Les expéditeurs recherchent des transitaires « élastiques »


  • FrançaisFrançais



  • L’industrie du transport de marchandises est à la croisée des chemins. À « l’ère des perturbations », les expéditeurs ont besoin de transitaires « élastiques ».

    Par James Coombes, co-fondateur et PDG de Vecteur.ai

    L’industrie du transport de marchandises est à la croisée des chemins. À « l’ère des perturbations », les expéditeurs ont besoin de transitaires qui permettent des opérations « élastiques », c’est-à-dire la capacité d’augmenter et de réduire rapidement les opérations en réponse aux conditions du marché. Fondamentalement, les entreprises dont les opérations sont « inélastiques » ne réagissent pas assez rapidement aux perturbations OU à la hausse de la demande, ce qui ajoute une pression supplémentaire à une chaîne d’approvisionnement bloquée.

    L’expédition de fret a toujours été une activité à forte intensité manuelle, elle n’est donc presque jamais mise à l’échelle efficacement. Il existe depuis longtemps un lien linéaire entre l’arrivée de nouveaux expéditeurs et la nécessité d’embaucher suffisamment de personnel pour servir ces clients. Cela n’a été qu’exacerbé par les défis auxquels l’industrie est confrontée aujourd’hui et qui font des ravages sur l’offre et la demande ; la perturbation continue de trois ans due au COVID-19, la guerre russo-ukrainienne et…. bien honnêtement quoi qu’il arrive ensuite.

    Cet environnement a également entraîné une demande accrue de biens durables et d’importations, ce qui signifie mécaniquement plus de travail – et plus de complications d’échelle – pour les transitaires.

    Alors, comment les transitaires peuvent-ils envisager l’avenir ? Comment peuvent-ils saisir les opportunités d’évoluer avec les besoins de leurs expéditeurs et, en fin de compte, servir leurs clients expéditeurs plus efficacement ?

    Avec le marché du travail actuel si limité et les événements géopolitiques et naturels qui déclenchent onde de choc après onde de choc dans le système, ce sont les questions que chaque transitaire devrait se poser.

    Embaucher intelligemment fait partie de la réponse. L’industrie bénéficierait d’un afflux de jeunes recrues ambitieuses, mais la réalité est qu’il existe une concurrence féroce pour les talents et la nature du transfert nécessite une expertise et une formation qui prennent six mois ou plus avant qu’un individu soit pleinement opérationnel. Une fois formés, la rétention est un défi croissant. .

    En fin de compte, la conversation doit non seulement se tourner vers la technologie, mais tourner autour d’elle.

    Les transitaires les plus innovants examinent activement quels processus hérités, alimentés par des opérations manuelles, peuvent désormais être exécutés – ou du moins mis à l’échelle – avec la technologie. Ils recherchent des moyens plus intelligents de rationaliser les flux de travail opérationnels afin de débloquer leur capacité à gagner plus d’affaires tout en continuant à fournir un service exceptionnel.

    Si les transitaires peuvent identifier ces obstacles au processus manuel, puis trouver la bonne technologie à mettre en œuvre et à simplifier, les transitaires traditionnels peuvent devenir plus numériques et évolutifs qu’on ne l’aurait jamais cru possible.

    Voici un exemple fantastique : Workflows d’équipe autour des déclarations en douane . Le statu quo des volumes élevés d’e-mails et de PDF qui rebondissent entre les boîtes de réception, un spaghetti d’informations complexes à démêler et des meilleures pratiques incohérentes signifie qu’un courtier en douane est désormais effectivement devenu un travailleur du savoir. Un courtier peut passer d’innombrables heures à préparer une déclaration, à rechercher des informations clés, à entrer manuellement dans les systèmes et à rapprocher les données d’expédition pour s’assurer que les bonnes actions sont effectuées au bon moment pour maintenir une expédition en mouvement et sans pénalité.

    Il existe maintenant une technologie qui peut comprendre, trier et agir sur ces données comme jamais auparavant. L’apprentissage automatique – qui est conçu pour comprendre les interactions humaines qui animent le travail intellectuel – est particulièrement bien placé pour avoir un impact significatif sur l’industrie du transport, à condition qu’il soit correctement exploité. L’automatisation intelligente, basée sur l’apprentissage automatique, peut permettre aux opérateurs de traiter les expéditions plus rapidement et avec plus de certitude pour leurs clients.

    L’automatisation de ces processus n’est pas non plus une chimère. Cette technologie existe aujourd’hui sous une forme robuste et elle est adoptée par les transitaires qui ont un œil sur ce à quoi ressemble l’avenir de l’industrie. Pas un futur à 25 ans, mais plutôt les trois à cinq prochaines années. L’avantage pour ces transitaires avant-gardistes est que les équipes opérationnelles peuvent enfin dissocier leur relation linéaire entre les effectifs et le nombre de clients. Ils peuvent réduire considérablement leur poste de dépenses le plus important – le coût opérationnel par expédition – et en intégrant leurs opérations manuelles immatérielles dans le domaine numérique, ils peuvent fournir de manière réaliste des informations sur leurs opérations à leurs expéditeurs.

    Le déploiement de la technologie qui permet d’obtenir des opérations élastiques trouve un écho chez les expéditeurs. Avec l’objectif de ces temps incertains, les expéditeurs deviennent de plus en plus pointilleux et avisés pour trouver des partenaires stratégiques qui prouvent qu’ils savent comment gérer la volatilité de ces temps, et qui peuvent construire des chaînes d’approvisionnement plus résilientes et flexibles.

    Ces expéditeurs modernes et avertis souhaitent travailler avec des transitaires qui disposent des bons outils pour pérenniser leurs propres opérations et qui peuvent déployer la bonne pile technologique pour augmenter leur capacité et évoluer avec le marché.

    Si vous êtes un transitaire, vous devrez le démontrer aux expéditeurs. Si vous ne pouvez pas, eh bien, ils trouveront un transitaire qui le pourra.

    James Combes

    James Coombes est le co-fondateur et PDG de Vector.ai, un système d’exploitation automatisé pour le fret. Des réservations aux flux de travail des comptes fournisseurs, Vector.ai vise à automatiser entièrement le cycle de vie des expéditions. Coombes est titulaire d’un baccalauréat en biochimie de l’Imperial College de Londres et d’un MPA de l’Université de Harvard.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *