le sable noir, contient des quantités modérées de monazite, un minéral phosphaté riche en plusieurs éléments de terres rares, dont l’uranium et le thorium. Des recherches ont montré que le rayonnement de fond sur Areia Preta peut atteindre 175 mSv par an, soit 20 μSv/h, tandis que certains endroits, en particulier ceux qui ont perdu du sable noir, ont des niveaux de rayonnement allant jusqu’à 55 μSv/h. Pour mettre cela en perspective, le niveau moyen d’exposition aux rayonnements aux États-Unis est d’environ 0,34 μSv/h, tandis qu’une radiographie donne aux gens une exposition unique d’environ 100 μSv.

    Photo : Marcelo Moryan/MTur

    Le sable noir riche en monazite de Guarapari a été remarqué pour la première fois en 1880 par le scientifique autrichien Carl Auer von Welsbach. Il cherchait du thorium pour ses manteaux incandescents nouvellement inventés, et le sable monazite s’est avéré être la source parfaite. Les mines de monazite brésiliennes ont dominé l’industrie des éléments de terres rares jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, mais ce n’est qu’à la fin du XXe siècle que les plages de sable de monazite sont devenues une attraction touristique de santé.

    En 1972, la radioactivité du sable de monazite était déjà connue depuis près d’un siècle, mais cette année-là, la médecin Silva Mello a commencé à promouvoir une thérapie au sable radioactif qui, selon elle, pouvait traiter divers problèmes de santé, notamment les rhumatismes. À ce jour, des milliers de touristes tentent de guérir des maladies en s’allongeant ou même en se couvrant de ce sable radioactif, ignorant le danger d’une exposition prolongée aux radiations.

    50 ans après la publication de Silva Mello sur les bienfaits du sable de monazite, beaucoup au Brésil croient encore que l’exposition au sable est en fait bonne pour la santé. L’industrie touristique de Guarapari a définitivement profité de ce récit, et la ville porte fièrement son surnom de “La ville saine”, malgré la controverse entourant les effets de l’exposition au sable.

    Fait intéressant, la plupart des régions de Guarapari ont des niveaux de rayonnement de fond relativement faibles – 0,6 µSv/h en moyenne – ce qui ne pose aucun risque réel pour la santé. Les plages, comme Areia Preta, sont une tout autre affaire. Les vagues de la mer martèlent en permanence les montagnes côtières riches en monazite, et certains des composés radioactifs s’échouent sur le rivage sous forme de sable noir.

    Au fil des ans, des recherches ont montré que le seul rayonnement gamma sur Areia Preta constitue un grave danger pour les touristes. Une étude de 2002 a révélé que les doses de rayonnement gamma sur la plage d’Areia Preta étaient comparables à celles à proximité immédiate (1 km) de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Les auteurs soulignent que si la composition des radionucléides dans les deux endroits est sans aucun doute différente, le rayonnement gamma sur Areia Preta nécessite un équipement de protection.

    Les radiations absorbées par la peau peuvent augmenter le risque de cancer de la peau, tandis que les composés radioactifs inhalés peuvent provoquer un cancer du poumon. C’est pour ces raisons que l’Agence nucléaire brésilienne déconseille de passer trop de temps sur des plages radioactives comme Areia Preta.

    En tant que

    À un moment donné, il a été proposé que les monozites soient extraites du sable et ensuite vendues comme minerai précieux riche en éléments de terres rares. De cette façon, le sable noir emblématique de Guarapari pourrait être préservé pour sa valeur touristique, sans exposer les gens à des radiations nocives.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.