La Chine dit avoir un ordinateur quantique 1M X plus puissant que celui de Google


  • FrançaisFrançais



  • Des chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Chine ont récemment publié un article indiquant qu’ils ont créé un ordinateur quantique un million de fois plus rapide que la machine Sycamore de Google.

    Selon un rapport de la Temps mondial, le système chinois « est 10 millions de fois plus rapide que le supercalculateur le plus rapide actuel et sa complexité de calcul est plus d’un million de fois supérieure à celle du processeur Sycamore de Google ».

    Fichier sous :Énorme, si vrai.

    Soyons francs ici, je ne suis pas un physicien quantique. Alors prends le grain de sel que je m’apprête à te nourrir avec un grain de sel séparé et plus gros.

    Les affirmations en provenance de Chine sont crédibles et le document de recherche semble tout à fait légitime. Mais je n’y crois toujours pas.

    Ce que nous savons: les chercheurs ont construit un ordinateur quantique de 66 qubits. En utilisant deux paradigmes technologiques différents, photonique et supraconducteur, ils ont pu exécuter des algorithmes spécifiques à une échelle qui serait censée être trop complexe pour un ordinateur classique à accomplir.

    À titre de comparaison, le système Sycamore de Google est un système à 53 qubits et, selon l’équipe de recherche chinoise, il ne peut utiliser que le paradigme supraconducteur.

    Fond: euh, quand avons-nous commencé à appeler ce truc « primauté quantique ? Je couvre l’informatique quantique depuis des années maintenant et c’est une nouvelle par moi.

    Ne vous méprenez pas, j’ai vu l’étrange article scientifique suggérant le terme plutôt que le plus populaire « suprématie quantique ». Mais je pensais que nous avions tous décidé que « avantage quantique » était le terme approprié parce que la plupart des experts conviennent que les ordinateurs quantiques ne remplaceront jamais vraiment les ordinateurs classiques, mais les augmenteront à la place.

    Quoi qu’il en soit, la “primauté” quantique est essentiellement la capacité d’un système quantique à accomplir un exploit qu’un système classique ne pourrait pas ou prendrait un temps absurde tel que 30 000 milliards d’années.

    Et, le plus célèbre, Google et la NASA « fuite » (grandes citations aériennes sur celui-ci) que le système “Bristlecone” du géant de la recherche avait atteint le quantum suprématie par rapport aux ordinateurs classiques en 2019.

    Mais IBM, le propriétaire du supercalculateur classique que Google et la NASA prétendaient que ses systèmes avaient battu, a réfuté ces affirmations en un article de blog:

    Dans l’article, il est avancé que leur appareil a atteint la « suprématie quantique » et qu’« un superordinateur à la pointe de la technologie nécessiterait environ 10 000 ans pour effectuer la tâche équivalente ».

    Nous soutenons qu’une simulation idéale de la même tâche peut être effectuée sur un système classique en 2,5 jours et avec une fidélité beaucoup plus grande. Il s’agit en fait d’une estimation prudente du pire des cas, et nous nous attendons à ce qu’avec des raffinements supplémentaires, le coût classique de la simulation puisse être encore réduit.

    À ce jour, de nombreux « experts » en technologie ne parlent que du côté Google/NASA de cet épisode.

    Et cela nous amène au 25 octobre 2021 et aux nouvelles en provenance de Chine.

    Quel est le problème? Est-ce que c’est réel? Le physicien quantique Barry Sanders, directeur de l’Institute for Quantum Science and Technology de l’Université de Calgary, semble être aux anges à propos de cette nouvelle.

    Rédaction pour APS Physics, ils ont dit:

    Les deux principaux résultats du groupe … poussent l’informatique quantique expérimentale à des problèmes de taille bien plus grande, ce qui rend beaucoup plus difficile la recherche d’algorithmes classiques et d’ordinateurs classiques capables de suivre le rythme. Les résultats nous amènent plus loin vers des affirmations fiables selon lesquelles nous avons effectivement atteint l’âge de la primauté quantique computationnelle.

    Sanders poursuit en reconnaissant le débat sur l’avantage quantique, mentionnant même le bœuf d’IBM et de Google. Mais ils semblent assez convaincus que c’est la vraie affaire et, évidemment, fondent leurs observations sur l’idée que deux paradigmes valent mieux qu’un.

    Mais le sont-ils vraiment ? Les types d’algorithmes exécutés ne sont pas particulièrement utiles dans le monde de tous les jours en dehors d’un laboratoire de recherche. Ce sont essentiellement des problèmes mathématiques géants qui peuvent être rendus exponentiellement plus difficiles.

    Selon l’article des chercheurs chinois, leurs systèmes ont atteint la primauté sur la base de leurs estimations selon lesquelles ils pourraient exécuter des algorithmes en quelques minutes, ce qui prendrait 10 000 ans aux superordinateurs les plus rapides du monde.

    C’est la même chose que Google a dit à propos du supercalculateur d’IBM.

    Prise rapide : La « primauté quantique » est un terme à la mode inventé sans réel mérite. Nous n’avons pas atteint un point où le monde a déclaré une impasse à l’informatique classique et nous n’avons pas maximisé notre capacité collective à régler, peaufiner et optimiser les algorithmes.

    Cela signifie que quiconque prétend être capable d’exécuter un algorithme qui prendrait 10 000 ans à un système classique pour s’exécuter en quelques secondes s’engage généralement dans ce que j’aime appeler «l’hyperbole par omission».

    Bien sûr, l’ordinateur quantique pourrait être capable d’exécuter un algorithme qui pourrait il faut 10 000 ans à un système classique pour fonctionner. Mais il y a de bonnes chances que l’une des nombreuses organisations dotées d’un superordinateur riposte dans les prochaines semaines avec un contrepoint sur l’optimisation, tout comme IBM l’a fait.

    Et on imagine que Google a tout intérêt à réfuter l’idée que la Chine a complètement éclipsé ses prétendues réalisations. Attendons de voir ce qui se passe, n’est-ce pas ?

    Il convient de mentionner que, mis à part les revendications de primauté quantique, il s’agit d’une recherche incroyable. Cet article représente presque certainement une percée majeure dans l’informatique quantique. Et, une fois la poussière retombée, il sera intéressant de voir où va l’équipe à partir d’ici.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.