Les Néerlandais ont été les pionniers de la viande cultivée en laboratoire. Pourquoi ne peuvent-ils pas en manger ?


  • FrançaisFrançais



  • Mes envies de viande sont bien connues des lecteurs réguliers (salut maman !). Mais en tant que végétarien bien-pensant, je refuse de manger des animaux assassinés. Ces croyances, cependant, sont maintenant remises en question par un hérétique : la viande cultivée.

    La viande cultivée, également connue sous le nom de viande cultivée, amène la ferme au laboratoire. Les cellules sont prélevées sur un animal, cultivées in vitro, puis façonnées en formes familières de chair comestible.

    Les défenseurs de l’industrie offrent une myriade d’avantages et de besoins. Selon l’ONU, environ 80 milliards d’animaux sont abattus chaque année pour la viande. Ce bétail produit environ 14,5 % des gaz à effet de serre mondiaux, broute sur 26 % de la surface terrestre de la Terre, et utilise 8% d’eau douce mondiale.

    Salutations, humanoïdes

    Abonnez-vous à notre newsletter maintenant pour un récapitulatif hebdomadaire de nos histoires préférées sur l’IA dans votre boîte de réception.

    La croissance démographique finira par rendre ces chiffres insoutenables.

    L’agriculture cellulaire, affirment ses partisans, peut considérablement atténuer les dégâts. Les produits peuvent satisfaire nos besoins en protéines (et notre désir de viande), réduire notre empreinte carbone et prévenir la souffrance animale.

    CE Delft, une société de recherche indépendante, estime que la viande cultivée pourrait provoquer 92 % de réchauffement climatique en moins et 93 % de pollution de l’air en moins, tout en utilisant 95 % de terres en moins et 78 % d’eau en moins.

    Le secteur naissant pourrait également devenir une grande entreprise. Cabinet de conseil McKinsey prédit le marché de la viande cultivée pourrait atteindre 25 milliards de dollars (26 milliards d’euros) d’ici 2030.

    Ce n’est pas comme de la viande, c’est de la viande.

    Le secteur s’est développé rapidement depuis que le premier burger cultivé en laboratoire au monde a été dévoilé en 2013. La galette a coûté 330 000 $ à produire. Les chefs l’ont décrit comme comestible, mais pas délectable.

    L’un des scientifiques à l’origine du projet était Daan Luining. L’affable Néerlandais a ensuite fondé Meatable, une startup de viande cultivée basée à Delft. L’entreprise affirme que ses produits sont identiques à la viande traditionnelle.

    “Ce n’est pas comme la viande – c’est est viande », a déclaré Luining à TNW.

    Luining (à droite) et son co-fondateur de Meatable, Krijn de Nood, décrivent leurs produits comme