Protection internationale des marques | L’industrie aujourd’hui


  • FrançaisFrançais


  • Voici un guide mis à jour sur la protection internationale des marques.

    Une demande de protection internationale d’une marque doit être déposée auprès de l’office national des marques ou de l’office de la propriété intellectuelle. La différence est que vous devez la déposer en tant que demande de marque internationale unique d’un pays ou d’un État membre ou État contractant du Protocole de Madrid.

    Le Protocole de Madrid est le traité international qui régit le dépôt, l’enregistrement et la protection des marques internationales. Vous pouvez trouver plus d’informations sur la façon de déposer une demande de marque internationale auprès des entreprises comme Bonamark et autres entités similaires. Au cours des deux dernières années, il y a eu des mises à jour et des changements dans le paysage juridique international régissant l’enregistrement des droits de marque.

    Voici un guide mis à jour sur la protection internationale des marques :

    1. Les Émirats arabes unis ont rejoint le Protocole de Madrid

    La mise à jour la plus récente de la protection internationale des marques est que les Émirats arabes unis (EAU) sont devenus un État signataire du Protocole de Madrid. Les Emirats Arabes Unis sont les 109e dans le monde entier d’avoir adhéré au système de Madrid. Parmi les États du Conseil de coopération du Golfe (CCG), les Émirats arabes unis sont le troisième État à rejoindre l’Union de Madrid. Les deux premiers étaient Oman et Bahreïn. L’adhésion des Émirats arabes unis entrera en vigueur le 28 décembre 2021.

    L’Union de Madrid offre une protection des marques à tous ses États signataires, couvrant de nombreuses juridictions dans le monde. Les praticiens du droit des marques aux Émirats arabes unis attendaient que cela devienne une réalité officielle. La protection des marques est devenue une préoccupation croissante des pays qui ont subi des pertes dues à des contrefaçons de marques. Aux États-Unis (É.-U.), une nouvelle législation est proposée pour étendre les contrôles IP aux frontières pour aider les forces de l’ordre à saisir les marchandises portant atteinte aux marques.

    Ce développement profitera à la fois aux titulaires de marques aux Émirats arabes unis et à ceux qui détiennent des droits de marque internationaux qui souhaitent inclure les Émirats arabes unis dans la couverture de leur protection de marque. L’effet de l’adhésion des Émirats arabes unis au système de Madrid est que les propriétaires de marques qui se sont déjà enregistrés auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) bénéficieraient également de la protection de leurs droits de marque aux Émirats arabes unis.

    Ils n’ont pas à enregistrer leurs droits de marque auprès des bureaux d’enregistrement nationaux de chaque État membre. En effet, le système de Madrid fonctionne comme un enregistrement « à guichet unique » qui devient valide dans plusieurs juridictions.

    Le Protocole de Madrid est un traité international qui régit jusqu’à 125 territoires. Les titulaires de marques peuvent déposer leurs demandes d’enregistrement avec une seule demande internationale. Cela serait reconnu et protégé dans tous ses États membres. Une seule demande internationale peut être déposée auprès de l’office national ou régional de la propriété intellectuelle de tout membre de l’Union de Madrid. Le Protocole de Madrid est administré par le Bureau international de l’OMPI.

    1. Conséquences du Brexit

    Une autre évolution dont les conséquences se sont fait sentir au milieu de 2021 est la sortie du Royaume-Uni (UK) de l’Union européenne (UE). Avant que sa sortie ne prenne effet, le Royaume-Uni était un membre à part entière de l’UE. En tant qu’État membre de l’UE, l’enregistrement et la protection des droits de marque sur le territoire du Royaume-Uni devaient être déposés auprès du système des marques de l’UE (EUTM).

    Le système EUTM est un système unifié de protection pour les titulaires de marques. Il s’étend sur l’ensemble du territoire de tous les États membres de l’Union européenne. Les propriétaires de marques n’auraient à déposer qu’une seule demande. Si elle est approuvée, la marque reçoit un enregistrement de MUE. Cet enregistrement est reconnu par tous les états membres de l’UE. La marque bénéficiera d’une protection dans l’ensemble de la juridiction de l’UE.

    Lorsque de nouveaux États membres rejoignent l’UE, la protection de la MUE s’étend automatiquement au territoire des nouveaux États membres de l’UE. Le propriétaire de la marque n’a rien à faire ni à payer de frais supplémentaires. Mais cette extension devient effective en fonction de la date à laquelle le nouvel État a été officiellement admis en tant qu’État membre de l’UE. Elle ne rétroagit pas à la date à laquelle la demande d’enregistrement de la MUE a été déposée. Les demandes doivent être déposées auprès de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle. Son bureau est situé à Alicante, en Espagne.

    Cependant, l’inverse s’est produit lorsque le Royaume-Uni est sorti de l’Union européenne (UE). En conséquence, le régime régissant les droits de marque au Royaume-Uni a été séparé de l’enregistrement de la MUE. Les propriétaires de marques devraient lire à ce sujet afin qu’ils puissent protéger de manière proactive leurs droits de propriété intellectuelle.

    La conséquence est que la partie d’un enregistrement de MUE qui se rapporte au Royaume-Uni sera automatiquement convertie en un enregistrement britannique distinct et indépendant. Cela deviendra un enregistrement national déposé auprès de l’Office britannique de la propriété intellectuelle (UKIPO). Cette conversion ne sera pas facturée de frais supplémentaires.

    La validité de l’enregistrement de marque britannique converti sera à compter de la date de dépôt de l’enregistrement de la MUE. Cependant, pour ceux dont les demandes d’enregistrement de MUE étaient en attente pendant la période de transition, ils avaient jusqu’à neuf mois à compter du 31 décembre 2020 pour déposer une nouvelle demande de marque distincte au Royaume-Uni. Mais cette demande distincte aura la même date de dépôt que celle de la MUE qu’ils ont initialement déposée.

    Conclusion

    Le système de Madrid est administré par le Bureau international de l’OMPI. Mais les titulaires de droits de marque doivent toujours déposer une demande auprès de l’office national des marques ou de la propriété intellectuelle d’un pays membre contractant du Protocole de Madrid. Cette année, les Émirats arabes unis ont rejoint l’Union de Madrid. D’autre part, le Royaume-Uni s’est retiré de l’UE, ce qui a séparé la protection internationale des marques accordée aux enregistrements de MUE des dépôts nationaux accordés en tant que protection aux enregistrements britanniques.

    Jackie Winter est une passionnée de marketing. Elle lit les mises à jour dans le monde du marketing pour s’aider à connaître les nouveautés introduites dans le domaine du marketing. Elle écrit des articles de blog et des articles d’invités pour partager son expertise et son expérience avec ceux qui souhaitent démarrer ou améliorer leur stratégie commerciale.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.