Des scientifiques bulgares ont peut-être découvert comment détecter les trous de ver


  • FrançaisFrançais



  • Une équipe de chercheurs de l’Université de Sofia en Bulgarie a peut-être compris une nouvelle méthode pour détecter les trous de ver – en supposant, bien sûr, qu’ils existent.

    Les trous de ver sont des raccourcis théoriques à travers l’espace et le temps. Soi-disant, si vous deviez faire voler un vaisseau spatial dans un seul, vous pourriez parcourir des distances énormes en un temps relativement court. C’est assez différent d’un trou noir typique – un objet dont même la lumière ne peut s’échapper.

    Le problème avec la détection des trous de ver est que ils ressemblent beaucoup à des trous noirs. Actuellement, nous n’avons pas non plus la technologie pour observer directement. Nous étudions les ondes gravitationnelles et le rayonnement de fond cosmique afin de déterminer ce qui se trouve au-delà des limites de la visibilité. Cela rend difficile leur distinction, et le fait que nous ne soyons même pas sûrs que les trous de ver existent réellement augmente considérablement la difficulté.

    Salutations, humanoïdes

    Abonnez-vous à notre newsletter maintenant pour un récapitulatif hebdomadaire de nos histoires préférées sur l’IA dans votre boîte de réception.

    Afin de trouver des trous noirs (et, espérons-le, des trous de ver), les scientifiques examinent d’innombrables points de données glanés à partir de télescopes spéciaux et de capteurs d’espace lointain. Ces données sont constituées de chiffres et de mesures sur l’intensité, la densité, la position, la direction du rayonnement et toute autre statistique mesurable que nous pouvons trouver. Les scientifiques trient les données et tentent de faire des comparaisons entre les phénomènes observés indirectement et ce que nous pouvons observer directement.

    C’est comme regarder une course NASCAR où toutes les voitures sauf une sont invisibles. Et puis utiliser les mathématiques pour déterminer combien d’autres voitures sont sur la piste et quelle est exactement leur position à un moment donné.

    Ce ne serait pas impossible, mais ce serait certainement un défi. Et, dans le cas des trous de ver, ce défi est multiplié de façon exponentielle. L’hippodrome serait d’une taille infinie, le nombre potentiel de voitures est illimité et nous avons le point de vue d’un organisme unicellulaire coincé à l’intérieur d’une bande de roulement de pneu sur l’un des véhicules.

    Heureusement, nous avons une série d’idées mathématiques sur le fonctionnement de la gravité à l’échelle universelle, celles-ci étant les équations d’Einstein. Grâce à certaines solutions (interprétations utilisant diverses hypothèses) de ces équations, les scientifiques ont proposé toutes sortes d’idées intéressantes sur la façon dont l’univers pourrait fonctionner, y compris l’existence théorique de trous de ver.

    Si nous supposons que les trous noirs existent, alors, mathématiquement parlant, il y a de nombreuses raisons de croire que les trous de ver existent. Cela soulève plusieurs questions. La matière peut-elle traverser un trou de ver en toute sécurité ? Y en a-t-il un assez proche pour que les humains puissent le visiter ? Combien y en a-t-il? Quelle peut être leur taille ou leur taille ?

    Mais, avant de pouvoir aborder l’une de ces questions, nous avons besoin de preuves qu’elles existent. Actuellement, tout ce que nous avons, ce sont des théories selon lesquelles ils pourrait ou peut-être même devrait exister. Trouver des preuves réelles pour l’un est un tout autre problème.

    À cette fin, des chercheurs de l’Université de Sofia en Bulgarie ont récemment proposé quelques rebondissements sur la méthodologie de détection des trous noirs qui pourraient nous aider à différencier les singularités des trous de ver.

    Les nouvelles méthodes consistent à détecter des machinations extrêmement spécifiques de la lumière – un certain type de polarisation qui se produit dans la gorge théorique d’un trou de ver – afin de différencier le rayonnement de gravité spécifique d’un vervieux avec une sortie d’un trou noir incontournable.

    Si les chercheurs ont raison, cela signifie que nous pourrions potentiellement glaner l’existence de trous de ver à proximité à partir des données dont nous disposons déjà. S’ils sont suffisamment proches pour que nous les ayons déjà détectés à l’aide de la nouvelle méthode, il y a plus de chances qu’ils se fassent passer pour des trous noirs dans nos bases de données actuelles.

    Le point de vue de Neural : Il s’agit d’une recherche étonnante qui a le potentiel de mener à ce qui serait sans doute la découverte la plus excitante de l’histoire des sciences.

    Mais (il y a toujours un mais !) d’après ce que nous pouvons dire, même si les scientifiques savent ce qu’ils recherchent maintenant, ils devraient être extrêmement chanceux pour détecter un trou de ver même s’il était juste sous notre nez.

    Les scientifiques postulent une situation où un objet de taille spécifique, dans une position spécifique, bloquerait une quantité exacte de rayonnement du trou de ver afin que nous puissions mesurer une longueur d’onde spécifique avec une plus grande précision que ce qui serait autrement possible.

    C’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin en regardant son ombre et en espérant désespérément que, à travers une occurrence aléatoire de l’univers, la lumière frappe l’aiguille juste pour que son ombre soit visible séparément de l’ombre tachetée de la botte de foin.

    Ils en postulent un autre où la gorge du trou de ver s’aligne parfaitement avec l’angle de notre observation. En d’autres termes, parmi les positions infinies à partir desquelles on pourrait observer indirectement le rayonnement d’un trou de ver, il y en a probablement une ou deux qui permettraient de le différencier d’un trou noir. Et, avec une chance presque infinie, nous pourrions tomber sur un trou de ver qui existe dans la position exacte nécessaire pour que nous le détections.

    Le fait qu’il soit toujours difficile de trouver des trous de ver ne devrait pas diminuer à quel point cette étude est étonnante. Grâce au travail de ces chercheurs, nous sommes plus près que jamais de déterminer si des trous de ver existent.

    C’est excitant pour de nombreuses raisons de science-fiction, mais c’est aussi un véritable moment d’eurêka pour les physiciens, car trouver des preuves de trous de ver comblerait de nombreuses pièces manquantes du puzzle qu’est notre univers. Vous pouvez consulter le document de recherche (paywall) ici.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *