Voici en quoi Google Tensor diffère des autres processeurs Android

  • FrançaisFrançais



  • Le Pixel 6 et le Pixel 6 Pro nous officiellement révélé aujourd’hui. À leurs côtés, nous avons eu la confirmation du fascinant nouveau Google Tensor du téléphone SoC – et en quoi c’est différent de tout ce qui existe actuellement.

    Il existe quelques moyens clés pour que Google se différencie. L’une des plus étranges, comme le prédit fuites, est la disposition des cœurs du processeur.

    Un peu d’arrière-plan : Les processeurs Android phares actuels comme l’Exynos 2100 et le Snapdragon 888 utilisent trois types de cœurs. Le Snapdragon 888, par exemple, utilise un cœur Cortex X1 (haute puissance), trois cœurs Cortex A78 (moyenne puissance) et quatre cœurs Cortex A55 (basse consommation/haute efficacité).

    Là où Google Tensor se démarque, c’est qu’il utilise deux des cœurs Cortex X1 les plus puissants cadencés à 2,8 GHz, ce qui devrait aider le téléphone à exceller dans certaines tâches exigeantes.

    D’autre part, la société a également confirmé une autre rumeur étrange : plutôt que de triples cœurs de niveau intermédiaire, le Pixel 6 n’en utilise que deux. Encore plus déroutant, ce ne sera même pas le nouveau A78, mais plutôt les cœurs A76 plus anciens, moins puissants et moins efficaces (fonctionnant à 2,25 GHz) sortis en 2018.

    Pendant ce temps, le téléphone utilise toujours quatre cœurs A55 à faible puissance fonctionnant à 1,8 GHz également, tandis que le GPU est le Mali G78MP20, qui devrait offrir des performances de jeu aussi bonnes que n’importe quel appareil Android.

    L’utilisation des anciens cœurs A76 continue d’être le plus gros casse-tête, et nous n’avons pas encore entendu de raison claire pour cela.

    De son côté, Google affirme que le processeur est 80% plus rapide que le Pixel 5 ; le GPU est 370% plus rapide. Mais étant donné que le Pixel 5 a été conçu avec un Snapdragon 765, cela ne veut pas dire grand-chose, à part que le processeur devrait être à peu près compétitif avec les puces Android phares existantes.

    Un ArsTechnica L’entretien avec les ingénieurs de Google met en lumière les principales décisions de mise en page.

    Phil Carmack, vice-président de Google Silicon, explique :

    Nous avons concentré une grande partie de nos efforts de conception sur la façon dont la charge de travail est allouée, la façon dont l’énergie est répartie sur la puce et la façon dont les processeurs entrent en jeu à différents moments. Lorsqu’une lourde charge de travail arrive, Android a tendance à frapper fort, et c’est ainsi que nous obtenons de la réactivité.

    Il ajoute « worsque c’est un problème à l’état stable où, disons, le processeur a une charge plus légère mais c’est encore modestement important, vous aurez le double X1 en cours d’exécution, et à ce niveau de performance, ce sera le plus efficace.

    Il semble donc y avoir une plus grande tendance à exécuter des tâches moyennes sur les cœurs X1, plutôt que sur les A76 lorsque cela est possible, ce qui, espérons-le, conduit à un téléphone plus réactif. En réduisant plus souvent les cœurs puissants « un la charge de travail que vous auriez normalement faite avec deux A76, au maximum, est maintenant à peine en train de tirer le gaz avec deux X1. »

    Comme indiqué dans l’article d’ArsTechnica, avoir un gros cœur est en fait un développement récent pour les puces basées sur ARM. Traditionnellement, ces puces utilisaient deux ou plusieurs cœurs hautes performances. Apple, pour sa part, a continué à s’en tenir à une division plus simple des cœurs à haut rendement et à haute performance.

    Carmack, quant à lui, note que « jeSi vous voulez de la réactivité, le moyen le plus rapide d’obtenir cela et le moyen le plus efficace d’obtenir des performances élevées est probablement deux gros cœurs », tout en suggérant qu’avoir un seul gros cœur n’est idéal que pour les benchmarks à thread unique.

    Puce Google Tensor

    Dans tous les cas, Tensor n’est pas un saut de performance au niveau Apple par rapport à ses concurrents, du moins en ce qui concerne les tâches de base du processeur et du processeur graphique. Là où Tensor est vraiment censé briller, c’est dans les tâches d’IA et de ML avec sa nouvelle unité de traitement « TPU » ou tenseur (parfois appelée unité de traitement neuronal dans d’autres appareils). Il y a beaucoup de potentiel inexploré à cet égard.

    Malheureusement, Google était vague dans les spécifications, à part montrer certains outils activés par Google Tensor, comme la vidéo HDR à 4K 60 ips, la nouvelle fonctionnalité Face Unblur et la mise en œuvre ultra-rapide de Live Translate (lisez mon pratique pour plus).

    La société suggère qu’elle est réticente à partager des chiffres car les références de ML existantes sont « rétrospectives », mais veut essentiellement que nous sachions que Tensor est destiné à exécuter de manière optimale les propres algorithmes de ML de Google. La société affirme que certaines de ces tâches d’apprentissage automatique ne peuvent tout simplement pas s’exécuter efficacement sur d’autres appareils Android. Je suis curieux de savoir ce que Qualcomm a à dire à ce sujet.

    J’aimerais quand même connaître d’autres chiffres, juste comme cadre de référence. Des rumeurs ont également suggéré que Google Tensor avait été créé en partenariat avec Samsung, mais la société n’en a fait aucune mention lors de son annonce ou de son dévoilement dans la presse ; nous devrons attendre les démontages pour voir si les gens repèrent des composants Samsung.

    Mais plus que tout, Google Tensor est une opportunité pour Google de réaliser la cohésion entre le matériel et les logiciels pour laquelle Apple est le plus connu – d’avoir un grand contrôle sur chaque partie de l’expérience utilisateur. Selon toute vraisemblance, le meilleur de Google Tensor est encore à venir, et j’ai hâte de voir comment les autres fabricants réagiront.

    Saviez-vous que nous avons une newsletter consacrée à la technologie grand public ? C’est ce qu’on appelle Branché – et vous pouvez vous y abonner ici.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.