La grève prend fin alors que les travailleurs de Deere approuvent la troisième offre de contrat


  • FrançaisFrançais



  • Des membres de United Auto Workers font grève devant une usine John Deere, le mercredi 20 octobre 2021, à Ankeny, Iowa.

    AP Photo/Charlie Neibergall, Dossier

    DETROIT (AP) – Les travailleurs de Deere & Co. ont approuvé mercredi un nouveau contrat qui offrira des augmentations immédiates de 10 % et mettra fin à une grève d’un mois pour plus de 10 000 employés.

    Le syndicat United Auto Workers a déclaré que 61% de ses membres avaient approuvé l’accord avec le constructeur de tracteurs lors de leur troisième vote, même si cette offre était étonnamment similaire à celle que 55% des travailleurs rejeté il y a deux semaines.

    Les travailleurs de Deere – et d’autres syndicats – ont été encouragés à demander plus cette année en raison des pénuries de travailleurs en cours et parce que les travailleurs ne se sont pas toujours sentis appréciés tout en travaillant de longues heures pendant la pandémie.

    Cette dernière proposition n’a apporté que des modifications modestes aux détails du plan de rémunération incitative interne de Deere. Le nouveau contrat couvre 12 usines dans l’Iowa, l’Illinois et le Kansas où sont fabriqués les équipements agricoles et de construction écologiques emblématiques John Deere de la société basée à Moline, dans l’Illinois.

    La société a déclaré que les travaux reprendraient mercredi soir.

    Après le dernier vote du 2 novembre, les responsables de Deere dit au syndicat ne pas s’attendre à ce que la société offre plus d’argent, et Deere a largement tenu cette promesse dans sa dernière offre, qu’elle a qualifiée de finale.

    Les ouvriers avaient été en grève depuis le 14 octobre. Et au cours des dernières semaines, ils ont dû supporter des températures de plus en plus froides le long des lignes de piquetage tout en essayant de se débrouiller avec les 275 $ d’indemnités de grève hebdomadaires du syndicat ou en trouvant un autre emploi.

    “Les membres de l’UAW John Deere ne se sont pas simplement unis, ils semblaient unir la nation dans une lutte pour l’équité sur le lieu de travail”, a déclaré le président de l’UAW, Ray Curry, dans un communiqué mercredi soir.

    Le PDG de Deere, John C. May, a déclaré qu’il était heureux que les travailleurs soient de retour au travail “en créant et en soutenant les produits de pointe qui rendent nos clients plus rentables et durables”.

    En plus des augmentations initiales, l’offre de cette semaine a conservé les augmentations de 5% qui étaient dans les troisième et cinquième années de l’accord de six ans et les paiements forfaitaires de 3% dans les deuxième, quatrième et sixième années de l’accord. L’offre fournirait également une prime de ratification de 8 500 $, préserverait une option de retraite pour les nouveaux employés, rendrait les travailleurs admissibles à l’assurance maladie plus tôt et maintiendrait leur couverture d’assurance maladie sans prime.

    Ce que Deere a fait dans cette dernière offre a été de peaufiner la formule compliquée qu’il utilise pour déterminer quels travailleurs reçoivent des primes en fonction du fait que leur équipe atteint certains objectifs de productivité. Les modifications apportées à la formule pourraient permettre aux travailleurs de se qualifier plus facilement pour la rémunération incitative, mais certains travailleurs de Deere ne sont pas éligibles aux primes en fonction du travail qu’ils effectuent dans les usines et les entrepôts de l’entreprise.

    Les travailleurs attendaient plus de Deere, qui a prédit qu’il publierait des bénéfices annuels records entre 5,7 et 5,9 milliards de dollars lorsqu’il publiera son rapport sur les résultats plus tard ce mois-ci. Plus de 90 % des travailleurs ont rejeté l’offre initiale de Deere, mais le deuxième vote était beaucoup plus proche après que l’entreprise a essentiellement doublé les augmentations qu’elle offrait.

    Un autre groupe de travailleurs représentés par l’UAW s’est mis en grève plus tôt cette année dans une usine Volvo Trucks en Virginie et a obtenu de meilleurs salaires et des prestations de santé à moindre coût après avoir rejeté trois offres de contrat provisoires. Actuellement, environ 1 400 travailleurs de Kellogg sont en grève depuis le début du mois dernier dans les quatre usines céréalières américaines de l’entreprise.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.