Quoi de neuf pour la conduite des poids lourds en 2023 ?


  • FrançaisFrançais


  • 2023 HGV Driving : naviguer dans le paysage changeant de l’industrie pour réussir.

    Alors que 2022 touche à sa fin, il est temps de commencer à planifier pour 2023. Dans cet esprit, Andrea Easton, responsable des finances et des opérations chez FleetEx partage un bref tour d’horizon de ce qu’il faut surveiller en 2023.

    Le retour de la redevance poids lourds

    En août 2020, le gouvernement a annoncé un suspension pour trois ans de la redevance poids lourds. Rien n’a été dit au sujet de la suspension permanente. Il semble donc raisonnable de supposer que la taxe sur les poids lourds reviendra en août 2023 comme prévu initialement.

    Ce qui n’est pas encore clair, c’est s’il reviendra sous son ancienne forme ou sera mis à jour. Le ministère des Transports (DfT) a proposé de rationaliser les 22 tranches de paiement existantes à seulement 6. Les nouvelles tranches et leurs frais proposés sont les suivants.

    • Catégorie de poids*Euro V1 ou supérieurEuro V ou antérieur
    • À partir de 12 tonnes et jusqu’à 31 tonnes£150£195
    • Plus de 31 tonnes et jusqu’à 38 tonnes£360£468
    • Au-dessus de 38 tonnes£576£749

    *Les poids lourds avec remorques paieraient sur la base du poids combiné du véhicule et de la remorque si la remorque pesait quatre tonnes ou plus.

    Selon le DfT, cela simplifierait l’administration tout en faisant en sorte que la plupart des opérateurs ne paient pas plus qu’auparavant. Quelques-uns pourraient payer plus, mais certains pourraient payer moins.

    Le gouvernement a indiqué qu’il avait l’intention d’appliquer la redevance poids lourds aux véhicules étrangers. Elle sera cependant appliquée au prorata et uniquement lorsqu’un poids lourd circule sur une autoroute ou une route A.

    Ces propositions sont actuellement au stade de la consultation mais semblent très susceptibles d’être mises en œuvre.

    Poursuite des efforts pour lutter contre la pénurie de conducteurs de poids lourds

    Le Brexit signifie que les ressortissants de l’UE n’ont plus le droit par défaut de vivre et de travailler au Royaume-Uni. Fin 2021, le Le gouvernement britannique a temporairement prolongé le cabotage du transport routier de six mois. Il a également introduit un régime de visa temporaire pour les conducteurs de poids lourds de l’UE. La première mesure visait à faire face aux pressions générales de la chaîne d’approvisionnement. Ce dernier consistait essentiellement à faire en sorte que Noël se produise.

    Il ne semble actuellement y avoir aucune indication que l’un ou l’autre régime sera introduit. Il est cependant possible que les conducteurs de poids lourds soient (enfin) ajoutés à la Shortage Occupation List (SOL). En août, le député Kevin Foster (à l’époque ministre de la Migration sûre et légale) a chargé le Comité consultatif sur la migration (MAC) de revoir le SOL.

    L’examen devrait être achevé d’ici la fin du mois de mars 2023. Tout changement devrait être mis en œuvre à l’automne 2023. Si les chauffeurs de poids lourds sont ajoutés au SOL, cela signifie que les employeurs britanniques pourront parrainer des ressortissants non britanniques pour des qualifications qualifiées. Visas de travail.

    De manière réaliste, la probabilité que cette mesure soit adoptée dépend probablement en grande partie du succès des 33 actions du gouvernement britannique visant à former davantage de ressortissants britanniques en tant que chauffeurs de poids lourds. En toute justice, ces mesures ont certainement produit des résultats significatifs. Le problème est que, jusqu’à présent, ils ne les ont pas produits assez rapidement.

    La question de l’IR35

    Le gouvernement britannique a fait des allers-retours sur la question de l’IR35 et du secteur privé. En ce moment, la direction officielle est vers l’avant. D’autre part, le Royaume-Uni doit organiser des élections générales d’ici janvier 2025. Cela signifie que la campagne commencera effectivement vers la mi-2023.

    Dire que l’IR35 est impopulaire est un euphémisme. Cela signifie qu’il est encore possible que le gouvernement fasse marche arrière dans le cadre de sa campagne électorale. S’ils le faisaient, il serait peut-être plus facile de faire revenir au moins certains des conducteurs qui ont quitté l’industrie. Ils pourraient gagner du temps dans le secteur du transport pour former de nouvelles recrues.

    Expansion des programmes d’assainissement de l’air

    Londres va étendre sa zone à très faibles émissions (ULEZ) en août 2023. Sheffield doit mettre en place une nouvelle zone d’air pur à un moment donné en 2023. D’autres villes envisagent ou construisent des CAZ. Il est également possible que les ZAC existantes soient agrandies.

    Attendez-vous à voir des limites de vitesse inférieures

    Le Pays de Galles et l’Oxfordshire ont déjà déployé une couverture Limites de vitesse de 20 mph dans les zones bâties. Ce changement a suscité la controverse. En même temps, cela cadre avec le principe selon lequel les routes sont pour tout le monde et pas seulement pour les véhicules à moteur (ou électriques). Il semble donc très probable que d’autres autorités locales seront plus disposées à abaisser les limites de vitesse.

    On ne sait pas quelle différence, le cas échéant, cela fera pour les temps de trajet. D’une part, les conducteurs de poids lourds sont très susceptibles de conduire de toute façon en dessous de la limite de vitesse autorisée. Ils comprendront clairement que c’est une limite, pas une cible.

    D’autre part, cela pourrait augmenter le nombre d’usagers de la route vulnérables sur la route (par exemple, les cyclistes et les cavaliers). Cela pourrait avoir des implications majeures pour la sécurité routière en général et la sécurité des poids lourds en particulier.

    Voir potentiellement une plus grande réglementation des véhicules autonomes

    Le gouvernement a récemment organisé une consultation sur En avril dernier, le ministère des Transports a présenté ses plans pour une «révolution de la conduite autonome». Ces régimes a explicitement indiqué que le ministère avait l’intention d’apporter des modifications au code de la route pour améliorer la réglementation des voitures autonomes.

    À cette fin, la Commission restreinte des transports a mené une enquête sur les véhicules autonomes. Celle-ci a fermé en août. Il semble raisonnable de supposer qu’il y aura une sorte d’action à un moment donné en 2023. Cette action pourrait ne pas avoir d’implications immédiates et directes pour l’industrie des poids lourds. Cela pourrait cependant encore valoir la peine d’être noté.

    Premièrement, les conducteurs de poids lourds sont affectés par le comportement des autres usagers de la route. Pour l’instant, on ne sait toujours pas ce que cela signifie dans le contexte des voitures autonomes, mais le temps nous le dira sûrement. Deuxièmement, la technologie de conduite autonome pourrait être assimilée aux poids lourds. Si (quand) c’est le cas, cela aura des implications massives pour l’industrie.

    Les routes peuvent encore devenir plus intelligentes

    Le développement de nouvelles autoroutes intelligentes est actuellement suspendu. La mise en œuvre des systèmes automatisés de suivi de voie (ALKS) semble être très active. Pour l’instant, on ne sait pas à quel point le gouvernement fera pression pour son déploiement. En réalité, le financement doit être un problème. D’un autre côté, le gouvernement peut y voir un investissement important dans l’infrastructure.

    La poste Quoi de neuf pour la conduite des poids lourds en 2023 ? est apparu en premier sur L’industrie aujourd’hui.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Copy code