Vous ne pouvez pas être “ accro ” aux médias sociaux – mais ça craint toujours

  • FrançaisFrançais



  • Si vous passez des heures de la journée sur votre téléphone à consulter les réseaux sociaux, vous n’êtes pas inhabituel. L’internaute moyen dépense deux heures par jour sur divers sites de médias sociaux. Mais votre habitude de consulter Facebook, Instagram, Twitter et TikTok toutes les quelques heures fait-elle de vous un «accro» des médias sociaux?

    Le terme «dépendance aux médias sociaux» est de plus en plus utilisé pour décrire les personnes qui passent beaucoup de temps sur ces sites Web et applications. Cela peut être nocif pour les gens de diverses manières – causant une faible estime de soi, mauvais sommeil et augmentation du stress.

    L’accent principal lors de l’examen de la dépendance aux substances a tendance à être sur trois éléments clés: la compulsion (ou perte de contrôle), la tolérance (besoin d’augmenter la quantité pour obtenir le même effet) et le sevrage (effets secondaires désagréables à l’arrêt de l’utilisation). D’autres facteurs à prendre en compte concernent le besoin impérieux, la préoccupation et la consommation continue malgré que cela cause des problèmes évidents. Il est facile de voir comment ces facteurs s’appliquent aux drogues, mais qu’en est-il des achats, des jeux de hasard ou, en fait, de l’utilisation des médias sociaux?

    L’intérêt croissant pour ces «dépendances» comportementales et d’autres – comme le jeu, le sexe ou Internet – a conduit à élargir les définitions de ce qu’est la dépendance. Les psychologues parlent d’appétits excessifs et de puissants moteurs de motivation pour adopter des comportements particuliers qui ont le pouvoir de causer des dommages non intentionnels considérables.

    En tant que chercheurs dans les médias sociaux et la toxicomanie, nous avons passé les 25 dernières années à comprendre différents types de dépendance. Nos recherches nous indiquent que la dépendance aux médias sociaux n’est pas la même chose qu’une dépendance à des substances, comme l’alcool et d’autres drogues.

    Utilisation des médias sociaux

    Trop de médias sociaux peut certainement être dommageable. L’une des principales caractéristiques des médias sociaux est qu’ils permettent aux utilisateurs de contrôler la façon dont ils se présentent aux autres. Les gens peuvent modifier leur apparence en ligne et se présenter parfois de manière inexacte tout en cherchant à obtenir la validation des autres.

    Cela peut causer toutes sortes de dommages. Dans une étude réalisée en 2019, nous avons constaté que lorsque les utilisatrices regardaient les plates-formes pendant environ une heure et demie par jour, cela était lié à un désir accru d’être mince, une prise de conscience accrue de la façon dont ils pensent que les autres les jugent et une motivation à faire de l’exercice dans le but de perdre du poids.


    Lire la suite: Pourquoi les abus de célébrités sur Twitter sont-ils si mauvais? Cela pourrait être un problème avec notre empathie


    Et en 2016, nous avons étudié les moyens les gens recherchent une validation sur les réseaux sociaux. Nous avons examiné la fréquence à laquelle les gens manipulent les publications pour augmenter le nombre de likes reçus, utilisent les médias sociaux pour stimuler le moral ou publient aveuglément des problèmes avec lesquels ils ne sont pas nécessairement d’accord.

    Nous avons constaté que lorsque ce type de comportement en ligne augmentait, l’estime de soi diminuait. Mais nos résultats ne montrent pas nécessairement une obligation d’utiliser les médias sociaux – ce qui est essentiel pour en faire une dépendance. D’autres facteurs sociaux, tels que la peur de passer à côté et les traits de personnalité narcissiques, peuvent conduire à une utilisation malsaine des médias sociaux.

    Dépendance aux médias sociaux

    En 2020, nous avons entrepris une étude dans le jeu nuisible qui pourrait aider à répondre à la question de savoir si la dépendance aux médias sociaux est réelle.

    Nous avons constaté que les progrès technologiques rapides en matière de facilité et de rapidité d’accès aux applications pour téléphones et tablettes entraînent une augmentation des méfaits du jeu. Des processus psychologiques similaires peuvent être à l’œuvre sur les plateformes de médias sociaux, où le besoin de validation, d’envie et de vérification des goûts est amplifié.

    Les explications comportementales de la façon dont les dépendances se développent mettent l’accent sur le pouvoir du renforcement. Les produits de jeu utilisent souvent la forme de renforcement la plus puissante: paiements aléatoires. Ceci, encore une fois, est potentiellement similaire à la façon dont les utilisateurs reçoivent une validation sous la forme de «j’aime» sur les médias sociaux.

    Crédit: StockSnap / Pixabay