Les défenseurs européens de la confidentialité déposent une plainte contre le système de suivi des publicités d’Apple

  • FrançaisFrançais



  • En bref: Dans l’UE, les défenseurs de la vie privée accusent Apple de violer la loi européenne sur la confidentialité en utilisant implicitement un code de suivi sur les iPhones des utilisateurs sans leur consentement. La société est naturellement en désaccord et promet d’offrir aux régulateurs toutes les explications dont ils ont besoin sur son fonctionnement.

    Apple est critiqué par les défenseurs de la protection de la vie privée dans l’UE qui ont précédemment ciblé Facebook pour ne pas respecter le règlement général sur la protection des données de l’Union européenne, tout en déplorant le grave manque de financement de la Commission irlandaise de protection des données qui a ralenti les enquêtes.

    Le militant autrichien Max Schrems et son organisation à but non lucratif NOYB (None of Your Business) ont récemment déposé deux plaintes aux autorités espagnoles et allemandes accusant Apple d’avoir enfreint la loi européenne sur la confidentialité Plus précisément, ils allèguent que la société a suivi illégalement les utilisateurs d’iPhone à des fins publicitaires, car elle ne demande pas le consentement explicite des utilisateurs.

    La plainte fait référence à l’identifiant Apple pour les annonceurs (IDFA), qui est stocké sur l’appareil d’un utilisateur et permet à l’entreprise et à des tiers de suivre leur comportement en ligne et leurs préférences de consommation. Schrems soutient essentiellement que ces codes utilisés par Apple sont comparables aux cookies, qui nécessitent le consentement de l’utilisateur en vertu de la législation européenne sur la confidentialité.

    Certains d’entre vous connaissent peut-être le plan d’Apple visant à renforcer la confidentialité dans iOS 14 en utilisant une nouvelle fonctionnalité de transparence qui fonctionne très bien comme des «étiquettes nutritionnelles alimentaires». L’annonce a semé la panique parmi les annonceurs car elle a entravé leur capacité à fournir des publicités ciblées, Apple a donc accepté de retarder la fonctionnalité, qui entrera en vigueur à partir du 8 décembre.

    Sur l’IDFA d’Apple, NOYB note que «tout comme une plaque d’immatriculation, cette chaîne unique de chiffres et de caractères permet à Apple et à d’autres tiers d’identifier les utilisateurs à travers les applications et même de connecter le comportement en ligne et mobile (« suivi inter-appareils »)». Dans la plainte, NOYB a expliqué qu’Apple ne devrait pas être autorisé à créer ce tracker en premier lieu, car un smartphone a tendance à être l’appareil le plus intime d’une personne.

    Dans un communiqué, Apple a déclaré que les allégations étaient “factuellement inexactes, et nous sommes impatients de le préciser aux régulateurs de la protection de la vie privée s’ils examinent la plainte. Apple n’accède ni n’utilise l’IDFA sur l’appareil d’un utilisateur à aucune fin. pour protéger la vie privée de nos utilisateurs, et notre dernière version logicielle, iOS 14, donne aux utilisateurs un contrôle encore plus grand pour savoir s’ils souhaitent ou non autoriser les applications à les suivre en reliant leurs informations à des données de tiers à des fins de publicité, ou partager leurs informations avec des courtiers en données. Nos pratiques sont conformes au droit européen et soutiennent et font progresser les objectifs du RGPD et de la directive sur la confidentialité en ligne, qui est de donner aux gens un contrôle total sur leurs données. “

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.