Un procès demande 5,9 milliards de dollars à Sony pour avoir “escroqué” 9 millions d’utilisateurs du PlayStation Store


  • FrançaisFrançais



  • WTF ? ! Sony est poursuivi au Royaume-Uni pour 5 milliards de livres sterling, soit 5,9 milliards de dollars, pour avoir prétendu avoir “arnaqué les gens” en surfacturant les consommateurs pour les jeux et les achats dans le jeu sur son PlayStation Store. Le recours collectif demande des dommages-intérêts pour neuf millions de personnes, chacune étant estimée recevoir entre 67 £ et 562 £ (80 $ et 663 $) en cas de succès.

    Le champion des droits des consommateurs Alex Neill a lancé la poursuite contre Sony. Selon Nouvelles du cielle géant japonais est accusé d’avoir enfreint le droit de la concurrence en abusant de son pouvoir de marché et en imposant des conditions abusives aux développeurs et éditeurs de jeux, faisant ainsi grimper le prix de vente des titres aux consommateurs.

    La partie « arnaquer les gens » de l’argument découle de la commission de 30 % que Sony prend sur les ventes du PlayStation Store. La part que les entreprises prélèvent sur les développeurs qui vendent des titres sur leurs magasins respectifs est depuis longtemps un sujet de discorde, en particulier en ce qui concerne Apple, qui facture également 30 %. Epic, dont les querelles juridiques avec le fabricant d’iPhone sont bien documentées, aime souligner qu’il ne facture aux développeurs que 12 % de commission.

    La poursuite allègue que les consommateurs ont été surfacturés de cinq milliards de livres (5,9 milliards de dollars) au cours des six dernières années pour les jeux PS Store et DLC. Il dit qu’environ neuf millions de personnes ont été touchées. Si la réclamation s’avérait fructueuse, chaque personne pourrait recevoir entre 80 $ et 663 $ en dommages-intérêts.

    “Le jeu est désormais la plus grande industrie du divertissement au Royaume-Uni, devant la télévision, la vidéo et la musique, et de nombreuses personnes vulnérables comptent sur le jeu pour la communauté et la connexion. Les actions de Sony coûtent à des millions de personnes qui ne peuvent pas se le permettre, en particulier lorsque nous sommes au milieu d’une crise du coût de la vie et le porte-monnaie des consommateurs est pressé comme jamais auparavant », a déclaré Neill.

    L’allégation repose sur la action collective de non-participation introduit par le Consumer Rights Act 2015 du Royaume-Uni. Il permet aux consommateurs et aux entreprises d’intenter plus facilement des actions privées pour les dommages subis en raison d’infractions au droit de la concurrence au nom d’une catégorie entière de demandeurs. Dans ce cas, les utilisateurs du PlayStation Store.

    Natasha Pearman, l’associée juridique menant l’affaire, a déclaré : « Sony domine la distribution numérique des jeux PlayStation et du contenu des jeux ; elle a déployé une stratégie anticoncurrentielle qui a entraîné des prix excessifs pour les clients qui sont hors de proportion avec les coûts de Sony fournissant ses services.”

    Ce n’est que le mois dernier que Sony a convaincu un tribunal américain de lancer une autre action en justice affirmant que son PlayStation Store était anticoncurrentiel. La poursuite a été rejetée car les plaignants n’ont pas réussi à prouver que l’entreprise avait violé la loi Sherman, qui interdit la monopolisation. Il serait surprenant que l’affaire britannique ne soit pas également rejetée pour des motifs similaires.

    Crédit image : DC Banque de Photographies

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.